Bellevalia pycnantha

Bellevalia pycnantha
Bellevalia pycnantha

Botanique

Nom latin  : Bellevalia pycnantha
Synonymes  : Bellevalia paradoxa, Muscari paradoxum
Famille  : Asparagacées
Origine  : Turquie
Période de floraison : avril, mai
Couleur des fleurs  : bleu foncé
Type de plante : plante à bulbe
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 10 à 40 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, jusqu'à -14 °C
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : tolérant en sol drainé
Acidité du sol  : légèrement acide à légèrement basique
Humidité du sol  : normal, mais bien drainé
Utilisation : rocaille, sous-bois, parterre
Plantation, rempotage : été
Méthode de multiplication : division, semis

Bellevalia pycnantha ou Bellevalia paradoxa est une plante bulbeuse appartenant à la famille des Asparagacées, et plus généralement aux Liliacées. Ce genre proche des Muscaris (il a d’ailleurs était appelé un moment Muscari paradoxa) et des jacinthes contient une cinquantaine d’espèces. Bellevalia pycnantha est originaire de Turquie, présent dans les montagnes du Caucase, en prairie ou au milieu des amas rocheux. Elle est l’une des espèces parfois cultivées. Ce petit bulbe à la floraison sombre est des plus charmants, il peut se naturaliser parfois, mais sans jamais devenir envahissant.

Description de Bellevalia paradoxa

Bellevalia paradoxa montre un bulbe sphérique à ovoïde de 1,5 à 2 cm de diamètre, recouvert d’une chemise pâle.

Il commence sa croissance en fin d’été, par un développement racinaire, puis quelques feuilles émergent dans le courant de l’hiver. Les feuilles sont plus larges que celles du muscari d’Arménie. Elles sont linéaires à lancéolées, larges de 0,6 à 15 mm, longues de 10 à 40 cm.

La floraison est longue. Les grappes de fleurs s’élèvent au-dessus du feuillage vers avril mai. Les fleurs sont organisées en racème conique, haut de 4 à 8 cm. Les boutons floraux, de forme géométrique, sont bleu sombre ; ils semblent collés les uns aux autres. Les fleurs campanulées longues de 8 à 14 mm, s’ouvrent davantage que chez les muscaris, et sont plus longuement pédonculées.

Ces fleurettes bleu ardoise attirent les insectes pollinisateurs, dont de nombreux bourdons. Elles forment généralement des fruits triangulaires qui libèrent de petites graines rondes.

Le cycle végétatif de Bellevalia paradoxa se termine généralement courant juin. La plante disparait le temps d’un repos estival au sec.

Comment cultiver Bellevalia paradoxa ?

Ce bellevalia est facile à réussir s’il dispose d’un sol drainant, soit caillouteux ou sablonneux, soit un emplacement entre les racines d’un arbre caduc, ou encore un espace dans une auge, sur une rocaille ou dans une pente. À partir du moment où la terre n’est pas compacte et asphyxiante, Bellevalia pycnantha tolère toutes sortes de sols. Il apprécie également une période bien sèche pendant sa dormance estivale.

Il demande un emplacement ensoleillé en hiver, et éventuellement, ce qui est le cas sous les arbres caducs. Cette plante peut être associé à d’autres petits bulbes qui ont des besoins similaires, comme des tulipes botaniques, des Sternbergia lutea qui fleurissent en automne ou des scilles, mais aussi avec d’autres plantes de rocaille tapissante au développement plus estival.

Bellevalia paradoxa est plantée de fin août à novembre, à une profondeur de 12 cm. Il est rustique jusqu’à -14 °C, mais des gelées tardives un peu sévères peuvent bruler légèrement ses boutons floraux.

Dans un jardin aux étés trop humides, il peut être judicieux de lever les bulbes lorsque les feuilles jaunissent, de les conserver au sec et de le replanter en septembre.

Comment multiplier Bellevalia pycnantha ?

Les graines sont semées dès leur maturité dans un pot de terre drainante. Elles germent généralement en septembre-octobre.

Les bulbes peuvent être divisés ou transplantés lorsque les feuilles jaunissent. Ce moment est le plus propice pour les remanier, car on voit encore bien leur emplacement. Ils sont remis en terre fin août ou en septembre.

Espèces et variétés de Bellevalia

Environ 50 espèces dans le genre

  • Bellevalia romana, aux fleurs blanches
  • Bellevalia trifoliata, bellevalia à 3 feuilles
  • Bellevalia chrisii, espèce récemment découverte de Turquie
  • Bellevalia desertorum, superbe espèce désertique
  • Bellevalia dubia, une espèce méditerranéenne
  • Bellevallia hyacinthoides, bleu délavé
  • Bellevalia sitiaca, rare espèce crétoise
  • Bellevalia turkestanica, autre espèce turque intéressante
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire