Pépéromie

Pépéromie, Peperomia graveolens

Botanique

Nom latin  : Peperomia graveolens
Famille  : Pipéracées
Origine  : Equateur, Pérou
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : blanc
Type de plante : plante semi-succulente
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : feuilles persistantes
Hauteur : 25 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustique, 2 °C
Exposition  : lumineuse, sans soleil direct
Type de sol : sol humifère et drainant
Acidité du sol  : acide à très acide
Humidité du sol  : doit sécher ente chaque arrosage
Utilisation : plante d'intérieur
Plantation, rempotage : d'avril à juillet
Méthode de multiplication : bouturage

Peperomia graveolens est une plante grasse cultivée en plante d’appartement, elle appartient à la famille des Pépéromiacées ou Pipéracées. Bien que ressemblant aux Crassulacées, nos plantes succulentes les plus cultivées, ce n’est qu’une convergence de forme, car les pépéromias sont des plantes monocotylédones, davantage apparentées à l’arum par exemple, qu’à une crassula. Le genre comprend plus de 1000 espèces surtout sud-américaines, comme c’est le cas de Peperomia graveolens, qui est une espèce plus ou moins épiphyte. Bien que plus délicat à cultiver que les crassulas courantes, Peperomia graveolens est une espèce facile, bien adaptée à l’intérieur.

Description de la pépéronie graveolens

Peperomia graveolens forme un petit buisson dressé, dense et peu ramifié de 25 cm de hauteur. Ses tiges et ses feuilles sont succulentes ; les tiges rougeâtres portent des feuilles plus ou moins verticillées. Elles sont allongées, recourbées en gouttières et très épaisses, généralement verte sur le dessus et rouge dessous et sur les bords, d’autant plus pour la variété ‘Ruby ‘.

Les inflorescences n’apparaissent pas systématiquement en culture. Elles se développent en de hautes tiges étroites, se terminant par une queue de souris dressée, haute de 6 cm de couleur blanche à verte. Les fleurs sont en fait minuscules, de l’ordre du millimètre et couvrent densément le haut de la hampe, formant un spadice. Elles dégagent une odeur un peu fétide lorsqu’on en approche le nez, sans pour autant diffuser dans la pièce.

Comment cultiver Peperomia graveolens ?

Ce pépéromia a besoin d’une exposition la plus lumineuse possible, mais sans soleil direct, car le plein soleil peut lui causer des brulures, faire tomber ses feuilles et même le tuer. En revanche, une lumière insuffisante provoque une croissance étiolée, le rend dégingandé et bien moins joli.

Peperomia graveolens apprécie d’une atmosphère un peu humide, il aime par exemple être associé avec d’autre plante d’intérieur, au pied d’un Pachira ou à côté d’un Zamioculcas. Il a besoin d’un sol acide et drainant, du genre terreau à base de tourbe, mélangé avec un peu de gravier non calcaire. Il est arrosé à l’eau de pluie à chaque fois que sa terre est sèche.

Il croit à température ambiante dans la maison, sa rusticité est limitée à 2 °C. L’hiver si les températures de la pièce descendent (comme dans une véranda) les arrosages seront beaucoup espacés. Il peut avoir besoin de quelques brumisations sur le feuillage, si l’atmosphère est desséchée par le chauffage de la maison.

Comment multiplier Peperomia graveolens ?

Peperomia graveolens se reproduit aisément par bouture de tige comportant un minimum de 3 entre-nœuds. Ces boutures sont prélevées sur une plante bien gonflée par un arrosage récent, au printemps ou en été. La plaie de coupe du pépéromia est laissée séchée pendant quelques jours, puis le tronçon de tige est enfoncé en partie dans un le sol, maintenu au chaud (20-30 °C, en ombre lumineuse, dans une atmosphère un peu humide). Le bouturage n’est pas aussi évident, ni aussi rapide que chez les crassulas, une unique feuille, par exemple, ne produit pas une nouvelle plante.

Espèces et variétés de Peperomia

Plus de 1000 espèces dans ce genre, majoritairement originaires d’Amérique du Sud

  • Peperomia fraseri, aux fleurs plus voyantes
  • Peperomia magnoliafolia, autre espèce couramment cultivée
  • Peperomia vividispica, une espèce comestible
  • Peperomia monticola, une plante à caudex
  • Peperomia campylotropa, plante caduque à tubercule
  • Peperomia caperata, la canne blanche
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

A quoi sert une fleur ? A quoi sert une fleur ?

Qu'elles possèdent une exubérante beauté ou qu'elles soient très discrètes, les fleurs ont toutes la même fonction : celle d'abriter les organes reproducteurs de certaines plantes ayant évolué au...

L'eau de fleur d'oranger L'eau de fleur d'oranger

Merveilleuse fragrance se développant dans les pâtisseries ou les entremets, l'eau de fleurs d'oranger n'a pas son pareil pour sublimer les recettes de sa note toute en fraîcheur et en subtilité....

La fleur de sel n'est pas une fleur La fleur de sel n'est pas une fleur

On pourrait aisément imaginer une délicate fleur faite de cristaux de sel à la manière des flocons de neige... Mais cette image n'est valable que dans le monde de la poésie car la réalité est toute...

Vos commentairesAjouter un commentaire