Panicaut Big Blue, Chardon Big Blue

Panicaut Big Blue, Chardon Big Blue, Eryngium x zabelii 'Big Blue'

Botanique

N. scientifique Eryngium x zabelii 'Big Blue'
Synonyme Eryngium bourgatii 'Big Blue'
Origine hybride horticole
Floraison juillet, août
Fleurs bleu
Typeplante herbacée, chardon ornemental
Végétationvivace
Feuillage caduc
Hauteur0,60 à 0,90 m

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, jusqu'à -26 °C
Exposition ensoleillée
Solminéral et drainant
Acidité moyennement acide à moyennement basique
Humidité normal à sec, résistant à la sécheresse
Utilisationrocaille, talus, jardin sec
Plantationprintemps
Multiplicationdivisions, semis
Panicaut Big Blue, Chardon Big Blue, Eryngium x zabelii 'Big Blue'

Eryngium x zabelii 'Big Blue'®, le panicaut Big Blue ou chardon bleu Big Blue, est une plante vivace ornementale appartenant à la grande famille des Apiacées, comme la carotte ou l’angélique. Bien que ses feuilles soient piquantes, ce n’est donc pas un vrai chardon. Eryngium x zabelii est un hybride, crée entre deux espèces françaises, le chardon bleu des Alpes, Eryngium alpinum, et le chardon bleu des Pyrénées, Eryngium Bourgatii. Eryngium X zabelii ‘Big Blue’, parfois aussi nommé Eryngium bourgatii ‘Big Blue’ est un cultivar particulièrement réussi, l’un des meilleurs chardons bleus à planter au jardin.

Description du panicaut ‘ Big Blue’

Eryngium x zabelii ‘Big Blue’ forme une plante haute de 60 à 90 cm, large de 40 à 60 cm, à la souche épaisse, dont le nombre de rosettes de feuilles basales augmente peu à peu avec les ans. Ses feuilles sont typiquement l’intermédiaire entre celles de ses deux parents, Eryngium alpinum possède des feuilles pleines et souples, non piquantes, tandis que Eryngium bourgatii a des feuilles très coriaces découpées et épineuses. Le panicaut ‘Big Blue’montre donc une rosette de feuilles légèrement découpées, épineuses, avec un épais limbe vert, blanchi au niveau des nervures.

Au moment de la floraison, chaque rosette de feuille développe une tige florale raide, ramifiée, épaisse, portant plusieurs inflorescences. L’ensemble est entièrement coloré d’un bleu intense. Les fleurs, bleues également, sont regroupées en gros cônes ovoïdes, posés sur de magnifiques involucres à 12 grandes folioles étalées. L’ensemble se présente sous un port en candélabre. Le panicaut ‘Big Blue’ devient une pièce maitresse des massifs durant juillet-août et même plus tard lorsqu’elles sèchent, jusqu’en hiver, tant le squelette de ses inflorescences est graphique.

Les fleurs attirent les papillons et les bourbons, entre autres, mais ne produisent pas de graines.

Comment planter et cultiver le panicaut Big Blue ?

Eryngium x zabelii Big Blue est une plante adaptée aux jardins secs. Il demande une exposition ensoleillée et un sol drainant, de type minéral, c’est-à-dire assez pauvre en matière organique et de type sablonneux ou graveleux.

En sol trop riche, il devient trop grand et ses tiges manquent de fermeté. En terre insuffisamment drainante, il prend une teinte terne et grisâtre au lieu de son si joli bleu, ou pire disparait en hiver.

Le panicaut ‘Big Blue’ s’enracine en profondeur, c’est ce qui lui permet de devenir résistant à la sécheresse, mais qui rend sa transplantation délicate. Il faut l’installer au jardin au printemps, en privilégiant l’achat de jeunes plantes en pot. Elles auront tout de même besoin de quelques arrosages pour développer leurs racines en profondeur cette première année de croissance.

Comment reproduire Eryngium x zabelii 'Big Blue'® ?

Le petit R® mentionné après le nom de variété signifie qu’elle est brevetée. Il ne peut être reproduit que pour le replanter dans votre propre jardin.

Eryngium x zabelii est un hybride stérile, qui produit peu ou aucune graine viable, il ne peut donc être propagé que par multiplication végétative, soit par bouture ou division.

Il se reproduit par bouture de racine au printemps. Des longueurs de 10 cm de racines sont enterrées horizontalement sous 2 à 3 cm de sol sablonneux, maintenu légèrement humide. Au bout de quelques semaines, des rosettes de feuilles apparaissent.

Les divisions sont possibles au printemps, mais il faut savoir que la plante se transplante mal. Pour éviter de tuer la plante principale, mieux vaut essayer de séparer une rosette de feuilles périphérique sans perturber le reste du panicaut.

Espèces et variétés de Eryngium

Le genre comprend environ 230 espèces

  • Eryngium agavoides, panicaut à feuille d’agave
  • Eryngium alpinum, le chardon bleu des alpes
  • Eryngium bourgatii, le chardon bleu des Pyrénées
  • Eryngium planum, une espèce plus svelte
  • Eryngium pandanifolium, une espèce d’Amérique du Sud
Lire aussi
Hydrangéa à bonnets de dentelle Blue Bird, Hydrangea serrata 'Blue Bird' Hydrangéa à bonnets de dentelle Blue Bird, Hydrangea serrata 'Blue Bird'

Hydrangea serrata 'Blue Bird est un cultivar de l'espèce japonaise d'Hydrangea serrata. Proche des hortensias (Hydrangea macrophylla) il appartient à la famille des Hydrangéacées. Il est ce qu'on...

Chardon bleu, Boule azurée, Echinops ritro Chardon bleu, Boule azurée, Echinops ritro

Le chardon bleu, ou Echinops ritro, est une plante vivace et érigée, qui pousse spontanément dans les lieux incultes du sud de la France. D'environ 1 m de haut, la[...]

Chardon africain pourpre, Verkheya pourpre, Berkheya purpurea Chardon africain pourpre, Verkheya pourpre, Berkheya purpurea

Berkheya purpurea, le berkheya pourpre, ou chardon africain (ou sud-africain) pourpre, est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées. Le genre Berkheya regroupe environ 70 espèces...

Chardon des champs, Cirse des champs, Echausside, Picot, Cardron, Cherdu, Cirsium arvense Chardon des champs, Cirse des champs, Echausside, Picot, Cardron, Cherdu, Cirsium arvense

Le cirse des champs (Cirsium arvense) est une plante rhizomateuse vivace faisant partie de la famille des Asteraceae. D'origine eurasiatique, on le retrouve partout : dans les prairies, au bord...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Corinne Michel (Pays des Collines à Saint-Sauv)
    Merci pour les bons conseils et remèdes
    Répondre à Corinne Michel
    Le 30/07/2018 à 13:04