Famille des Rosacées / Rosaceae

Fleurs de l'amélanchier
Fleurs de l'amélanchier

La famille des Rosacées est d’une importance capitale pour l’homme : diversifiée, elle produit une grande partie de nos fruits de climat tempéré, une production cependant qui est clairement menacée par la disparition des insectes. Quantité d’espèces sont utilisées en horticulture ou en industrie, dont la rose.

Les plantes populaires : Rosier, pommier, fraisier, ronce, potentille, spirée...

Les Rosaceae sont des plantes à fleurs dicotylédones appartenant à l’ordre des Rosales, c’est même la famille type de cet ordre. Les Rosacées comprennent une belle diversité de plantes vivaces, herbacées (fraisier, agrimoine), arbustives (rosier, spirée, framboisier) ou arborées (merisier, sorbier). Elles sont d’une grande importance économique pour l’homme, indissociable de sa vie puisqu’elles sont l’une des principales sources de fruits, notamment en climat tempéré. En dehors des fruitiers, les Rosacées sont très appréciées dans les jardins, un grand nombre d’espèces et de variétés sont distribuées par l’horticulture, dont la rose qui fait aussi l’objet d’une véritable industrie.

Place de la famille parmi les autres

La famille des Rosaceae est une dicotylédone dite évoluée. Cette famille est ancienne, existant depuis au moins le milieu de l’Éocène, monophylétique et séparée très tôt des autres familles de l’ordre des Rosales. Son succès évolutif lui a permis de se diversifier grandement ensuite en son propre sein : une diversité reflétée par une discontinuité interne.

Les Rosacées n’ont donc pas de famille voisine proche.

Distribution

La famille des Rosacées est très cosmopolite : on la retrouve partout à travers le monde entier.   Mais elle montre une plus grande diversité d’espèces dans les climats tempérés de l’hémisphère nord. Les Rosacées ont su s’adapter à de nombreux milieux de vie, c’est ainsi qu’on rencontre de petites plantes herbacées articques ou semi-désertiques comme des buissons ou des arbres, en plaine comme en montagne, et même sous les tropiques.

En France, les Rosacées sont représentées par de nombreux genres :

  • nous avons ainsi 9 espèces de rosiers botaniques, ex Rosa gallica ou Rosa pimpinellifolia

Autres genres :

  • Prunus spinosa, l’épine noire
  • Geum nivalis, le geum des ruisseaux
  • Potentilla anserina potentille patte d’oie
  • Agrominia eupatorium aigremoine eupatoire
  • Rubus, les ronces et framboisiers
  • Crataegus laevigata et Crataegus monogyna, les aubépines
  • Fragaria vesca, la fraise des bois
  • Filipendula vulgaris, la filipendule

etc

Quelques espèces de Rosaceae endémiques de France :

  • Alchemilla charbonelliana alchémille d’Auvergne
  • Cotoneaster delphinensis, le Cotonéaster du Dauphiné
  • Potentilla delphinensis, la Potentille du Dauphiné en Savoie

Caractères généraux des Rosacées

Les Rosacées sont des plantes dicotylédones au feuillage persistant ou caduc. Nombre d’espèces ligneuses sont pourvues d’épines, soient des épines épidermiques comme chez la rose ou la ronce, soient des rameaux latéraux courts qui se dessèchent en devenant raide et piquant comme chez le prunelier. Les feuilles sont alternes (exceptionnellement opposées chez Rhodotypos) composées, rarement simples, souvent stipulées et pourvues de glandes à nectar. La composition de la feuille peut être en multiples folioles comme chez Sorbus occuparia, Rosa pimpinellifolia, Sanguisorba major, ou se réduire avec l’évolution (3 à 5 chez la ronce, 3 folioles chez le fraisier), et réduit à une unique foliole comme chez Prunus (pruniers, cerisiers), Amelanchier lamarckii (amélanchier), Malus (pommier). À l’inverse, au lieu de réduire le nombre de folioles, la feuille a pu évoluer vers un unique limbe de folioles ressoudées, comme chez les alchemilles (Alchemilla mollis).

Les fleurs sont presque toujours régulières, actinomorphes. Elles sont solitaires ou rassemblées en groupe : corymbes, cimes, racèmes..  Les fleurs comportent un calice 5 sépales avec parfois un épicalice, 5 pétales libres ou davantage. Les pièces sexuelles sont posées sur un hypandium : une sorte de plateau ou disque, typique des Rosacées (ce qui reste sous la fraise, entouré des sépales), cette hypandium porte de multiples cercles de 5 étamines et le gynécée est fait de 1 ou plusieurs carpelle libre.

Le nombre élevé de cercles de pièces sexuelles explique pourquoi il est possible d’obtenir nombreux cultivars horticoles à fleurs doubles ou très doubles comme chez la rose, ou les prunus à fleurs, ce sont les étamines ou les capelle qui deviennent pétaloïdes.

Les fruits, de forme diverse, sont parfois charnus : fraise, pomme, cerise, amande, mures, cynorhodons (fruit du rosier)…

Les fleurs sont le plus souvent hermaphrodites, mais rarement autofertiles. Divers mécanismes empêchent l’autofécondation ou la limite grandement. A part quelques genres tel que Acaena

qui sont pollinisés par le vent, la grande majorité des Rosacées ont besoin des insectes pollinisateurs qui croiseront les gamètes de 2 individus différents pour obtenir un fruit.

En revanche certaines espèces développent une grande capacité à se reproduire végétativement par stolons (fraisiers) ou rejets (framboisier), marcottage naturel (ronce).

Les graines sont dispersées par zoochorie : des animaux qui mangent ou déplacent les fruits et dispersent ainsi les graines.

Les plantes appartenant à la famille des Rosacées

La famille des Rosacées est un imposant taxon qui est encore sujet à polémiques et discussions : elle comprend 2825 à 3500 espèces classées en 95 à 125 genres. Ce sont quelques plantes annuelles et une grande quantité de plantes vivaces herbacées et ligneuses. 

Les plantes herbacées sont parfois de minuscules plantes de rocaille (Dryas octopetala, Potentilla robbinsiana) (ou de hautes herbes comme la reine-des-prés [Filipendule ulmaria].

Les plantes ligneuses sont des arbustes sarmenteux parfois aux tiges bisannuelles [framboisier, ronce], des arbustes [Spireae], des arbres de petite taille (Malus, Amelanchier, ou de taille plus imposante (cerisier de 20 m, Pygeum wilsonii de 24 m).

Les Rosacées sont en général divisées en 4 sous-familles, mais parfois également en 3 sous-familles et 16 tribus.

  • Sous-famille des Amygdaloideae ou Prunoideae, une dizaine de genres et 400 espèces, caractérisées par un carpelle unique qui produisent une drupe comme la cerise ou la prune : genres Prunus pruniers e (cerisiers,  Prinsepia, Cerasus , Amygdalus, Pygeum….

  • Sous-famille des Maloideae, contenant entre 20 et 28 genres et prés de 1000 espèces, caractérisées par leurs 5 carpelles soudés et un syncarpe (fruit soudé comme la pomme) : Malus, le pommier, Pyrus, le poirier, Amelanchier, Cotoneaster, Sorbus (sorbier), Crataegus (aubépine), Pyrancantha, Photinia, Cydonia…

  • Sous-famille des Rosoideae, comprenant environ 35 genres et 1000 espèces d’arbustes ou plantes herbacées ; les fruits sont des akènes ou rarement des drupéoles : ex genres Rosa (200 espèces) de rosiers) , Rubus ( 700 espèces, dont les mûres et les framboisiers), Alchemilla, Sanguisorba (pimprenelle), Potentilla (potentille), Waldsteinia, Geum, Agrimonia,  Fragaria (fraise)…

  • Sous-famille des Spiraeoideae, 22 genres et 260 espèces d’arbustes et quelques plantes herbacées, à feuilles simples rarement composées. Genres Aruncus (barbe de bouc), Exochorda, Spireae (spirées), Physocarpus, Sorbaria (fausse spirée), Stephanandra

Certains genres, tel Gillenia, sont difficiles à classer.

Utilisation des Rosacées

Les Rosacées ont une importance économique phénoménale. Elles brassent annuellement plus de 180 milliards de dollars en tant que plantes fruitières. Leurs fruits sont un pilier de notre alimentation. Nombre d’espèces et variétés sont ornementales, mais aussi des plantes médicinales ou productrices de bois, des sources d’huile essentielle ou de tanins..

Les fruits issus des Rosacées sont la majorité de ceux que l’on consomme en climat tempéré : riches en vitamines et indispensables à notre équilibre alimentaire. Le genre Prunus produit les abricots, pèches, cerise, griottes, amandes, et prunes. L’amande qui est une graine est le principal fruit sec produit au monde.

Le genre Fragaria produit les fraises, fraises des bois ou fraises cultivées.

Rubus nous offre les délicieuses framboises et les mûres.

Malus x domestica donne la pomme, 3e fruit le plus consommé au monde après la banane et l’orange ; rien qu’en France, plus de 1,5 million de tonnes de Pommes sont produites chaque année ! Ce fruit domestiqué depuis 3000 ans se décline en 30 000 variétés à travers le monde ;

Le genre Pyrus comprend plusieurs espèces et donne un grand nombre de variétés de poires.

Cydonia oblonga produit le coing d’Europe.

De façon, plus anecdotique, on mange également les fruits d’amélanchier ou du cognassier du Japon, de l’aronia Aronia melanocarpa, le cynorhodon du rosier, la nèfle de Mespilus germanica...

Ces fruits se retrouvent chez le primeur, mais aussi dans beaucoup de jardins particuliers, car cultivables en climat tempéré. Les fruits issus de son propre jardin, qui n’a pas subi la pression de productivité sont peut-être moins présentables que ceux des magasin mais incomparablement meilleurs. Ça vaut donc quelques efforts de culture. D’autant que les arbres fruitiers (pommier, poirier, cerisiers, pruniers) sont productifs en quelques années seulement et existent maintenant greffés sur des porte-greffes nanifiant qui limite leur taille. Chaque jardin peut donc accueillir facilement quelques arbres fruitiers, sachant qu’il faut bien penser qu’une variété doit être accompagnée de son pollinisateur, puisque les fruitiers de la famille des Rosacées sont peu autofertiles ; ils sont donc plantés au minimum par 2.

Bon nombre de Rosacées sont des plantes paysagères très appréciées : l’espèce la plus cultivée est sans doute la rose.

Le rosier est l’une des plantes préférées des jardiniers en général. La rose est cultivée depuis 5000 ans. C’est la fleur coupée la plus importante, la moitié des fleurs coupées achetées étant des roses ! Elles sont cultivées de manière industrielle  et elle existe sous plus de 3000 variétés.

Le rosier à planter pour cultiver au jardin fait l’objet aussi d’une sélection par des obtenteurs reconnus. La rose soulève donc des passions : rosier buisson, rosier grimpant, rosiers botaniques... Tous ont leur style et un intérêt décoratif.

Bien d’autres arbustes ou arbres sont utilisés comme plante ornementale :

  • de nombreux prunus à fleurs : fleurs doubles, fleurs simples, fleurs précoces d’hiver, fleurs parfumées..
  • Amélanchier, plusieurs espèces de spirée, photinia, cotoneaster, physiocarpus.. sont des arbustes paysagers utilisés facilement en haie mixte ou dans les massifs arbustifs.

Quelques plantes herbacées sont utilisées en massif de vivaces : filipendules, sanguisorbes, potentille (herbacées ou en petits arbustes), Gillenia trifoliata (rare et délicate), les geums,...

Du point de vue écologique

Les Rosacées arbustives sont souvent des plantes pionnières, pré-forestières. Leurs fleurs sont très nombreuses, précoces et mellifères, productrices de nectar. Elles ont un rôle important dans le nourrissage des insectes au début du printemps, puis aussi pour d’autres types d’animaux avec leurs fruits charnus ensuite. Elles sont donc très favorables à la biodiversité.

Un fruitier en fleurs permet d’ailleurs de jauger l’état de la communauté des insectes dans votre jardin. Le fruitier en fleur devrait normalement bourdonner abondamment dès que le soleil se montre. Malheureusement, la disparition de 70% des insectes (en moyenne) devient tragiquement flagrante lorsque ces fruitiers en fleurs deviennent silencieux, comme c’est souvent le cas actuellement.

Les Rosaceae sont des plantes à fleurs dicotylédones appartenant à l’ordre des Rosales, c’est même la famille type de cet ordre. Les Rosacées comprennent une belle diversité de plantes vivaces, herbacées (fraisier, agrimoine), arbustives (rosier, spirée, framboisier) ou arborées (merisier, sorbier). Elles sont d’une grande importance économique pour l’homme, indissociable de sa vie puisqu’elles sont l’une des principales sources de fruits, notamment en climat tempéré. En dehors des fruitiers, les Rosacées sont très appréciées dans les jardins, un grand nombre d’espèces et de variétés sont distribuées par l’horticulture, dont la rose qui fait aussi l’objet d’une véritable industrie.

Place de la famille parmi les autres

La famille des Rosaceae est une dicotylédone dite évoluée. Cette famille est ancienne, existant depuis au moins le milieu de l’Éocène, monophylétique et séparée très tôt des autres familles de l’ordre des Rosales. Son succès évolutif lui a permis de se diversifier grandement ensuite en son propre sein : une diversité reflétée par une discontinuité interne.

Les Rosacées n’ont donc pas de famille voisine proche.

Distribution

La famille des Rosacées est très cosmopolite : on la retrouve partout à travers le monde entier.   Mais elle montre une plus grande diversité d’espèces dans les climats tempérés de l’hémisphère nord. Les Rosacées ont su s’adapter à de nombreux milieux de vie, c’est ainsi qu’on rencontre de petites plantes herbacées articques ou semi-désertiques comme des buissons ou des arbres, en plaine comme en montagne, et même sous les tropiques.

En France, les Rosacées sont représentées par de nombreux genres :

  • nous avons ainsi 9 espèces de rosiers botaniques, ex Rosa gallica ou Rosa pimpinellifolia

Autres genres :

  • Prunus spinosa, l’épine noire
  • Geum nivalis, le geum des ruisseaux
  • Potentilla anserina potentille patte d’oie
  • Agrominia eupatorium aigremoine eupatoire
  • Rubus, les ronces et framboisiers
  • Crataegus laevigata et Crataegus monogyna, les aubépines
  • Fragaria vesca, la fraise des bois
  • Filipendula vulgaris, la filipendule

etc

Quelques espèces de Rosaceae endémiques de France :

  • Alchemilla charbonelliana alchémille d’Auvergne
  • Cotoneaster delphinensis, le Cotonéaster du Dauphiné
  • Potentilla delphinensis, la Potentille du Dauphiné en Savoie

Caractères généraux des Rosacées

Les Rosacées sont des plantes dicotylédones au feuillage persistant ou caduc. Nombre d’espèces ligneuses sont pourvues d’épines, soient des épines épidermiques comme chez la rose ou la ronce, soient des rameaux latéraux courts qui se dessèchent en devenant raide et piquant comme chez le prunelier. Les feuilles sont alternes (exceptionnellement opposées chez Rhodotypos) composées, rarement simples, souvent stipulées et pourvues de glandes à nectar. La composition de la feuille peut être en multiples folioles comme chez Sorbus occuparia, Rosa pimpinellifolia, Sanguisorba major, ou se réduire avec l’évolution (3 à 5 chez la ronce, 3 folioles chez le fraisier), et réduit à une unique foliole comme chez Prunus (pruniers, cerisiers), Amelanchier lamarckii (amélanchier), Malus (pommier). À l’inverse, au lieu de réduire le nombre de folioles, la feuille a pu évoluer vers un unique limbe de folioles ressoudées, comme chez les alchemilles (Alchemilla mollis).

Les fleurs sont presque toujours régulières, actinomorphes. Elles sont solitaires ou rassemblées en groupe : corymbes, cimes, racèmes..  Les fleurs comportent un calice 5 sépales avec parfois un épicalice, 5 pétales libres ou davantage. Les pièces sexuelles sont posées sur un hypandium : une sorte de plateau ou disque, typique des Rosacées (ce qui reste sous la fraise, entouré des sépales), cette hypandium porte de multiples cercles de 5 étamines et le gynécée est fait de 1 ou plusieurs carpelle libre.

Le nombre élevé de cercles de pièces sexuelles explique pourquoi il est possible d’obtenir nombreux cultivars horticoles à fleurs doubles ou très doubles comme chez la rose, ou les prunus à fleurs, ce sont les étamines ou les capelle qui deviennent pétaloïdes.

Les fruits, de forme diverse, sont parfois charnus : fraise, pomme, cerise, amande, mures, cynorhodons (fruit du rosier)…

Les fleurs sont le plus souvent hermaphrodites, mais rarement autofertiles. Divers mécanismes empêchent l’autofécondation ou la limite grandement. A part quelques genres tel que Acaena

qui sont pollinisés par le vent, la grande majorité des Rosacées ont besoin des insectes pollinisateurs qui croiseront les gamètes de 2 individus différents pour obtenir un fruit.

En revanche certaines espèces développent une grande capacité à se reproduire végétativement par stolons (fraisiers) ou rejets (framboisier), marcottage naturel (ronce).

Les graines sont dispersées par zoochorie : des animaux qui mangent ou déplacent les fruits et dispersent ainsi les graines.

Les plantes appartenant à la famille des Rosacées

La famille des Rosacées est un imposant taxon qui est encore sujet à polémiques et discussions : elle comprend 2825 à 3500 espèces classées en 95 à 125 genres. Ce sont quelques plantes annuelles et une grande quantité de plantes vivaces herbacées et ligneuses. 

Les plantes herbacées sont parfois de minuscules plantes de rocaille (Dryas octopetala, Potentilla robbinsiana) (ou de hautes herbes comme la reine-des-prés [Filipendule ulmaria].

Les plantes ligneuses sont des arbustes sarmenteux parfois aux tiges bisannuelles [framboisier, ronce], des arbustes [Spireae], des arbres de petite taille (Malus, Amelanchier, ou de taille plus imposante (cerisier de 20 m, Pygeum wilsonii de 24 m).

Les Rosacées sont en général divisées en 4 sous-familles, mais parfois également en 3 sous-familles et 16 tribus.

  • Sous-famille des Amygdaloideae ou Prunoideae, une dizaine de genres et 400 espèces, caractérisées par un carpelle unique qui produisent une drupe comme la cerise ou la prune : genres Prunus pruniers e (cerisiers,  Prinsepia, Cerasus , Amygdalus, Pygeum….

  • Sous-famille des Maloideae, contenant entre 20 et 28 genres et prés de 1000 espèces, caractérisées par leurs 5 carpelles soudés et un syncarpe (fruit soudé comme la pomme) : Malus, le pommier, Pyrus, le poirier, Amelanchier, Cotoneaster, Sorbus (sorbier), Crataegus (aubépine), Pyrancantha, Photinia, Cydonia…

  • Sous-famille des Rosoideae, comprenant environ 35 genres et 1000 espèces d’arbustes ou plantes herbacées ; les fruits sont des akènes ou rarement des drupéoles : ex genres Rosa (200 espèces) de rosiers) , Rubus ( 700 espèces, dont les mûres et les framboisiers), Alchemilla, Sanguisorba (pimprenelle), Potentilla (potentille), Waldsteinia, Geum, Agrimonia,  Fragaria (fraise)…

  • Sous-famille des Spiraeoideae, 22 genres et 260 espèces d’arbustes et quelques plantes herbacées, à feuilles simples rarement composées. Genres Aruncus (barbe de bouc), Exochorda, Spireae (spirées), Physocarpus, Sorbaria (fausse spirée), Stephanandra

Certains genres, tel Gillenia, sont difficiles à classer.

Utilisation des Rosacées

Les Rosacées ont une importance économique phénoménale. Elles brassent annuellement plus de 180 milliards de dollars en tant que plantes fruitières. Leurs fruits sont un pilier de notre alimentation. Nombre d’espèces et variétés sont ornementales, mais aussi des plantes médicinales ou productrices de bois, des sources d’huile essentielle ou de tanins..

Les fruits issus des Rosacées sont la majorité de ceux que l’on consomme en climat tempéré : riches en vitamines et indispensables à notre équilibre alimentaire. Le genre Prunus produit les abricots, pèches, cerise, griottes, amandes, et prunes. L’amande qui est une graine est le principal fruit sec produit au monde.

Le genre Fragaria produit les fraises, fraises des bois ou fraises cultivées.

Rubus nous offre les délicieuses framboises et les mûres.

Malus x domestica donne la pomme, 3e fruit le plus consommé au monde après la banane et l’orange ; rien qu’en France, plus de 1,5 million de tonnes de Pommes sont produites chaque année ! Ce fruit domestiqué depuis 3000 ans se décline en 30 000 variétés à travers le monde ;

Le genre Pyrus comprend plusieurs espèces et donne un grand nombre de variétés de poires.

Cydonia oblonga produit le coing d’Europe.

De façon, plus anecdotique, on mange également les fruits d’amélanchier ou du cognassier du Japon, de l’aronia Aronia melanocarpa, le cynorhodon du rosier, la nèfle de Mespilus germanica...

