Savoir choisir son palmier

Florian DUROUSSET de la pépinière Bio Jardins nous conseille sur le choix de son palmier à planter au jardin.

Je m'abonne 

Avant de choisir un palmier, il faut identifier son emplacement

La première des choses qui doit être faite lorsqu'on souhaite acquérir un palmier, c'est identifier l'endroit où il sera planté. Et ce, pour la bonne raison que tous les palmiers n'ont pas les mêmes exigences de culture. Par exemple, ce n'est pas n'importe quel type de palmier qui peut supporter une exposition au nord. De même qu'une exposition nord en Alsace ne correspond pas à la même situation qu'une exposition nord en Bretagne. Dans les deux cas, les conditions de culture ne sont pas comparables.

Choisir un palmier en fonction du critère esthétique

Une fois que l'on connaît les exigences de culture inhérentes à l'emplacement, vous pouvez faire une sélection en fonction de critères esthétiques. Tous les palmiers ne se ressemblent pas ; on distingue notamment les palmiers à feuilles pennées de ceux à feuilles palmées.

Comment savoir si un palmier est un bon produit à acheter ?

Il existe trois critères incontournables à vérifier au moment de l'achat d'un palmier.

Critère numéro 1 : vérifier l'enracinement du palmier

La qualité de l'enracinement chez un palmier est primordiale pour sa reprise, après la plantation. Une astuce pour évaluer l'enracinement d'un sujet consiste à « secouer » légèrement le palmier par les parties aériennes. Si le palmier semble se désolidariser de la motte, l'enracinement est mauvais. Si, en revanche, la motte adhère bien au palmier, l'enracinement est de bonne qualité.

Critère numéro 2 : vérifier le cœur du palmier

Un palmier en bonne santé doit avoir un cœur bien vert. Si ce n'est pas le cas, ne l'achetez pas.

Critère numéro 3 : connaître la rusticité du palmier

La résistance au froid des palmiers n'est pas la même pour toutes les espèces et variétés. Ainsi, on trouve :

  • des palmiers dont la rusticité avoisine -10/-12°C et qui ont besoin de lumière ; l'exposition nord ne peut pas leur convenir.

  • des palmiers, comme par exemple Trachycarpus fortunei, qui résistent jusqu'à -18/-21 °C et qui peuvent se satisfaire d'un puits de lumière comme seule source de luminosité (ils supportent l'ombre) : une exposition nord peut leur convenir.
    À savoir : en ce qui concerne Trachycarpus fortunei, c'est un palmier qui apprécie d'avoir le pied à l'ombre et la tête au soleil.

  • des palmiers peu rustiques, comme par exemple Phoenix canariensis, qui ont besoin de beaucoup de chaleur, d'une exposition en plein soleil, plein sud, et si possible, d'être à l'abri des vents.

Lire aussi
Palmier chanvre, Palmier de Chine, Palmier moulin, Trachycarpus fortunei Palmier chanvre, Palmier de Chine, Palmier moulin, Trachycarpus fortunei

Palmier de Chanvre ou palmier de Chine, Trachycarpus fortunei est l'une des espèces de palmier les plus rustiques que l'on peut acclimater même sur la moitié nord de la France.[...]

Palmier de Formose, Palmier de Taiwan, Palmier à sucre nain, Arenga engleri Palmier de Formose, Palmier de Taiwan, Palmier à sucre nain, Arenga engleri

Arenga engleri, le palmier de Formose est un palmier de petite taille, appelé parfois palmier à sucre nain, en référence à Arenga pinnata, producteur de sucre roux. Il appartient à[...]

Palmier sombrero, Palmier de Porto Rico, Palmier à chapeau, Sabal causiarum Palmier sombrero, Palmier de Porto Rico, Palmier à chapeau, Sabal causiarum

Sabal causiarum, le palmier sombrero est un magnifique palmier rustique, dans le genre solide et massif. Très lent à se développer en pot, en pleine terre c'est l'espèce de sabal[...]

Palmier trièdre, Palmier triangle, Dypsis decaryi Palmier trièdre, Palmier triangle, Dypsis decaryi

Dypsis decaryi, le palmier trièdre ou palmier triangle est un palmier originaire de Madagascar, où il croît sur les pentes rocheuses et ensoleillées. Il appartient à la famille des Arécacées....

Vos commentairesAjouter un commentaire