Le croissant, un outil taillant utile à maints travaux

Le croissant, un outil taillant utile à maints travaux
Le croissant, un outil taillant utile à maints travaux

Chacun aura compris l'origine du nom que l'on donne communément à cet instrument, mais ajoutons que le terme « volant », en tous pays francophones, est souvent employé pour désigner le même objet.

Si des générations de taillandiers ont forgé cet outil dans le meilleur des aciers, ce n'est pas pour l'esthétisme de ses courbes, mais bien pour l' efficacité que la concavité de son tranchant lui confère, spécialement pour l'exécution de la taille dite « à la volée ». A l'instar du maniement de la faux, le geste dans l'exécution doit être parfait; actionner sèchement le manche tout en le manoeuvrant adroitement. On sectionne l'extrémité des branches en balançant le fer devant soi, en le tirant vers le bas, en le poussant vers le haut quand ce dernier est pourvu d'un talon (1).

On se doit de distinguer deux genres de croissants: Le premier est propre à écheniller, à élaguer des branches jusqu'à environ 2 cm de diamètre; le dos de la lame peut éventuellement être muni d'un taillant droit (2) ou d'un crochet  (3). Ce dernier modèle était particulièrement en usage dans les campagnes pour tailler les rameaux épineux, puis les repousser et les entrelacer à l'aide de cet appendice à l'intérieur des buissons. Le second (4) est destiné à la « tonte » superficielle des charmilles ou autres haies d'ornement; pour cette opération, fort peu ordinaire de nos jours, le fer est plus léger, son taillant affûté comme un rasoir. Ces instruments peuvent encore différer par leurs courbures et leurs dimensions d'ouverture entre les pointes (généralement de 20 à 28 cm).  Le manche, de bois léger de préférence, d'environ 2 à 3 m, est solidement adapté sur une douille ouverte ou aveugle.

Croissant outils

C'est principalement à l'époque des jardins « à la Française » que le croissant eut son heure de gloire. Dès que les hautes palissades ne sont plus accessibles à la cisaille, les jardiniers spécialisés dans la taille des « rideaux » emploient alors le volant ordinaire (4) et taillent d'une façon nette et rectiligne. Le métier n'est pas sans risques: Dans son « Traité élémentaire de la taille des arbres » paru en 1846, J.C. RAMEY explique que « Cette opération était autrefois d'une grande importance; les ouvriers chargés de l'exécuter étaient au premier rang d'adresse; c'était et c'est encore la besogne la plus difficile, car c'est toujours perché sur des échelles que l'ouvrier doit se tenir. Là où la vie est exposée, on conçoit qu'il faut avoir de la rectitude dans les mouvements; pour cela, un long apprentissage est nécessaire. » Poursuivant, sur la période d'exécution de ces travaux: « Quand on fait deux tontes, la première a lieu du 15 mai au 15 juin, la seconde se fait du 15 juillet a fin août; lorsqu'on n'en fait qu'une, elle doit s'effectuer entre les deux sèves, pendant tout juillet. »

Force de constater que le croissant a considérablement perdu son large emploi de naguère. Le changement de style des jardins, l'abandon en milieu rural de l'exploitation optimale des produits issus de l'entretien des taillis et des « bouchures », l'apparition au 19° siècle de l'échenilloir plus maniable, puis au 20° des barres de coupe et autres cisailles motorisés, autant de raisons l'ayant peu à peu rendu secondaire à nos mains d'Homme moderne. Cet instrument reste toutefois, pour le jardinier qui aura compris son utilité, fort rentable pour toutes sortes d'élagage en élévation, le retranchement de buissons épineux ou encore le débroussaillement à distance.

Aussi soyons-en convaincus, cet outil séculaire, que vous trouverez dans toute bonne quincaillerie horticole, mérite encore grandement sa place dans nos cabanes de jardin.

Frédéric DESCHAUME
Lire aussi
La fourche, un outil polyvalent utile au jardinier La fourche, un outil polyvalent utile au jardinier

La fourche, de la préhistoire à aujourd'hui ... Bien que la fourche évoque souvent, dans l'esprit commun, un instrument agricole, elle n'en est pas moins utile au jardin; entre autres opérations,...

La serpe, un outil utile au jardinier La serpe, un outil utile au jardinier

La serpe, encore un outil antique ayant conquis l'éternité !  Depuis que les instruments de cisaillement sont réellement efficaces, on considère la serpe, pour la taille proprement dite, comme un...

L'émondoir, un outil de jardin délaissé L'émondoir, un outil de jardin délaissé

Connaissez-vous l'émondoir, un outil ancien que vous aurez du mal à trouver aujourd'hui Le mot émondoir, étymologiquement, vient du verbe émonder par le latin « Emundare », signifiant nettoyer....

La binette, un outil à peiner ? La binette, un outil à peiner ?

La binette est un outil pour travailler une terre de façon superficielle pour l’aérer ou pour détruire les mauvaises herbes. L’origine du mot est issue du latin « bini » (deux fois),...

Vos commentairesAjouter un commentaire