Pourquoi des rosiers au début des rangs de vignes ?

Lors de vos balades vous avez sans doute remarqué l'étrange présence de rosiers en bordure des champs plantés de vignes. Certes ils gratifient le regard de leur floraisons colorées mais la raison de leur plantation à cet endroit stratégique est tout autre qu'ornementale.

Des rosiers au début des rangs de vigne
Des rosiers au début des rangs de vigne

Des rosiers comme système d'alarme

La vigne est souvent sujette à certaines maladies dont l'oïdium (Erysiphe necator) et le mildiou (Plasmopara viticola) font partie. Ces champignons microscopiques redoutables apparaissent dès que des écarts de température sont ressentis entre la nuit et le jour. Leur propagation est boostée par une atmosphère humide et un temps doux.

Les symptômes de l'oïdium sur la vigne se caractérisent par un feutrage blanc sur le feuillage, les contours du limbe se crispent, les fleurs se dessèchent rapidement compromettant la récolte. Si l'oïdium apparaît plus tardivement il couvre les grains d'une poudre blanchâtre, la peau du grain de raisin se fend et éclate. Les sarments sont couverts de tâches brunes qui prendront la forme d'une étoile une fois la tige aoûtée. En automne, les cleïstothèces, de grosses boursouflures brunes, se répandent sur les sarments. Voilà un tableau bien peu réjouissant qui peut causer des dégâts considérables dans une culture de vignes.

De même pour le mildiou qui provoque des plaques huileuses et décolorées sur la face supérieure des feuilles. Un duvet blanc est l'étape suivante de la progression de la maladie. Les fleurs se déforment en crosses puis tombent. Un feutrage blanc se développe sur les grappes. Les jeunes rameaux présentent des stries blanchâtres.

Voilà en quoi la présence des rosiers est importante ! En effet certains cultivars sont très sensibles à l'oïdium et au mildiou, leur plantation en tête de rangée permet de savoir si la présence de ces maladies existe sur la parcelle bien avant qu'elle ne puissent se développer sur les vignes.

Des traitements seront alors envisagés très rapidement par le vigneron sur la culture pour prévenir les maladies.

Des rosiers pour des raisons culturales ancestrales

La présence de rosiers en tête des rangées de vignes était autrefois justifiée par la technique de culture qui employait des animaux de labour comme le cheval.

Le rosier bien piquant était alors contourné par l'animal lui évitant d'arracher le dernier plant  de vigne du rang. Avec l'habitude, le cheval comprenait que la rangée était ainsi terminée et se dirigeait alors directement dans la rangée suivante en amorçant un virage dès qu'il croisait le rosier.

Lire aussi
La taille des fleurs de rosiers La taille des fleurs de rosiers

En pleine explosion de floraison au printemps, les rosiers offrent un spectacle extraordinaire au jardin. Les fleurs se fanent ensuite une à une, et il est alors temps de les tailler. Pourquoi[...]

L'ail contre les tâches noires des rosiers L'ail contre les tâches noires des rosiers

J'ai essayé et ça marche de planter des gousses d'ail (3 ou 4) autour des rosiers et pour lutter contre l'oïdium des rosiers toujours, planter de la ciboulette au pied[...]

Ciboulette contre la rouille des rosiers Ciboulette contre la rouille des rosiers

Pour ne pas avoir la "rouille" sur vos rosiers il suffit tout simplement de planter un pied de ciboulette entre chaque pied de rosiers.

Les rosiers anciens Les rosiers anciens

Dans le vaste monde de la Rose, les rosiers anciens occupent depuis toujours une place prépondérante. Oubliés un temps au profit des hybrides modernes, ces rosiers aux qualités exceptionnelles...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Maurice (FRANCE)
    Il y a des rosiers en début de rang de vigne (pas pour tous) car les rosiers sont plus sensible à certaines maladies qui se déclare plus rapidement, donc visible, sur eux. Lorsque les rosiers étaient malades, les vignerons savaient qu’il y avait des risques que la vigne soit malade aussi.
    Répondre à Maurice
    Le 16/09/2017 à 19:05
  • Bourru07 (Cévennes)
    Comme bio-indicatrices, les viticulteurs utilisaient plus souvent le pêcher franc que le rosier. De là les soi-disant "pêches de vignes.".. Quant à y voir un arrêtoir pour les chevaux... e non è vero, è bene trovato...
    Répondre à Bourru07
    Le 16/09/2017 à 15:45