Le rotin, un palmier grimpant

Le rotin, un palmier grimpant. Sur cette photo Calamus thwaitesii
Le rotin, un palmier grimpant. Sur cette photo Calamus thwaitesii

Sous l'appellation commune de 'palmier à rotin' se cachent de nombreuses espèces tropicales de palmiers grimpants à fort développement. Ces plantes étonnantes sont utilisées dans de nombreux domaines par les autochtones. Découverte...

Palmier à rotin, qui es-tu ?

Plusieurs espèces de palmiers-lianes sont regroupées sous le terme de 'Palmiers à rotin ». De la famille des Arecaceae, ces palmiers grimpants poussent dans les zones tropicales, notamment en Asie du Sud-Est et en Afrique.

En Malaisie, ils sont très courants, le mot 'rotin' viendrait d'ailleurs du malais 'rotang'. Parmi les genres, on trouve les Calamus, du grec 'calamos' qui signifie 'bambou' en référence aux stipes très fins et les Daemonorops. Ces genres se divisent en de nombreuses espèces de plantes à stipes très fins, flexibles tels des lianes.

Le stipe n'est jamais très épais bien qu'il puisse tout de même atteindre 18 cm de diamètre sur certaines espèces, par contre il est très long et muni de fins aiguillons qui l'aident à se fixer sur les arbres environnants, lui permettant ainsi de grimper allègrement sur parfois près de 200 mètres de longueur.

Les palmiers rotins sont cespiteux, c'est à dire qu'ils forment souvent à leur base, une touffe. Il existe cependant des sujets solitaires.

Les feuilles pennées de 60 à 80 cm de longueur, sont elles aussi armées de crochets ou d'épines, parfois même de flagelles munies d'un crochet au bout, leurs permettant de s'accrocher aux végétaux environnants pour se hisser vers la lumière. Des fruits rouges, jaunes ou oranges, succèdent à une floraison blanche en grappes.

Le palmier à rotin en artisanat local

Dans les pays où pousse le palmier rotin, il est exploité dès la 8ème année suivant sa plantation et ce, sur une durée d'environ 30 ans. La récolte s'effectue généralement après la fructification, avec moult précautions et des vêtements spécifiques pour ne pas se blesser sur les divers crochets et épines de la plante.

Les stipes sont alors sectionnés en tronçons de 5 à 10 m puis débarrassées de leurs épines et de leurs feuilles pour être ensuite conditionnés.

La moelle sera utilisée pour la vannerie fine, alors que les lanières retirées sur la partie périphérique du stipe serviront à fabriquer des objets plus grossiers.

Localement, des nasses et des filets à poissons sont réalisés avec les fibres du rotin, mais aussi des arbalètes, des paniers ou des petits objets artisanaux tantôt utilitaires tantôt de décoration.

Le rotin sert aussi au cannage des chaises et bien sûr à la confection de mobilier qui trouvera sa place dans nos vérandas ou au jardin.

Lire aussi
Savoir choisir son palmier Savoir choisir son palmier

Florian DUROUSSET de la pépinière bio jardins nous parle de la bonne manière de choisir un palmier Cela commence par définir l'emplacement final du palmier car au nord on ne placera peut-être pas...

Tailler un rosier grimpant Tailler un rosier grimpant

Très imposants, les rosiers grimpants intimident parfois le jardinier au moment de la taille. Pas de panique ! Avec de la méthode, ils sont aussi faciles à tailler que les autres rosiers. Quand...

Chèvrefeuille grimpant, bignone, un petit coup de jeune ! Chèvrefeuille grimpant, bignone, un petit coup de jeune !

Comment redonner un coup de jeune à votre chèvrefeuille grimpant ou à votre bignone en place depuis bien longtemps ? Et une coupe pour le chèvrefeuille grimpant ! Les chèvrefeuilles grimpants sont...

Osier, rotin, bambou, que choisir ? Osier, rotin, bambou, que choisir ?

L'osier, le rotin, et le bambou sont des matériaux souvent confondus bien qu'ils aient des caractéristiques bien différentes. Ils sont tous issus de plantes distinctes et sont utilisés de manières...

Vos commentairesAjouter un commentaire