Corokie cotonéastre, Corokia cotonéaster

Corokie cotonéastre, Corokia cotonéaster, Corokia cotoneaster

Le corokie cotonéastre est un arbuste de rusticité modérée, plutôt adapté en pleine terre pour les régions aux hivers doux. Il est tolérant à la sécheresse et aux sols pauvres.

Botanique

Nom latin Corokia cotoneaster
Famille Argophyllacées
Origine Nouvelle-Zélande
Floraison printemps
Fleurs jaune
Typearbuste ornemental
Végétationarbustive
Feuillage persistant
Hauteur2 à 3 m, mais se taille

Planter et cultiver

Rusticité semi-rustique, jusqu'à -8 °C
Exposition ensoleillée à ombre claire
Soltolérant, assez drainant plutôt pauvre
Acidité relativement neutre
Humidité normal à sec
Utilisationen isolé, dans un massif, en haie, en pot profond
Plantationprintemps
Multiplicationbouture, semis
Corokie cotonéastre, Corokia cotonéaster, Corokia cotoneaster
» Proposer une photo

Corokia cotonéaster, le corokie cotonéastre est un arbuste de rusticité modérée, donc plutôt adapté en pleine terre pour le climat méditerranéen ou les régions aux hivers doux. Tolérant à la sécheresse et aux sols pauvres, il charme par la finesse de son branchage qui met en valeur fleurs et fruits.

Corokia cotonéaster, appelé corokie ou corokia cotonéastre est un arbuste appartenant à la famille des Argophyllaceae, présente seulement en Océanie. Il est originaire et endémique de Nouvelle-Zélande, assez répandu en milieu divers, de la montagne aux bords côtiers rocheux, en passant par la plaine : partout où le climat n’est pas trop humide. C’est donc une plante tolérante en culture, malgré une rusticité modérée, appréciée pour la grande finesse de sa ramure. 

Description du Corokia cotoneaster

Le corokie cotonéastre produit un buisson dense de minuscules et très fines branches en zigzag. Tout est en délicatesse dans cet arbuste : les branches feutrées de blanc sont ramifiées au point de créer comme un brouillard, les feuilles petites et spatulées, vert noirâtre au-dessus et feutrées de blanc au revers mesurent environ 1 cm de long. Elles sont persistantes sauf par grand froid, coriaces, et sont assez variables en forme selon les conditions de culture : plus rondes, lorsqu’elles sont ombragées, plus étroites si elles sont éventées ou très ensoleillées. Sans que ce feuillage soit très présent, il ponctue plaisamment le maillage des branches.

Avril voit apparaître de petites fleurs en étoile jaune qui semblent soudées aux branches. Nectarifères, ses fleurs attirent les insectes et évoluent en petites baies hivernales, rouge vif, orangées ou jaunes, qui sont consommées par les oiseaux. Ces derniers iront ainsi déposer les semences ailleurs...

Corokia cotonéaster mesure de 2 à 3 m de hauteur pour une épaisseur d’environ 80 cm, cependant sa croissance est relativement lente. Il peut être taillé à la hauteur et à la forme souhaitées sans problème.

Comment cultiver le corokie cotoneastre ?

Corokia cotoneaster est tolérant à de nombreuses conditions de culture : résistant à la sécheresse, au vent, aux embruns, croissant en col assez pauvre, il préfère une terre de ph neutre, supporte le plein soleil comme l’ombre claire. Par contre, il lui faut absolument un drainage convenable, pour éviter les rétentions d’eau au niveau des racines.

Le corokie cotonéastre est également sensibles aux gelées sévères, supportant malgré tout des chutes momentanée jusqu’à -8 °C. Bien qu’il ferait un bon brise-vent ou une haie non piquante impénétrable, sa croissance est un peu lente. Il fait merveille en contraste sur des feuillages sombres de vivaces ou d’arbustes comme en isolé.

Si les hivers sont rudes, il se prête volontiers à la culture en pot profond, qu’on peut alors hiverner en serre froide ou véranda.

Sauf dans une région aux hivers très doux, et étés secs, le corokia cotonéaster se plante en pleine terre au printemps. Malgré sa future résistance à la sécheresse, il sera arrosé régulièrement jusqu’à ce qu’il soit bien enraciné.

S’il doit être taillé, limité en hauteur ou rajeuni, cela est fait juste après la floraison. Les branches taillées peuvent servir à faire de jolies compositions florales.

Comment multiplier Corokia cotonéaster ?

Les boutures de bois mi-mûres (semi-lignifiées), en été, reprennent à l’étouffée et avec de l’hormone de bouturage ; il faudra cependant bien doser l’humidité dans le pot.

Les semis sont possibles à partir des graines contenues dans les fruits. Il faut faire subir une stratification froide aux graines, imposer 6 semaines à 4 °C au pot de semis ou le mettre tout un hiver dans un endroit frais.

Espèces et variétés de Corokia

Une dizaine d’espèces dans ce genre, toutes  originaires d’Océanie

  • Corokia buddleioides, corokia ou corokie à feuille de buddleia
  • Corokia carpodetoides, australien
  • Corokia macrocarpa, corokia à gros fruits jaunes
Lire aussi
La structure d'une fleur La structure d'une fleur

Comportant une énorme diversité de formes, de coloris, de parfums et de tailles, les fleurs ont pourtant toutes la même structure leur permettant d'abriter les organes sexuels et donc de produire...

A quoi sert une fleur ? A quoi sert une fleur ?

Qu'elles possèdent une exubérante beauté ou qu'elles soient très discrètes, les fleurs ont toutes la même fonction : celle d'abriter les organes reproducteurs de certaines plantes ayant évolué au...

L'eau de fleur d'oranger L'eau de fleur d'oranger

Merveilleuse fragrance se développant dans les pâtisseries ou les entremets, l'eau de fleurs d'oranger n'a pas son pareil pour sublimer les recettes de sa note toute en fraîcheur et en subtilité....

La fleur de sel n'est pas une fleur La fleur de sel n'est pas une fleur

On pourrait aisément imaginer une délicate fleur faite de cristaux de sel à la manière des flocons de neige... Mais cette image n'est valable que dans le monde de la poésie car la réalité est toute...

Vos commentairesAjouter un commentaire