La slow food

La slow food
La slow food

Mouvement international comprenant plus de 100 000 membres, « slow food » est une véritable invitation à réapprendre à mieux manger. Focus sur une pratique qui rejette en bloc la notion de malbouffe...

Qu'est-ce que la slow food ?

La « slow food » ou « restauration lente » en français, est un mouvement basé sur un retour aux sources qui consiste à se nourrir sainement de produits locaux. Cette philosophie se veut nourrir à la fois le corps et l'esprit dans une belle harmonie avec la nature. Crée en Italie il y a 24 ans de cela, en opposition à l'implantation du premier fast food au cœur de Rome, « Slow food » ne cesse de faire des émules de part le monde.

Ce mouvement est en opposition avec les notions de globalisation et de mondialisation qui peu à peu ont changé nos habitudes, nous poussant à consommer des produits manufacturés tout prêts, transformés, surgelés ou micro-ondables. Cette junk food actuelle est rejetée par les adeptes du mouvement désireux de remettre en valeur les productions à petites échelles et de relancer ainsi une économie locale dans le respect de l'environnement.

Qui est le créateur du mouvement ?

Le fondateur de « Slow food » n'est autre que Carlo Petrini qui vient d'être nommé « Champion de la Terre » par les Nations Unies. Cette récompense lui a été attribuée pour mettre en lumière sa contribution dans le domaine de l’environnement et du développement durable.

Le réseau Slow Food, constitué de plus 100.000 personnes s'étend sur 150 pays. Il participe à l’impératif actuel de consommation et de production durable, garant de la sécurité alimentaire, et défenseur des traditions alimentaires locales. Ceci permet, sur le long terme, de protéger la biodiversité locale notamment au travers du réseau « Terra Madre » fier de ses 250 universités et centres de recherches dans le monde entier.

La Slow food en France

En France le mouvement est très actif et travaille à la remise en valeur des produits artisanaux de qualité. Il est divisé en « conviviums » c'est à dire en groupes locaux qui agissent directement et concrètement dans chaque région. Les adhérents du convivium rencontrent les producteurs, organisent des ateliers et des dégustations de produits locaux et travaillent aussi au niveau de l'amélioration de la qualité dans la restauration scolaire.

Autre notion importante « L'Arche du Goût » qui est une étape stratégique ayant pour but de faire un inventaire complet des produits traditionnels.

Des Sentinelles ont aussi été crées. Chacune d'entre-elle est en fait un projet de sauvegarde de la biodiversité agricole ou de relance économique d'un produit bien spécifique.

En France on compte une quinzaine de sentinelles dont la vache bretonne pie noir, le chou de Lorient, le fromage d'Auvergne au lait de vaches race Salers, mais aussi la poule de Gascogne ou le porc noir de Bigorre.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire