Cierge d’argent, Cimicaire

Cimicifuga matsumurae 'Elstead'

Botanique

Nom latin  : Actaea matsumurae
Synonymes  : Cimicifuga matsumurae, Actaea simplex
Famille  : Renonculacées
Origine  : Chine, Japon
Espèces proches : septembre à octobre
Période de floraison : septembre à octobre
Couleur des fleurs  : blanche
Type de plante : plante à fleur pour massif d’ombre
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 1 à 1,50 m

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -27°C minimum
Exposition  : ombre à mi-ombre
Type de sol : riche et argileux
Acidité du sol  : légèrement acide à légèrement basique
Humidité du sol  : frais
Utilisation : fond de massif
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : division de touffes, semis

Le genre Actaea, appartenant à la famille des Renonculacées rassemble une trentaine d’espèces, distribuées dans l’hémisphère nord. Du point de vue taxonomique, le genre Cimicifuga, est aujourd’hui rattaché à Actaea. C’est pourquoi cette belle plante vivace originaire d’Asie est décrite aussi bien sous le nom d’Actaea mastumurae que Cimicifuga mastumurae, et il y a encore peu comme Cimicifuga simplex.

Le cierge d’argent est une plante couramment cultivée dans les jardins de vivaces informels, car c’est une excellente vivace d’arrière-plan. Ses inflorescences légères et lumineuses sont mises en valeur devant un fond sombre tel qu’une haie de conifères, dans l’ombre d’un bosquet, ou encore associées à un feuillage pourpre. De plus elle fleurit en fin d’été, quand de nombreuses plantes sont déjà sur le déclin.

Description d’Actaea matsumurae

Ce cierge d’argent développe un rhizome souterrain peu traçant d’où s’élèvent de grandes feuilles composées très découpées, au long pétiole. Le feuillage d’Actaea matsumurae, une fois développé, fait 40 à 60 cm de haut, la souche s’élargit lentement avec l’Age. À partir du mois d’aout, les hampes florales s’élèvent jusque 1 m à 1m 50, très ramifiées et portant de nombreux épis denses et étroits. Ils sont écru et d’allure duveteuse : traits verticaux (parfois élégamment arqués) et lumineux flottant dans les airs. Les fleurs de petite taille sont très nombreuses, presque sans pétales : ce sont leurs étamines qui rendent les épis si esthétiques.

Culture du cierge d’argent

Acteae matsumurae est facile de culture, à l’ombre ou à mi- ombre, pour peu que le sol soit frais, voire humide. Il supporte toute sorte de terre, mais préfère celle d’une tendance argileuse et riche. La difficulté est qu’il est très long à s’installer au jardin, mettant plusieurs années avant de fleurir la première fois pour obtenir une étroite hampe malingre, et encore une paire d’années supplémentaires avant d’offrir une riche floraison bien ramifiée, sur une souche luxuriante.

Le cierge d’argent est installé à l’automne, ou au printemps, avec un apport de compost pour enrichir la terre. Il faut prendre soin de bien arroser régulièrement en été durant la première année de plantation. Il ne supporte pas la sécheresse et fane parfois s’il fait trop chaud. La fraicheur du sol, qui lui est indispensable, peut être maintenue plus facilement en été avec un paillis de débris végétaux.

Les tiges se dessèchent en fin de saison, la plante passe l’hiver sous forme de tiges souterraines. Les nouvelles pousses réapparaissent au printemps, en se déployant très rapidement. Les feuilles contiennent un insecticide naturel, et ne sont pas sensibles aux attaques des insectes. En revanche, limaces et escargots en sont friands lorsqu’elles sont toutes tendres, au démarrage de la végétation.

Comment multiplier le cierge d’argent ?

Actaea matsumurae se divise à l’automne à partir d’une grosse plante. Vu la lenteur que montrent les racines à s’établir, la division, faite d’un coup de bèche qui va séparer un morceau de rhizome à la périphérie, ne doit en aucun cas ébranler le reste de la plante.

Le saviez-vous ?

Les feuilles contenant un insecticide naturel, étaient autrefois utilisées séchées dans les matelas pour éviter la prolifération des punaises dans les literies.

Espèces et variétés de Actaea

Le genre compte une trentaine d’espèces vivaces
Actaea spicata, l’herbe de st Christophe
Actaea purpurea, aux fleurs pourpres
Actaea matsumurae ‘White Pearl’ très florifère
Actaea matsumurae ‘Elstead Variétie’, hampes aux tiges foncées, très ramifiées

Lire aussi
La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

A quoi sert une fleur ? A quoi sert une fleur ?

Qu'elles possèdent une exubérante beauté ou qu'elles soient très discrètes, les fleurs ont toutes la même fonction : celle d'abriter les organes reproducteurs de certaines plantes ayant évolué au...

L'eau de fleur d'oranger L'eau de fleur d'oranger

Merveilleuse fragrance se développant dans les pâtisseries ou les entremets, l'eau de fleurs d'oranger n'a pas son pareil pour sublimer les recettes de sa note toute en fraîcheur et en subtilité....

La fleur de sel n'est pas une fleur La fleur de sel n'est pas une fleur

On pourrait aisément imaginer une délicate fleur faite de cristaux de sel à la manière des flocons de neige... Mais cette image n'est valable que dans le monde de la poésie car la réalité est toute...

Vos commentairesAjouter un commentaire