Chénopode blanc, Anérine blanche, Poule grasse, Drageline, Senousse, Herbe aux vendangeurs

Chénopode blanc, Anérine blanche, Poule grasse, Drageline, Senousse, Herbe aux vendangeurs, Chenopodium album
Chénopode blanc, Anérine blanche, Poule grasse, Drageline, Senousse, Herbe aux vendangeurs, Chenopodium album

Botanique

Nom latin  : Chenopodium album
Famille  : Chénopodiacées
Origine  : Europe du Nord, Moyen-Orient, Afrique du Nord
Période de floraison : mars à mai puis parfois en automne
Couleur des fleurs  : vertes/blanchâtres
Type de plante : adventice
Type de végétation : annuelle
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : jusqu'à 2 m

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique
Exposition  : soleil, mi-ombre
Type de sol : tous
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : assez frais
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis

Le chénopode blanc (Chenopodium album) est une plante annuelle invasive faisant partie de la famille des Chenopodiacées ou des Amaranthacées. Elle pousse à l'état naturel en Europe de Nord mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Véritable peste au jardin, elle s’adapte à tous les sols et affectionne toutes les cultures fertilisées. Elle colonise les cultures de nos agriculteurs, surtout le maïs et le tournesol et affectionne tout autant nos potagers. On la rencontre aussi dans les parcs, les friches et au bord des routes.

Sa croissance est remarquable sur les terres fréquemment travaillées et surtout arrosées. Elle est considérée comme la pire des "sauvages au jardin" surtout par les milliers de graines (± 100 000 par pied) qu'elle produit et qui se conservent très longtemps dans le sol (plus de 100 ans).

On reconnaît le chénopode blanc à son port dressé et à sa tige érigée, dure, ramifiée est souvent striée de rouge. Ses racines traçantes et superficielles s'étalent très loin autour de la tige. La plantule présente des cotylédons elliptiques, à sommets arrondis en massue, plus ou moins pétiolés. Une fois adulte la plante peut tout de même atteindre deux mètres de hauteur. Ses feuilles sont plus longues que larges, rétrécies à la base, farineuses à la face inférieure, et laissant une texture sableuse sur les doigts. Les feuilles inférieures sont opposées à limbe entier et ovale, les feuilles suivantes sont alternes, dentées, crénelées et rappelant par leur forme "une patte d'oie".

De juin à octobre, le chénopode produit des petites fleurs vertes parfois blanchâtres, voire un peu rougeâtres en épis denses qui donnent ensuite naissance à de petits fruits sous forme d'akènes noirs et luisants.

Confusion de détermination

Il existe un nombre important de chénopodes ainsi que de variétés du chénopode blanc (dont l'identification nécessite le recours au microscope).

Le chénopode blanc peut être confondu avec le chénopode hybride (Chenopodium hybridum) dont le limbe de grande taille se termine par 2 ou 4 grandes dents aiguës et triangulaires. Autres confusions possibles avec le chénopode rouge (Chenopodium rubrum) reconnaissable par la couleur des inflorescences et avec l'épazote (Chenopodium ambrosioides) qui a une odeur de citronnelle.

La confusion est aussi possible avec l'arroche des jardins (Atriplex hortensis) mais les 2 ou 4 premières feuilles sont disposées par paires opposées.

Utilisations culinaire et pharmaceutique

On peut consommer les feuilles (riches en protéines, en vitamines A et C) et les extrémités des tiges, cuites comme celles des épinards. Les jeunes tiges se consomment aussi comme des asperges.

La consommation du feuillage cru est déconseillée en raison de la saponine, des nitrates et de l'acide oxalique contenus dans la plante. Après cuisson, la saponine disparaît mais des oxalates apparaissent (les malades rénaux doivent donc s'en méfier).

Les racines fraîches écrasées donnent un substitut de savon doux.

Plante bio-indicatrice

La plante répond directement à la teneur en magnésium, mais surtout en azote du sol.

Espèces et variétés de Chenopodium

le genre présente plus de 170 espèces.
Chenopodium album ssp. amaranticolor aux inflorescences pourpres.

Nos fiches
Lire aussi
Les jardins du Quai Louis Blanc (72) Les jardins du Quai Louis Blanc (72)

Entre histoire et modernité... Si la ville du Mans est plus connue pour ses spécialités culinaires ou sa course de 24 heures, c’est aussi une ville riche en histoire. Le vieux Mans, la...

Le mur végétal par Patrick BLANC Le mur végétal par Patrick BLANC

Véritable fresque vivante, le mur végétal imaginé par Patrick BLANC est basé sur une nouvelle technique de culture qui permet de végétaliser n'importe quelle surface verticale en s'affranchissant...

La faucille, du blé à l'herbe La faucille, du blé à l'herbe

La faucille, un outil qui rend encore de bons services au jardin L'apparition de la faucille remonte au néolithique. Les premiers agriculteurs inventent un instrument composé de plusieurs lames de...

L'herbe à sucre, Stevia rebaudiana L'herbe à sucre, Stevia rebaudiana

Laurent BOURGEOIS de la pépinière AROM'ANTIQUE nous parle de l'herbe à sucre L'herbe à sucre ou Stevia rebaudiana est originaire du Paraguay. Elle a un très fort pouvoir sucrant qui est même...

Vos commentairesAjouter un commentaire