Ces fruits se retrouvent chez le primeur, mais aussi dans beaucoup de jardins particuliers, car cultivables en climat tempéré. Les fruits issus de son propre jardin, qui n’a pas subi la pression de productivité sont peut-être moins présentables que ceux des magasin mais incomparablement meilleurs. Ça vaut donc quelques efforts de culture. D’autant que les arbres fruitiers (pommier, poirier, cerisiers, pruniers) sont productifs en quelques années seulement et existent maintenant greffés sur des porte-greffes nanifiant qui limite leur taille. Chaque jardin peut donc accueillir facilement quelques arbres fruitiers, sachant qu’il faut bien penser qu’une variété doit être accompagnée de son pollinisateur, puisque les fruitiers de la famille des Rosacées sont peu autofertiles ; ils sont donc plantés au minimum par 2.

Bon nombre de Rosacées sont des plantes paysagères très appréciées : l’espèce la plus cultivée est sans doute la rose.

Le rosier est l’une des plantes préférées des jardiniers en général. La rose est cultivée depuis 5000 ans. C’est la fleur coupée la plus importante, la moitié des fleurs coupées achetées étant des roses ! Elles sont cultivées de manière industrielle  et elle existe sous plus de 3000 variétés.

Le rosier à planter pour cultiver au jardin fait l’objet aussi d’une sélection par des obtenteurs reconnus. La rose soulève donc des passions : rosier buisson, rosier grimpant, rosiers botaniques... Tous ont leur style et un intérêt décoratif.

Bien d’autres arbustes ou arbres sont utilisés comme plante ornementale :

  • de nombreux prunus à fleurs : fleurs doubles, fleurs simples, fleurs précoces d’hiver, fleurs parfumées..
  • Amélanchier, plusieurs espèces de spirée, photinia, cotoneaster, physiocarpus.. sont des arbustes paysagers utilisés facilement en haie mixte ou dans les massifs arbustifs.

Quelques plantes herbacées sont utilisées en massif de vivaces : filipendules, sanguisorbes, potentille (herbacées ou en petits arbustes), Gillenia trifoliata (rare et délicate), les geums,...

Du point de vue écologique

Les Rosacées arbustives sont souvent des plantes pionnières, pré-forestières. Leurs fleurs sont très nombreuses, précoces et mellifères, productrices de nectar. Elles ont un rôle important dans le nourrissage des insectes au début du printemps, puis aussi pour d’autres types d’animaux avec leurs fruits charnus ensuite. Elles sont donc très favorables à la biodiversité.

Un fruitier en fleurs permet d’ailleurs de jauger l’état de la communauté des insectes dans votre jardin. Le fruitier en fleur devrait normalement bourdonner abondamment dès que le soleil se montre. Malheureusement, la disparition de 70% des insectes (en moyenne) devient tragiquement flagrante lorsque ces fruitiers en fleurs deviennent silencieux, comme c’est souvent le cas actuellement.

Nos fiches de culture

Alchemilla

Amelanchier

Aronia

Chaenomeles

Cotoneaster

Crataegus

Cydonia

Duchesnea

Eriobotrya

Exochorda

Filipendula

Fragaria

Geum

Gillenia

Kerria

Malus

Mespilus

Photinia

Physocarpus

Potentilla

Prunus

Pyracantha

Pyrus

Rhaphiolepis

Rosa

Rubus

Sorbaria

Sorbus

Spiraea

Lire aussi
Petits conifères bleus - Portrait de famille Petits conifères bleus - Portrait de famille

Il existe une quantité impressionnante de cultivars de conifères à feuillage plus ou moins bleuté. Voici une sélection des meilleures formes qui sont proposées par les pépiniéristes. Les cèdres...

Les géraniums vivaces, portrait de famille Les géraniums vivaces, portrait de famille

Les géraniums vivaces forment une vaste famille, petit tour d'horizon par thémes. Les plus opulents Geranium x cantabrigiense. Hybride de Geranium macrorrhizum x Geranium dalmaticum, obtenu en 1974...

Camélia: portrait de famille Camélia: portrait de famille

Achetez votre camélia en fleurs pour choisir les plus belles fleurs. Renseignez-vous sur ses caractéristiques en gardant à l’esprit l’utilisation que vous voulez en faire. Il y a une...

Hortensia paniculé, portrait de famille Hortensia paniculé, portrait de famille

Originaires d’Asie et introduits en Europe à la fin du 19e S, les hortensias paniculés ou Hydrangea paniculata sont des arbustes robustes et vigoureux dont les lourdes grappes de fleurs font...

Vos commentairesAjouter un commentaire