Vergerette de Karvinski, Vergerette muscronée, Marguerite folle

Vergerette de Karvinski, Vergerette muscronée, Marguerite folle, Erigeron karvinskianus

Botanique

Nom latin  : Erigeron karvinskianus
Synonymes  : Vittadinia triloba, Erigeron mucronatus
Famille  : Astéracées, Composées
Origine  : Amérique centrale, Mexique
Période de floraison : mai à octobre
Couleur des fleurs  : blanc
Type de plante : plante vivace à fleurs
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : 15 à 30 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, -20°C
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : minéral et drainant
Acidité du sol  : neutre
Humidité du sol  : normal à sec
Utilisation : muret, rocaille, massif ensoleillé
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : divisions

Erigeron kaviskianus, la vergerette de Karvinski, est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées. Originaire d’Amérique centrale, la vergerette de Karvinski est une plante pionnière qui se développent rapidement dans les milieux perturbés : éboulis, bords de route, dans les sols caillouteux et les fissures, elle s’accroche aussi facilement au vieux murs. Gai et florifère, la vergerette de Karvinski est largement cultivée dans le monde, elle s’est échappée des jardins dans plus d’un pays. Elle existe à l’état spontané dans l’ouest de la France.

Résistante à la sécheresse, c’est une jolie vivace qui accepte de se naturaliser dans les jardins pauvres et secs. Par ses semis spontanés, elle apporte une belle unité aux massifs, avec un petit côté sauvage et délicat.

Description d’Erigeron kavinskianus

Erigeron karvinskianus est une plante basse et légère de 15 à 30 cm de hauteur pour un étalement de 40 cm, voire 60 cm pour les plantes âgées. Les fines tiges partent d’une rosette basale aux feuilles trilobées de 3 cm de long. Les feuilles sur les tiges deviennent petites, étroites et entières. Les tiges plus ou moins rampantes se ramifient, puis se redressent pour offrir une profusion de petites marguerites qui dansent au rythme du vent, d’où le nom de marguerite folle. Les fleurs sont de petits capitules de 1 à 2 cm qui s’épanouissent blanc puis virent au rose.

Le charme de la vergerette de Karvinski vient de ces fleurs dansantes, nuancées de blanc à rose, qui s’épanouissent de mai jusqu’au gelées. La vergerette muscronée est pollinisée par les insectes, et produit de petites graines soyeuses qui s’accrochent au moindre creux, aux interstices des murs ou dans les fissures.

Cultiver la vergerette de Karvinski

Erigeron karvinskianus se cultive dans un sol drainant, de ph neutre, en exposition de très ensoleillée à mi-ombre. Il est capable de croître en sols pauvres et secs, habille un vieux mur ou les abords d’un escalier de pierre. Bien que d’origine mexicaine, la vergerette de Karvinski n’est pas si frileuse : décrite comme résistante à -10 °C habituellement, dans des conditions pas trop humides, aérées et en sol drainant, elle résiste jusqu’à -20°C.

La vergerette de Karvinski gagne à être rabattue chaque année, pour avoir de belles masses de tiges équilibrées, mais les anciennes tiges ne sont nettoyées qu’au printemps, car elles protègent efficacement la souche du gel.

Erigeron karvinskianus se repique au printemps ou en début d’été. Quelques arrosages dans les semaines qui suivent permettent à la plante de s’installer.

Multiplier la vergerette de Karvinski

Les longues branches proches de la terre, se marcottent naturellement, produisant une nouvelle plante. Ces nouvelles rosettes de tiges sont déplacées de préférence encore petites, au printemps, après les dernières gelées : les petites plantes n’ont pas encore de très longues racines et souffriront moins de la transplantation.

En cherchant autour de son pied d’Erigeron karvinskianus, il n’est pas rare de voir quelques semis spontanés, que l’on transplante encore jeune.

Erigeron karvinskianus se sème au printemps à la fin des gelées, en châssis, ou en potée dans un sol drainant. Les graines sont laissées en surface, le semis maintenu à la lumière. La germination est lente, s’étalant sur 3 mois environ.

Espèces et variétés de Erigeron

250 espèces dans ce genre :
Erigeron glaucus, la vergerette glauque, belle espèce pour milieu sablonneux
Erigeron alpinum, plante naine française
Erigeron annua, une annuelle aux fleurs blanches
Erigeron speciosa, ressemblant aux asters

Nos fiches
Lire aussi
Vin de marguerite à la Tanaisie Vin de marguerite à la Tanaisie

Récoltez 4 litres de fleurs de marguerites, loin de toute source de pollution. Au retour, versez votre récolte dans un grand récipient (pas en plastique !) , 4 c. à soupe bombées de fleurs et...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

Vos commentairesAjouter un commentaire