A LA UNE »
Cyprès ou thuya ?

Cotonéaster de Parney, Cotonéastre laiteux

Le cotonéaster lacté est très beau et de plus très tolérant en culture. Il peut bien sûr être utilisé en haie ou en culture isolée

Cotonéaster de Parney, Cotonéastre laiteux, Cotoneaster lacteus

Botanique

N. scientifique Cotoneaster lacteus
Famille Rosacées
Origine Chine
Floraison avril, mai
Fleurs crème
Typearbuste décoratif à baies
Végétationarbustive
Feuillage persistant
Hauteur2 à 4 m

Planter et cultiver

Rusticité rustique, jusqu'à -17 °C
Exposition ensoleillée à mi-ombre
Soltolérant
Acidité indifférent
Humidité normal
Utilisationen isolé, haie, massif buissonnant
Plantationprintemps, automne
Multiplicationbouture, semis
Cotonéaster de Parney, Cotonéastre laiteux, Cotoneaster lacteus

Cotoneaster lacteus, le cotonéaster de Parney, ou cotonéaster lacté, est un arbuste au feuillage persistant appartenant à la famille des Rosacées. Il est originaire de Chine, où il se développe en marge forestière, dès que le couvert arbustif est perturbé. Le cotonéaster lacté est très beau et de plus très tolérant en culture. Il peut bien sûr être utilisé en haie, mais une culture en isolée avec une silhouette bien dessinée en fait un arbuste bien plus élégant.

Description du cotonéaster lacté

Cotoneaster lacteus forme un arbuste haut de 2 à 4 m, aux tiges multiples. Il montre une forme naturelle large et arrondie, avec de longues tiges fines et souples qui retombent légèrement sous le poids des fruits. Son feuillage est structuré.

Ses feuilles sont elliptiques, longues de 4 à 8 cm, joliment disposées de manière alterne. Leur limbe est vert sombre sur le dessus, caractérisé par 7 ou 8 nervures en sillon, bombé entre chaque nervure, tandis que le revers est blanc laiteux.

De mai à juillet, les fleurs s’épanouissent, minuscules (de 8 mm de large), mais très nombreuses. Elles sont groupées sur les rameaux florifères en grappes lâches. Elles sont de couleur crème et mellifères, très attractives pour les abeilles, et donc presque systématiquement fécondées.

Les petits fruits ressemblent à de minuscules pommes rouge vif et brillantes. Elles rendent le cotonéaster de Paney très décoratif de novembre à avril. Elles ne sont pas comestibles et même légèrement toxiques pour l’homme, mais les oiseaux en sont friands et dispersent ainsi les graines.

Comment cultiver le cotonéaster laiteux ?

Cotoneaster lacteus est très tolérant sur la nature du sol, qu’il supporte même calcaire. Il faut juste lui éviter une ombre trop importante qui nuit à sa fructification et un sol trop humide ou excessivement sec.

Il est planté à partir d’arbuste en pot, dès que le climat est propice, et reprend aisément s’il est arrosé régulièrement durant sa première saison de croissance.

Son feuillage persistant en fait un bon arbuste de haie, mais il est bien mieux mis en valeur peu taillé et cultivé en isolé.

Comment tailler le cotonéaster laiteux ?

Cotonaester lacteus supporte bien la taille, qui peut même être assez sévère une fois de temps en temps, s’il a besoin d’être rajeuni ou remodelée. Cependant, on profite mieux du dessin harmonieux de ses branches qui ploient sous le poids des fruits si on les laisse s’allonger.

En haie, le meilleur moment pour tailler est à la fin de l’hiver. Cela lui permet de produire ensuite ses tiges florifères, puis ses fruits.

En arbuste isolé, Cotoneaster lacteus sera bien mis en valeur par des branches de base dénudées qui formeront un tronc multiple, et un branchage qu’on laisse s’élargir en hauteur, sur tiges. Seules les branches qui déséquilibrent la couronne seront alors enlevées. Exceptionnellement, il peut être rajeuni ou limité en envergure par une taille sévère en haut des tiges.

Comment multiplier le cotonéaster de Paney ?

Le cotonéaster laiteux se multiplie facilement par bouturage. Il se bouture de mai à juillet, avec des rameaux jeunes longs de 15 cm environ et à l’étouffée, ou de juillet à octobre avec des rameaux semi-mûrs, et enfin en novembre avec des boutures lignifiées à talon.

Si les graines germent spontanément après être passées par le tube digestif des oiseaux, le semis des graines récoltées n’est pas si simple, car il faut parfois plus d’une année avant qu’elles puissent germer à l’extérieur, à l’exposition des intempéries. Une fois germés, les jeunes plants sont de croissance rapide.

Le saviez-vous ?

Cotoneaster lacteus ressemble beaucoup à Cotoneaster coraiceus, mais ce dernier est moins florifère et ses feuilles montrent un limbe non bombé entre les nervures.

Espèces et variétés de Cotoneaster

Le genre comprend une centaine d'espèces

  • Cotonaester microphila, dense et compact
  • Cotonaester frigidus, au port arborescent
  • Cotonaester dammeri, le cotonéaster de Dammer
  • Cotonaester hummelii, plus rare et au beau feuillage automnal
  • Cotoneaster franchetii, cotonéaster de Franchet
  • Cotonaester salicifolia, cotonéaster à feuilles de saule
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Cotonéaster rampant, Cotoneaster horizontalis Cotonéaster rampant, Cotoneaster horizontalis

Le cotonéaster rampant, Cotoneaster horizontalis, est un arbuste caduc, très rustique, originaire d'Asie, de la famille des Rosacées. Il est introduit en Europe depuis des années, et il est...

Corokie cotonéastre, Corokia cotonéaster, Corokia cotoneaster Corokie cotonéastre, Corokia cotonéaster, Corokia cotoneaster

Le corokie cotonéastre est un arbuste de rusticité modérée, plutôt adapté en pleine terre pour les régions aux hivers doux. Il est tolérant à la sécheresse et aux sols pauvres.

Cotonéaster de Dammer, Cotoneaster dammeri Cotonéaster de Dammer, Cotoneaster dammeri

Le cotonéaster de Dammer est principalement utilisé en couvre-sol, supportant les terres difficiles et ne demandant que peu d'entretien.

Cotonéaster à feuilles de saule, Cotoneaster salicifolius Cotonéaster à feuilles de saule, Cotoneaster salicifolius

Le cotonéaster à feuilles de saule est une espèce très rustique très courante et existe en quelques variétés; couvre-sols arbustifs, arbustes dressés, utilisé en isolé, massif ou haie.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Vivibambou (Duffaudy)
    Peut-on faire un bonsaï avec un cotoneaster franchetti ?
    Répondre à Vivibambou
    Le 25/12/2017 à 18:31