Le sucre et notre santé

Morceaux de sucre
Morceaux de sucre

Le sucre est au coeur d’une polémique quant aux méfaits qu’il peut avoir sur notre santé.

Le sucre, une fois de plus, est mis au pilori nutritionnel, carrément classé comme drogue par certains scientifiques américains. Certes, cet aliment devient dangereux quand il est absorbé en excès mais est-ce une raison pour s’en priver totalement ? Essayons d’apporter quelques éclaircissements à propos du sucre, des sucres ses avantages et ses dangers.

Jusqu’à un passé récent, les Européens ne consommaient pas de sucres industriels. Les sucres (glucose, fructose et saccharose) provenaient seulement des fruits et du miel. Le développement de la filière de la canne à sucre, puis de la betterave a permis d’ajouter du sucre aux aliments à partir du XVIIème siècle en Europe. Le sucre est désormais ajouté dans de nombreux aliments vendus dans le commerce, les desserts, bien sûr, mais aussi les boissons, et même les produits salés. L’un des exemples les plus courants étant celui des petits pois en boîte.

Les principaux sucres ajoutés aux aliments ont tous les mêmes apports caloriques soit 4kcal/g. On en compte quatre :

  • Le sucre ou saccharose blanc ou roux. Il est extrait de la betterave ou de la canne à sucre.
  • Les sirops de glucose, obtenus à partir de l’amidon de maïs ou de blé. Vous les trouverez surtout dans les bonbons ou dans les biscuits.
  • Les sirops de glucose-fructose, préparés à partir de sirops de glucose. Vous les retrouverez aux Etats-Unis dans les boissons, les glaces...
  • Le miel, issu du nectar de fleurs.

Trois scientifiques américains tirent la sonnette d’alarme sur les risques sanitaires mondiaux que présente l’abus de sucre, et en particulier l’absorption de sucres ajoutés comme le fructose dans les boissons et autres préparations industrielles. Selon eux, les produits sucrés devraient faire l’objet de mesures comparables à celles prises pour limiter la consommation d’alcool et de tabac. Selon eux, les sucres ajoutés par les industriels dans les produits alimentaires contribuent à “la crise sanitaire mondiale” que représente l’augmentation des maladies non transmissibles comme le diabète, l’hypertension ou certains cancers. Pour pailler ces effets désastreux, ils encouragent à une hausse des taxes sur le sucre et un accès limité aux produits qui en contiennent.

Dans “sucre”, il faut entendre “fructose” industriel, présent dans les boissons et les aliments sucrés. Est-il vraiment mauvais pour la santé ? Sa spécificité est la suivante : il est assimilé plus lentement par l’organisme que le saccharose, il est moins rassasiant et il a tendance à favoriser le stockage des graisses surtout s’il est consommé en grande quantité. La consommation excessive de fructose favorise l’apparition de diabète de type 2, dit “gras”, pouvant entraîner des maladies cardiovasculaires. L’ennemi, ce n’est pas le fructose naturel présent dans les fruits, mais le fructose fabriqué industriellement, utilisé comme additif.

Aux Etats-Unis, les sucres se présentent sous la forme de sirop de maïs à haute teneur en fructose. Selon des chercheurs américains, sa consommation excessive exerce sur le foie des effets toxiques similaires à ceux de l’alcool, et pourrait induire une dépendance chez l’homme. Les américains sont de gros consommateurs de sucres (sucre + sirop de fructose-glucose), de gros buveurs de sodas, ceux qui boivent de plus de trois à quatre litres par jour et ceux-là risquent plus le surpoids.

En effet, les scientifiques se rejoignent sur le fait que le fructose n’a pas d’impact sur l’effet de satiété et perturbe ainsi le signal de la faim, poussant le consommateur à manger davantage.

En France qu’en est-il ?

Contrairement aux Etats-unis où il y a une véritable culture du soda avec toutes sortes de variétés, la situation en France n’est tout de même pas identique. Les français sont néanmoins raisonnables en matière de consommation de sucre. En effet nous consommons deux fois moins de sucre que les Américains et deux à quatre fois moins de boissons sucrées que nos voisins Outre-Atlantique. Il est vrai qu’Il faut éviter le plus possible les aliments avec des sucres ajoutés. Qu’il soit issu du maïs, de la betterave ou de la canne à sucre, le fructose industriel est plutôt à éviter, dans la mesure du possible, préconisent les spécialistes français. Sur les étiquettes alimentaires, il est signalé ainsi : sirop de glucose, fructose ou sirop de maïs. On en trouve dans les céréales, la confiture, les yaourts sucrés, les entremets, la pâtisserie industrielle, les gâteaux et les boissons.

D’après des scientifiques français, le fructose ne peut-être tenu directement responsable de l’hypertension, des maladies cardiovasculaires ou du diabète chez certaines personnes, car ces complications découlent elles-même le plus souvent d’un surpoids. Or, on s’aperçoit que le problème vient plutôt du fait qu’elles mangent trop gras et boivent de l’alcool, pas forcément qu’elles consomment trop de sucre. À cela s’ajoute l’impact d’une sédentarité croissante et de la destruction des “rituels” des repas, qui pousse les gens à grignoter.

Chose certaine, on sait qu’une alimentation très sucrée participe à la prise de poids menant au surpoids et à l’obésité, un état qui engendre certaines complications de santé. Il en va de même des aliments à forte densité calorique tels que les aliments transformés, les plats préparés et la restauration rapide. Ce n’est donc pas le sucre en lui-même qui pose problème mais bien un excès durable de produits gras et sucrés. Les professionnels de santé rappellent donc l’importance de l’information, la prévention par l’éducation sur une consommation alimentaire responsable et encadrée. Prévenir les excès par l’éducation au goût, le (ré)apprentissage de la cuisine et l’importance du repas... est une bonne initiative.

Mieux connaître les produits sucrées nous permet de mieux gérer notre consommation à tous les stades de la vie. Des solutions certes pas toujours simples à mettre en application et des efforts à faire mais aussi et sans doute plus fiables sur le long terme. Bien que le sucre soit dangereux pour notre santé s’il est consommé en excès, le sucre ne doit pas être proscrit tout de même, il est important dans la notion de plaisir, c’est une énergie immédiatement disponible pour le corps et les sucres fournissent sous forme de glucose l’essentiel de l’énergie indispensable au fonctionnement des cellules de l’organisme. Le glucose est le carburant du cerveau. Mieux vaut consommer sous la forme classique, le sucre de table, ou dans des aliments à sucres lents comme le pain, les pâtes et autres féculents.

Rien n’interdit donc une consommation raisonnable et occasionnelle de sodas, de bonbons ou de gâteaux, même s’il faut rester vigilant puisque les maux qui affectent les Etats-Unis se retrouvent souvent en France 10 à 20 ans plus tard.

L’organisation mondiale de la santé (OMS) et l’ONU ont pris conscience du problème, qui ont adopté en septembre 2011, une résolution appelant à promouvoir l’activité physique et une alimentation ne présentant pas d’excès en graisses, en sel et en sucre.

Lire aussi
Le sel, un ennemi pour la santé Le sel, un ennemi pour la santé

Le sel est un minéral indispensable à notre corps, cependant, dans notre société actuelle, les apports passifs, masqués sous de nombreuses formes tendent à rompre ce bel équilibre. Voyons comment...

Les plantes à sucre Les plantes à sucre

Le sucre est présent dans les plantes de manière naturelle puisqu'il entre dans le processus de photosynthèse. Certaines plantes remplacent à merveille le sucre de canne ou le classique sucre blanc...

Jardiner, c'est la santé ! Jardiner, c'est la santé !

Le jardinage peut être pratiqué à n’importe quel âge, il suffit d’adapter les travaux à ses capacités. Pour jardiner en toute sécurité, tout n’est que question de bon sens. Pour...

Les épices, c'est bon pour la santé ! Les épices, c'est bon pour la santé !

Les épices règnent en maître dans nos cuisines depuis l’antiquité. Produit miracle pour nos plats mais aussi pour notre santé, les épices sont parties intégrantes de notre culture et de notre...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Bourru07 (Cévennes)
    Je suis ravi de trouver ici un article de synthèse bien fait. Loin des copier coller habituels des communiqués de presse simplistes. Si les "journalistes" de télévision et/ou de radio voulaient faire le même même travail de qualité que celui de votre rédacteur, on aurait moins le sentiment d'être manipulés. Bravo...
    Répondre à Bourru07
    Le 12/06/2016 à 19:59