Poivre de Tasmanie

Poivre de Tasmanie, Tasmannia lanceolata

Botanique

Nom latin  : Tasmannia lanceolata
Synonymes  : Drimys lanceolata, Winterania lanceolata, Drimys aromatica
Famille  : Wintéracées
Origine  : Australie
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : crème
Type de plante : arbuste persistant pour climat doux et humide
Type de végétation : arbustive
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 2 à 4 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, -15°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : riche et humifère
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : normal à frais
Utilisation : en isolé, massif, haie, plante condimentaire
Plantation, rempotage : automne jusqu’à mars

Tasmannia lanceolata, le poivre de Tasmanie, est un arbuste aux feuilles persistantes de la famille des Wintériacées, originaire du sud-est australien. Le poivre de Tasmanie était autrefois intégré dans le genre Drymis, sous le nom de Drymis aromatica ou Drymis lanceolata, ce qui fait qu’actuellement l’arbuste est encore appelé sous plusieurs noms latins.

Le poivre de Tasmanie fait un bel arbuste d’ornement, original, aisé à cultiver dans les jardins humides aux hivers doux, tel qu’en climat Breton.

Description du poivre de Tasmanie

Tasmannia lanceolata développe lentement un arbuste arrondi et dense, de 2 à 4 m de hauteur. Les feuilles sont lancéolées, de 4 à 8 cm de longueur pour 1 à 2 cm de large, vert foncé, très luisantes, au revers mat et clair. Les jeunes tiges sont de couleur rouge. Courant juin, les petites fleurs crème, à 5 pétales étroits et cireux, apparaissent regroupées au bout des branches. L’espèce est dioïque, chaque arbuste est mâle ou femelle. Les fleurs femelles se reconnaissent facilement avec leur ovaire, petite boule verte au centre de la fleur. Lorsque cette fleur est fécondées, le fruit s’arrondie en 2 lobes et rougit. Il devient noir à maturité. Il faut avoir les deux sexes pour espérer une fructification, ainsi le poivre de Tasmanie se pare de belles grappes charnues, rouges à noires, très décoratives. Drymis lanceolata est un bon coupe-vent et forme de jolies haies persistantes.

Drymis lanceolata ‘Suzette’ est une forme panachée très irrégulièrement de crème. Les feuilles claires contrastent joliment avec les tiges violines.

Drymis lanceolata ‘Mt wellington’ est plus compact.

Culture du poivre de Tasmanie

Tasmannia lanceolata aime un sol frais et drainant, humifère, à tendance acide. Un sol argileux et limoneux lui convient, mais il ne supporte pas le calcaire. Il apprécie une exposition semi-ombragée, résiste bien au vent, mais redoute les embruns.

Il est planté en automne, dans les régions au climat vraiment doux. Par contre pour les régions où la température descend parfois à -10°C, le meilleurs moment pour implanter Drimys lanceolata se situe au mois de mars : il a ainsi toute la belle saison, durant laquelle il bénéficie d’arrosages réguliers, pour bien s’établir. Un apport de terreau bien décomposé est bénéfique, ainsi qu’un paillage en été pour garder le sol frais.

Multiplier Drimys lanceolata

Le poivre de Tasmanie se multiplie par semis ou bouturage. Les graines récoltées en automne sont semées sous châssis au printemps. Les boutures à talon sont prélevées en juillet et aout, mises à l’étouffé. Chaque rameau bouturé doit faire de 10 à 15 cm, et être semi-aouté, c’est-à-dire moitié vert, moitié lignifié. Pour obtenir un beau talon, les boutures sont cassées en appuyant vers le bas de sorte qu’une partie de l’écorce de la branche principale vienne avec la bouture.

Utilisation en tant que condiment

Les graines ont un gout poivré et pimenté. Leur saveur pimentée entre parfois dans la composition de sauce wasabi. Au gout, Les baies rappellent aussi un peu la cannelle.

Feuilles et graines séchées ont un rôle antimicrobien, intéressant pour la conservation des aliments.

Espèces et variétés de Tasmannia

une trentaine d’espèces dans ce genre
Tasmannia aromatica ‘Suzette’ au feuillage panaché
Tasmannia aromatica ‘Mt Wellington’ aux pousses rouge orangé

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire