Préférer un mimosa greffé ?

Le mimosa est une plante envahissante sur le littoral méditerranéen, ici un sous-bois envahi
Le mimosa est une plante envahissante sur le littoral méditerranéen, ici un sous-bois envahi

La culture du mimosa en pleine terre n'est pas préconisée dans toutes les régions de notre pays car cette plante est très gélive. Les variétés greffées semblent toutefois mieux adaptées à des conditions difficiles. Faisons le point...

De nombreuses espèces

La genre Acacia compte plus de mille espèces d'arbres ou d'arbustes originaires des régions chaudes du globe (Amérique centrale, Polynésie, Australie, Afrique). La majorité d'entre-elles fleurissent sous nos latitudes en hiver ou en tout début de printemps. Le mimosa des 4 saisons (Acacia retinodes), comme son nom l'indique produit quant à lui, par intermittence, des fleurs plus discrètes sur une longue période de l'année.

Le mimosa le plus connu chez nous, notamment sur les rivage de la Côte d'Azur, reste néanmoins Acacia dealbata. Ses feuilles plumeuses très légères et sa floraison en grappes terminales de glomérules jaunes d'or délicieusement odorantes en font un sujet ornemental de premier choix. Il est en outre très robuste et résiste à des températures allant jusqu'à -10 °C sur une courte durée et lorsqu'il est bien installé depuis quelques années. Petit bémol, il grossit très rapidement et drageonne sur toute la zone environnante, le rendant quelque peu envahissant et parfois dangereux pour les canalisations ou les aménagements en béton, tels les murets, les dallages ou les regards d’égouts.

Acacia decurrens au feuillage vert foncé et qui fleurit au printemps en panicules jaune d'or est lui aussi assez rustique tout comme Acacia melanoxylon au feuillage argenté et aux fleurs jaune pâle ou Acacia x hanburiana, remarquable par la couleur presque blanche de ses feuilles .

Les avantages d'un mimosa greffé

Comme nous l'avons vu la plantation en pleine terre d'un mimosa n'est théoriquement possible que dans les régions où la température hivernale descend rarement sous 10°C en journée. Quelques gelées sont acceptées par certaines espèces mais vraiment ponctuellement.

Dans certaines zones, où le climat est doux comme sur le littoral breton ou normand, la culture pourra être tentée à un emplacement très ensoleillé et protégé des vents dominants, dans un sol très bien drainé.

Partout ailleurs, il sera préférable de planter votre mimosa en pot pour l'hiverner ou de choisir une espèce rustique ou une variété greffée qui sera à la fois plus résistante à des conditions climatiques difficiles, mais aussi à un sol plus humide ou calcaire, car là réside tout l'intérêt de la greffe !

Une meilleure résistance, une floraison souvent plus opulente et un envahissement moindre si vous choisissez un porte greffe non drageonnant comme Acacia retinodes par exemple. Renseignez-vous bien auprès de votre pépiniériste afin de choisir le bon porte-greffe qui sera à la fois adapté à votre sol et à votre climat.

Lire aussi
Mandelieu-La Napoule et le mimosa Mandelieu-La Napoule et le mimosa

Mandelieu-La Napoule et le mimosa, une longue histoire d'amour... On ne saura jamais exactement qui du Duc de Vallombrosa, du Marquis Morès ou de Lord Brougham, hôtes hivernaux assidus de Cannes,...

La greffe en écusson à oeil dormant La greffe en écusson à oeil dormant

Il existe différentes formes de greffe, voici la greffe en écusson à oeil dormant Pourquoi greffer ? Les anciens se sont aperçu très tôt que les semis de pépins et de noyaux ne restituaient pas...

La greffe en écusson à oeil dormant en images La greffe en écusson à oeil dormant en images

(1) Récupérez un rameau de l’année bien aoûté (écorce brune et non verte) sur l’arbre donneur. Prélevez les greffons du centre du rameau. (2) Sur les greffons sélectionnés du rameau...

L'écussonnage ou greffe en écusson L'écussonnage ou greffe en écusson

L'écussonnage est une technique de greffe intéressante à mettre en œuvre sur de nombreux arbres fruitiers ainsi que certains arbustes. Opérée dans de bonnes conditions, elle offre un fort...

Vos commentairesAjouter un commentaire