Cotonéaster rampant

Cotonéaster rampant, Cotoneaster horizontalis

Botanique

Nom latin  : Cotoneaster horizontalis
Famille  : Rosacées
Origine  : Chine
Période de floraison : Avril mai
Couleur des fleurs  : blanc, rosé
Type de plante : arbuste à fleurs et à fruits décoratifs
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 50cm
Toxicité : contient de l'amygdaline causant des tuméfactions de la bouche, des vomissements, des douleurs abdominales et des diarrhées

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, -25°C
Exposition  : ensoleillée à mi-ombre
Type de sol : tolérant
Acidité du sol  : indifférent
Humidité du sol  : normal
Utilisation : couvre-sol
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : boutures semi-ligneuses en septembre. Semis en automne
Maladies et ravageurs : feu bactérien, pourridié, pucerons, cochenilles et chenilles

Le cotonéaster rampant, Cotoneaster horizontalis, est un arbuste caduc, très rustique, originaire d’Asie, de la famille des Rosacées. Il est introduit en Europe depuis des années, et il est couramment utilisé par les services des espaces-vert. En tant que couvre-sol dense et imposant sur les talus des autoroutes, par exemple, il retient la terre et se prête bien à la taille. Il est aussi intéressant dans les jardins, en haie basse, palissé ou comme couvre-sol avec ses petites fleurs parfumées et ses nombreuses baies décoratives, sachant qu’il peut atteindre une grande taille.

Description du cotonéaster rampant

Cet arbuste vigoureux montre des branches très ramifiées au port horizontale. Non seulement les branches principales poussent allongées, mais les branches secondaires, puis les suivantes, restent toujours dans le même plan. La ramure montre donc une structure plate très caractéristique. Cotoneaster horizontalis atteint facilement 1 m de haut sur 3 à 4 m de large avec l’âge. Une dimension qu’il faut bien avoir en tête avant de l’introduire au jardin. Les branches basses effleurant le sol se marcottent naturellement.

Les feuilles, nombreuses, petites et ovales montrent un épiderme verni vert foncé et une nervure centrale marquée. Elles se parent de couleurs automnales avant de tomber. En climat plus chaud, l’espèce est semi-persistante.

Les fleurs blanchâtres sont très petites, mais très nombreuses, dispersées le long de chaque branche. Parfumées, elles attirent de nombreux insectes pollinisateurs. Les fleurs sont mellifères. Des baies de 5 mm de diamètre, rouge vif, leurs succèdent et restent longtemps décoratives. Elles sont une source de nourritures pour les oiseaux, lorsque le froid arrive.

Culture du cotonéaster rampant

De croissance vigoureuse, ce cotonéaster est très facile de culture. Il peut être installé à l’automne, ou au printemps, et même, s’il est en pot, à tout moment moyennant un bon arrosage, sauf s’il fait trop sec ou trop chaud.

Pour en faire une bordure basse, il faut tenir compte de la taille de la plante adulte et savoir que la bordure en question fera au moins 2 m de largeur. Le cotonéaster supporte très bien la taille, mais ses branches poussent facilement de 1 m de longueur en 1 année. Il faut surveiller les branches basses, près du sol qui ont tendance à s’enraciner et à élargir la plante, la rendant trop entreprenante. D’autre part de jeunes cotonéasters peuvent germer spontanément dans les massifs, les graines étant apportées par les oiseaux. La plante est facile à arracher tant que les branches ne dépassent pas 50 cm de long.

Laisser pousser librement, en isolé ou sur un talus, sa silhouette très structurée en arête de poisson est mise en valeur, et les baies sont très nombreuses. Palissé sur un mur, il végétalise harmonieusement de ses branches plates, appliquées au mur. Ses branches très rigides ne demandent pas à être maintenue artificiellement, sauf éventuellement lors de la plantation.

Multiplication

Propager le cotonéaster est très facile. Le marcottage est naturel pour lui, il peut aussi être provoqué en enterrant une section de branche basse au printemps. Dès l’automne, la branche est séparée du pied mère et replantée de suite à sa place définitive.

Le saviez-vous ?

Cotoneaster horizontalis aurai tendance à se naturaliser sur les coteaux calcaires, zones fragiles de grande biodiversité. Cette espèce est déjà considérer comme invasive en Belgique.

Espèces et variétés de Cotoneaster

Le genre comprend environ 200 espèces
Cotonaester microphila, dense et compact, Cotoneaster lacteus, aux feuilles et fleurs plus grandes, Cotonester frigidus, au port arborescent,..
Cotoneaster horizontalis ‘Variegata’ porte des feuilles marginées de crème

Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire