Comment améliorer un sol pauvre ?

Un sol caillouteux et pauvre après un terrassement, pas facile à rendre cultivable !
Un sol caillouteux et pauvre après un terrassement, pas facile à rendre cultivable !

Faire pousser des plantes ornementales ou des légumes dans un sol pauvre s’avère un peu compliqué. Sans pour autant employer de baguette magique, il est possible d'améliorer ce type de sol assez facilement.

Comment reconnaître un sol pauvre ?

Un sol peut être naturellement pauvre en nutriments (landes, zones littorales de bords de mer...) ou l'être devenu par l'action de l'Homme. L'emploi massif de pesticides, un travail trop régulier du sol, un terrassement, des passages continuels sur une zone, l'urbanisation ou encore une culture mono-spécifique ont pu mettre à mal cette terre pourtant autrefois nourricière.

De premier abord, un sol pauvre est caillouteux, de couleur plutôt claire, sablonneux, très minéral en somme. Il semble difficile à travailler car trop superficiel, sec et compact. Le pH en un tel sol est souvent extrême, c'est à dire qu'il penche vers une forte tendance basique ou acide. Rare est la terre pauvre bien équilibrée au niveau du pH. De même pour les nutriments, qu'une terre pauvre ne produit pas et ne retient pas. Si elle est trop drainée, les lessivages par les pluies impliquent la fuite des quelques éléments nutritifs présents.

Sol pauvre : comment le gérer ?

Il est toujours préférable de faire 'avec' l'existant que de vouloir le modifier de manière totale trop rapidement. Si votre sol est naturellement sablonneux ou faiblement dosé en nutriments, installez tout simplement des végétaux adaptés à ce cas de figure. Certaines herbes aromatique comme le thym, le romarin, la sauge ou encore la lavande apprécient ces conditions. Du côté des ornementales, la coquelourde, la monarde, la bruyère, certains chèvrefeuilles, l'immortelle, la cinéraire maritime et de nombreuses plantes grasses et cactus se plairont dans votre jardin. Côté arbres et arbustes, le choix est vaste : olivier, Juniperus, genêt, amélanchier, polygala, pin, chênes, viorne...

Au potager, un sol sablonneux est un avantage dans la culture de l'ail, de l'oignon et de nombreux légumes racines comme la carotte, le radis ou le navets qui pourront se développer sans se déformer. Les asperges apprécient tout particulièrement un terrain sablonneux tout comme les endives ou les topinambours.

Comment améliorer un sol pauvre ?

La manière la plus naturelle et la plus douce d'améliorer un sol consiste à faire renaître la vie en semant des engrais verts qui vont apporter à la fois de la biomasse mais aussi des nutriments au sol tout en modifiant sa structure. Le sarrasin, le seigle, le lupin, la luzerne et l'orge peuvent aider à reconstituer ce sol.

Vous pouvez, dans le même but, planter de nombreux arbres et arbustes à feuillage caduque qui recréeront peu à peu de l'humus du sol grâce à la chute de leurs feuilles et à leur décomposition par la pédofaune qui va progressivement se réinstaller en nombre sur votre terrain.

Autre possibilité : amender le sol avec de la matière organique comme du compost ou du fumier. Ce dernier peut être utilisé en couverture du sol pendant l'hiver pour limiter le lessivage et freiner la pousse des mauvaise herbes, il ne sera enfoui qu'au printemps dans le sol. Le compost peut quant à lui servir d'amendement lors de la préparation du sol voire même directement lors des plantations.

Lire aussi
Reconnaître et améliorer sa terre Reconnaître et améliorer sa terre

Les sols sont classés selon la taille et la composition de leurs particules. Un sol à tendance minérale est issu de l'érosion des roches. Un sol sablonneux est constitué de particules parfois 1000...

Comment faire du bon compost ? Comment faire du bon compost ?

Recycler ses déchets ménagers est un geste pour un jardinage durable et apporte au sol de la matière organique nécessaire aux végétaux, mais comment faire un bon compost ? Le compost est le...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Sapins, épiceas comment les reconnaître ? Sapins, épiceas comment les reconnaître ?

Dans la vaste famille des conifères, rares sont les personnes qui arrivent à différencier un sapin d'un épicéa, d'autant que le fameux 'sapin' de Noël brouille les pistes depuis des décennies....

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Mokrane Kadous (Ouest algérien )
    Un sol pauvre est comme une personne pauvre. Éviter de l'enrichir rapidement pour éviter de perturber l'écosystème micro et macro biologiques et par conséquence d'aggraver sa situation. Si besoin je peux détailler.
    Répondre à Mokrane Kadous
    Le 16/08/2016 à 21:59