Gloire des neiges

Gloire des neiges, Chionodoxa forbesii

Botanique

Nom latin  : Chionodoxa forbesii
Synonyme  : Chionodoxa luciliae hort
Famille  : Hyacinthacées
Origine  : Turquie
Espèces proches : Chionodoxa luciliae
Période de floraison : mars
Couleur des fleurs  : bleu
Type de plante : plante à fleur herbacée
Type de végétation : bulbe vivace
Type de feuillage  : caduc en région froide
Hauteur : 10 à 20 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, -25 °C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : sol riche et drainant
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : frais
Utilisation : massif
Plantation, rempotage : automne
Méthode de multiplication : division des bulbes

Les gloires des neiges sont de jolies petites fleurs bleues qui sonnent le retour du printemps. Comme leur nom l’indique, elles apparaissent au sortir de l’hiver, et il leur faut impérativement un hiver froid pour fleurir. Bien qu’elles soient de petite taille, leur précocité et leur facilité de culture en fond des plantes appréciées. Elles sont magnifiques en groupe et parfois s’acclimatent d’elles-mêmes dans les jardins, sans aucun soin particulier.

Les gloires des neiges sont des bulbes répandus dans le commerce, mais sous une certaine confusion entre deux espèces : Chionodoxa luciliae et Chionodoxa forbesii qui lui ressemble. La seconde est celle la plus couramment vendue, au point qu’on la nomme aussi Chionodoxa luciliae hort.

Description de la gloire des neiges

Les fleurs sont formées de 6 tépales bleus à base blanche. Pour l’espèce Chionodoxa luciliae hort. La hampe florale atteint 20 cm de haut et porte jusque 12 fleurs de 3 cm. Pour Chionodoxa luciliae, les fleurs sont plus grandes mais moins nombreuses, de 3 à 5 sur une hampe plus courte.

Les feuilles sont rubanées, de 8 cm de long. Les bulbes sont petits, 2-3 cm de large, et ronds.

Comment planter les gloires des neiges ?

La plantation se fait de la fin de l’été jusqu’en automne. Dès la plantation, les bulbes produisent leurs racines et préparent leur croissance hivernale. Les bulbes gagnent à être laissés en place ensuite. S’ils se plaisent, ils sont capables de s’acclimater dans votre jardin, et de se multiplier par eux-mêmes. Ils sont très rarement envahissants.

Les Chionodoxa forbesii seront beaucoup mieux mis en valeur en groupe que dispersés ; les petits bulbes sont enterrés sur une profondeur de 3 fois la hauteur du bulbe, soit environ 7 à 10 cm de profond. On peut creuser légèrement plus afin de poser les bulbes sur quelques cm de terre de jardin mélangé à du sable grossier : cette technique à l’avantage d’apporter un meilleurs drainage, et peut s’avérer indispensable en sol argileux. On laisse quelques centimètres entre les bulbes.

Un emplacement ensoleillé au printemps est judicieux. S’il devient ombragé en été, c’est aussi bien, car Chionodoxa forbesii n’aime pas les grosses chaleurs d’été, pendant sa dormance. Les bulbes seront au frais entre des vivaces ou des annuelles plus hautes.

Comment propager la gloire des neiges ?

Les bulbes produisent de nombreux petits bulbes lorsqu’ils sont dans un sol riche. Leur division est possible en été, pendant la dormance, au moment où les feuilles ont complètement disparu. L’idéal est de surveiller la fin du cycle végétatif car plus tard il est parfois difficile de les localiser.

Le semis spontané est possible, mais vous pouvez aussi récolter les graines et les semer sous châssis froid avant l’hiver; La germination se fait au printemps.

A noter que l’espèce s’hybride facilement avec les scilles. Donc il vaut mieux éloigner les deux espèces pour garder des semences pures.

Le saviez-vous ?

Chionodoxa vient des mots grecs ‘doxa’ qui signifie gloire, honneur et ‘chiôn’ signifiant neige.

La traduction littérale est donc bien gloire des neiges.

Le qualificatif luciliae fait référence à la maman du découvreur, Pierre Edmond Boissier, dont le prénom était Lucile.

Espèces et variétés de Chionodoxa

Le genre comprend 6 espèces
- Chionodoxa luciliae hort. (ou Chionodoxa forbesii) est confondu avec Chionodoxa luciliae
- Chionodoxa sardensis est plus rare

Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire