A LA UNE »
Le tourteau de ricin

Noisetier (Noisette), Coudrier, Avelinier

Noisettes

Le noisetier Corylus avellana est ornemental, producteur de noisettes, et même parfois arbre truffier. Espèce indigène et favorable à la biodiversité, ses variétés améliorées sont cependant très souhaitables. Superbe sous sa forme naturelle en parasol, il s’utilise aussi en haie ou en bosquet.

Botanique

Nom latin  : Corylus avellana
Famille  : Bétulacées
Origine  : Europe, Asie mineure, Algérie
Période de floraison : les chatons apparaissent en plein hiver, quelques semaines avant les glomérules qui sont les fleurs femelles
Couleur des fleurs  : chatons mâles jaunes
Type de plante : arbuste de moyen développement
Type de végétation : arbustive
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 2 à 5 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique jusqu'à -18 °C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : très tolérant
Acidité du sol  : légèrement acide à basique
Humidité du sol  : normal
Utilisation : en isolé, par paire, en haie, en bosquet, culture fruitière
Plantation, rempotage : automne jusqu'à mars
Méthode de multiplication : bouturage en novembre, prélèvement de drageons, marcottage, semis mais les noisettes obtenues sont plus petites qu'une obtention par bouturage ou marcottage
Taille : Un éclaircissage peut être pratiqué régulièrement pour aérer le pied. En fin d'automne, coupez les branches génantes.
Maladies et ravageurs : les larves du balanin ou ver des noisettes

Généralités

Corylus avellana, noisetier ou coudrier, est un arbuste caduc appartenant à la famille des Bétulacées, donc apparentée aux bouleaux. Il est largement distribué en Europe et en Asie, c’est une espèce indigène présente presque dans toute la France, notamment en lisière ou en clairière forestière. ses variétés améliorées font d’excellents producteurs de noisettes ou d’admirables arbustes ornementaux. Il permet aussi la production de truffe.

Description du noisetier commun

Corylus avellana est un arbuste aux tiges basales multiples. Il montre une croissance relativement rapide et drageonne abondamment, produisant rapidement des longues tiges droites et souples. Ses branches principales s’épaississent et se ramifient en s’étalant largement. Il prend alors une jolie silhouette en parapluie.

Feuilles et bourgeons sont alternes, dessinant de belles ramilles élégantes. Les feuilles sont grandes de 5 à 12 cm de diamètre, presque rondes, cordées et finement dentées, un peu velues.

La floraison se situe de janvier à mars. Le noisetier commun est monoïque, mais les fleurs mâles et femelles sont séparées, et les fleurs mâles fleurissent avant les fleurs femelles : un processus pour limiter l’autofécondation. Les fleurs mâles sont disposées en longs chatons de 10 cm jaunes ou orange et très décoratifs. Ils se développent sur le bois de l’année antérieure.

Les fleurs femelles sont petites, plutôt en bout de branche, verdâtres mais agrémentées de styles rouge vif. La fécondation est assurée par le vent.

Les fruits, les noisettes, sont enveloppés dans des bractées foliacées. Elles sont normalement plutôt rondes, mais des variétés croisées avec Corylus maxima produisent des fruits plus longs. Elles sont riches en oméga 3 et en vitamine E. Les noisettes font parfois l’objet de culture intensive, notamment en Turquie et en Espagne. Elles se conservent bien une fois sèches, mais sont absolument délicieuses lorsqu’elles sont fraîches et encore juteuses.

Noisetier truffier : Au niveau de ses racines, Corylus avellana se mets en symbiose avec des champignons mycorhiseurs, notamment avec plusieurs espèces de truffes dont Tuber melanosporum et Tuber uncinatum. Il est possible d’acquérir des noisetiers truffiers (déjà myccorhisés par la truffe) auprès de producteurs spécialisés.

Choisir ses variétés de noisetier 

Pour obtenir de nombreuses noisettes

Les noisetiers sont de bon producteur de pollen s’ils sont bien exposés au soleil, mais comme floraisons mâles et femelles sont décalées, pour obtenir un maximum de noisettes, il faut choisir une variété productive et l’assortir d’une autre variété (décorative ou non) à la floraison un peu plus tardive. Un couple de noisetiers doit donc fleurir de manière non simultanée.

Variétés à gros rendement

  • Corylus avellana ‘Feriale’ : une obtention récente française et précoce.
  • Corylus avellana ‘Pauetet’ : une variété espagnole, dressée et à très gros rendement avec une récolte de mi-saison.
  • Corylus avelana ‘Webb's Prize Cobb’ : avec de gros fruits en grande quantité, est bien adapté au nord de la France.
  • Corylus avellana ‘Segorbe’ : gros rendement pour cette variété de noisetier français assez précoce, qui de plus, est un bon pollinisateur.
  • Corylus avelana ‘Nottingham’ : variété très productive à petits fruits faciles à ouvrir.
  • Corylus avelana ‘Géant de Halle’ ou ‘Merveille de Bolwiller’, avec sa floraison tardive est un excellent pollinisateur, mais aussi bon producteur.
  • Corylus avelana ‘Rouge de Zeller’, dont les jeunes feuilles sont pourpres, est beau et fructifère.
  • Corylus avelana ‘Longue d’Espagne’, est une variété tardive et moins grande, mais productive.
  • Corylus avellana ‘Butler’, est une variété américaine aux bonnes noisettes rondes.

Noisetiers décoratifs

  • Corylus avellana ‘Maxima Purpurea’, le magnifique noisetier pourpre, presque noir en pleine saison et producteur de noisettes longues.
  • Corylus avellana ‘Contorta ‘est le superbe noisetier tortueux, dont il existe maintenant aussi une variété pourpre  ‘Red Magestic’.
  • Corylus avellana ‘Aurea’ aux jeunes feuilles jaunes et à chatons oranges, à planter dans davantage d’ombre
  • Corylus avellana ‘Twister’ : haut de 1,5 m, ce noisetier nain a de plus des rameaux spiralés
  • Corylus avelana ‘Laciniata’, aux étonnantes feuilles rondes profondément dentées

Comment cultiver et utiliser le noisetier commun ?

Corylus avellana, en tant que plante indigène montre une grande facilité de culture et de reprise après transplantation. Il sera de préférence transplanté de novembre à mars, éventuellement à partir d’arbustes à racines nues.

Les noisetiers demandent une exposition ensoleillée à semi-ombragée pour être capables de fructifier correctement. Ils supportent cependant également l’ombre. Les variétés rouges sont plus sombres au soleil, et les variétés dorées préféreront davantage d’ombre.

Le noisetier est très tolérant sur la nature du sol, préférant une terre riche, limoneuse, de légèrement acide à basique. Il aime des conditions d’humidité du sol moyennes. Il n’aura besoin d’être arrosé que l’année suivant sa transplantation.

Il est magnifique, notamment au moment de floraison mâle, seule ou en paire, bien dégagé au milieu du jardin et laissé dans sa forme naturelle. En feuille, il fait ensuite office de parasol. On peut toutefois simplifier sa souche, en éclaircissement le nombre de branches et en ôtant régulièrement les nouveaux rejets en pourtour. Les noisetiers supportent toutefois très bien la taille, ils peuvent même faire partie d’une haie.

Ver ou Balanin des noisettes : le balanin des noisettes est un petit charançon qui se développe en ruinant une partie du feuillage et les noisettes qui servent au développement des larves. La lutte biologique se fait :

  • en secouant les branches au printemps et en aout/septembre au-dessus d’un drap clair posé au sol  : les balanins adultes tombent et peuvent alors être écrasés.
  • en posant en février/mars, un cercle de glu autour de chaque tige, pour empêcher ce charançon de monter le long des troncs. Il hiverne dans les 15 cm de terre sous le noisetier.
  • en ramassant chaque année, les noisettes trouées tombées prématurément en août et en les brûlant avant que le balanin n’en sorte.

Comment multiplier le noisetier ?

Les noisettes germent, mais ne donnent pas un arbuste identique au parent. Les variétés nommées sont donc multipliées par greffage ou plus simplement par rejets de souche (un peu raciné) en novembre, voire également par bouturage.

Espèces et variétés de Corylus

11 espèces dans ce genre 

  • Corylus colurna, le noisetier de Byzance
  • Corylus maxima, grand noisetier aux longues noisettes
  • Corylus sieboldiana, noisetier de Mandchourie
  • Corylus heterophylla, noisetier du Japon
  • Corylus chinensis, noisetier de Chine
  • Corylus ferox, noisetier du Tibet, aux noisettes épineuses
Lire aussi
Tailler le noisetier pour plus de noisettes Tailler le noisetier pour plus de noisettes

Tailler le noisetier permet d'équilibrer sa ramure tout en l'aérant. La production de noisettes sera alors bien meilleure. Quand tailler le noisetier ? Si vous possédez un jeune noisetier,...

La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

A quoi sert une fleur ? A quoi sert une fleur ?

Qu'elles possèdent une exubérante beauté ou qu'elles soient très discrètes, les fleurs ont toutes la même fonction : celle d'abriter les organes reproducteurs de certaines plantes ayant évolué au...

L'eau de fleur d'oranger L'eau de fleur d'oranger

Merveilleuse fragrance se développant dans les pâtisseries ou les entremets, l'eau de fleurs d'oranger n'a pas son pareil pour sublimer les recettes de sa note toute en fraîcheur et en subtilité....

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Vegabelle (Sarthe)
    Je possède de beaux noisetiers produisant de très belles noisettes ... vides ! Mais non percées, mystère !
    Répondre à Vegabelle
    Le 25/10/2017 à 19:26
  • Verre de der (Loire atlantique)
    Les balanins volent tres bien donc l'anneau de glu autour du tronc n'est pas tres utile.
    Répondre à Verre de der
    Le 20/09/2016 à 21:09
  • Super mimine (Dottignies belgique)
    Mon noisetier est rempli de petit vers et chenilles, il est assez haut mais comment le sauver de ces vermines ?
    Répondre à Super mimine
    Le 15/06/2014 à 10:00
  • Eric Blet-charaudeau
    Je deviens de plus en plus intelligent quand je suis sur le net ¨^^^
    Répondre à Eric Blet-charaudeau
    Le 11/11/2012 à 10:43
  • Ania Arievilo
    ...
    Répondre à Ania Arievilo
    Le 21/07/2012 à 14:49
    Caylus (Midi pyrenees)
    Meme si les balanins volent la larve se développe dans le sol, j'ai planté les miens dans la basse-cour, les poules seraient friandes des larves !
    Répondre à Caylus
    Le 03/04/2019 à 11:24