Liseron des haies, Grand liseron

Liseron des haies, Calystegia sepium

Le liseron des haies est généralement traité en mauvaise herbe, cependant cette plante est davantage une plante indicatrice d’un sol déséquilibré et altéré qu’une adventice. Savoir y remédier et éventuellement le manger permet au jardinier de se réconcilier avec le grand liseron.

Botanique

Nom latin  : Calystegia sepium
Synonyme  : Convolvulus sepium
Famille  : Convolvulacées
Origine  : Europe, Asie
Période de floraison : juin à septembre
Couleur des fleurs  : blanc
Type de plante : plante herbacée souvent considérée comme une mauvaise herbe
Type de végétation : plante vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : tiges longues de 1,50 à 5 m

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, jusqu'à -34 °C
Exposition  : mi-ombre à ombre claire
Type de sol : sol riche en azote, sol tassé en profondeur, engorgé de nitrite
Acidité du sol  : légèrement acide à basique
Humidité du sol  : frais à humide
Utilisation : parfois utilisée comme ornementale, adventice, plante médicinale, plante indicatrice, consommable
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis

Généralités

Calystegia sepium, le liseron des haies ou grand liseron, est une plante vivace, proche du genre Convolvulus, appartenant à la famille des Convolvulacées. Cette plante indigène de France est originaire d’Europe et d’Asie, elle est cependant naturalisée aussi sur les autres continents en climat tempéré frais. Le liseron des haies croît de manière naturelle sur une terre fraîche à humide, en lisières forestières, sur les friches ou dans les haies. Le grand liseron est devenu aussi une plante commune adventice des jardins et des cultures, mais il est également parfois cultivé comme une plante ornementale ou un légume.

Description du liseron des haies

Calystegia sepium est une plante rhizomateuse : sa souche souterraine, longue et ramifiée, est capable de rejeter en plusieurs points sur une grande surface.

Ses tiges glabres sont volubiles : elles s’enroulent autour des plantes voisines pour atteindre la lumière, parfois au point d’étouffer, ou d’en limiter grandement la croisance, c’est pourquoi le liseron des haies peut être considéré comme nuisible en culture.

Les feuilles sont alternes, longuement pétiolées, et porte un grand limbe en forme de cœur, hasté ou parfois sagitté. Les fleurs qui se développent de juin à septembre à partir de l’aisselle des feuilles sont grandes : les corolles en trompette sont larges de 4 à 6 cm. Elles sont nectarifères et mellifères. 2 bractées cordiformes recouvrent le calice. Les capsules de graines sont sphériques et luisantes.

Condition de croissance du liseron des haies

Calystegia sepium se complet dans un sol asphyxié et riche en azote. C’est une plante nitrophile qui nécessite une terre fraîche à humide. Lorsqu’on la rencontre en grande quantité, c’est indicateur d’une terre qui renferme des poches de fermentation anaérobie. Cela peut être pour des raisons naturelles comme dans une zone humide où se concentrent des déchets organiques, mais également à la suite de techniques culturales qui ont apporté un déséquilibre : tassement en profondeur (semelle de labours) et apport déséquilibré en azote (N).

Facteurs favorisant le liseron des haies 

  • apports d’engrais riches en azote
  • les cultures d’été qui alternent avec le travail de la terre lorsque le sol est humide en hiver
  • le manque de vers de terre et une vie du sol amoindrie en générale : les complexes argilo-humiques sont détruits.

Moyens de lutte biologique 

  • ramassage des rhizomes lors du travail de la terre, de préférence avec un outil qui ne coupe pas.
  • favoriser la vie du sol. Par exemple : couvrir de feuilles et débris en automne, et poser du carton à plat par-dessus tout l’hiver pour favoriser le retour des vers de terre.
  • faire des cultures hivernales et travailler la terre pendant les périodes sèches.
  • décompacter le sol en profondeur.
  • rééquilibrer les éléments nutritifs du sol : exporter l’azote sous forme d’engrais vert ; cultiver des plantes nitrophiles (ex pomme de terre ou courges)

Usage alimentaire du liseron des haies

Les rhizomes de Calystegia sepium sont riches en nutriments, de plus lorsqu’ils sont cuits, leur goût est agréable. Ils ne doivent pas être consommés en trop grande quantité ou trop souvent cependant, car ils auraient éventuellement un effet purgatif doux.

Les jeunes pousses sont parfois utilisées comme légume vert.

Espèces et variétés de Calystegia

Le genre Calystegia comprend 25 espèces

  • Calystegia hederacea Liseron du Japon grimpant qui existe à fleurs doubles
  • Calystegia soldanella, le liseron des dunes
Lire aussi
Haies variées et caduques Haies variées et caduques

Une haie fleurie caduque composée d'une seule variété d'arbustes Sur l'un des côtés du jardin, où nous sommes moins souvent, nous choisi une haie caduque, à la floraison spectaculaire, composée...

Plaidoyer pour la diversité dans les haies Plaidoyer pour la diversité dans les haies

Finie la haie triste et uniforme, massive et rectiligne. La haie de jardin a évolué, vive la haie composée ! Inspirée de la haie bocagère, cette version moderne met en valeur des végétaux plus...

Les haies fleuries Les haies fleuries

Vous souhaitez réaliser une haie tout en ayant le souhait d'agrémenter votre jardin. Pour vous, haie de thuyas, de cyprès, de lauriers sauce rime avec banalité et austérité, alors optez pour une...

Les haies à baies, une mangeoire et un gîte pour les oiseaux Les haies à baies, une mangeoire et un gîte pour les oiseaux

Avez-vous envisagé une haie à baies ? Les fruits décoratifs apportent couleurs et formes aux haies à des saisons ou celles-ci ont perdu leurs fleurs mais aussi et c'est moins connu le couvert à de...

Vos commentairesAjouter un commentaire