Glottiphylum nelii

Glottiphylum nelii

Botanique

Nom latin  : Glottiphylum nelii
Famille  : Aizoacées
Origine  : Afrique du sud
Période de floraison : septembre
Couleur des fleurs  : jaune vif
Type de plante : plante grasse, succulente
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : feuilles persistantes
Hauteur : 5 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : gélif, 4°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : drainant, sablonneux, pauvre
Acidité du sol  : tolérant, aime le calcaire
Humidité du sol  : sec
Utilisation : véranda, serre
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis
Maladies et ravageurs : cochenilles, pourriture

Glottiphyllum nelii est une plante succulente issue des zones arides d’Afrique du sud. Faisant partie de la famille des Aizoacées, on peut considérer cette espèce proche des plantes-cailloux. Elle est tout de même de culture plus facile et de croissance un peu plus rapide. C’est une plante de choix pour les collectionneurs de succulentes, que l’on conserve en véranda, serre chauffée, ou devant une fenêtre ensoleillée. Glottiphyllum s’intègre aussi facilement le temps d’un été dans une rocaille chaude et sèche.

Description du Glottiphyllum nelii

Cette plante grasse de quelques centimètres de haut se caractérise par 2 à 3 paires de feuilles épaisses et opposées, qui s’imbriquent les unes dans les autres, en une colonne qui s’écrase contre terre. Les feuilles longues de 5 cm maximum et sont presque aussi épaisses que larges, elles ne montrent aucun pétiole différencié. La tige courte se divise et se ramifie avec l’âge, en plusieurs rosettes aplaties. L’ensemble est prostré, et dans son milieu d’origine dépasse à peine du niveau du sol. Cet aspect compact est une adaptation aux conditions de vie chaudes et sèches.

La plante limite la surface de son épiderme, pour ne pas perdre trop d’eau en transpiration, et au contraire utilise ses tissus épais comme réservoir à eau. Ses racines sont fines et très divisées, subtiles capteur d’humidité de l’eau entre les moindres graviers. Les fleurs en forme de marguerite jaune apparaissent tardivement en saison. Elles sont fécondées par les insectes.

Comment cultiver Glottiphyllum nelii ?

Le substrat utilisé pour cette plante doit être très minéral. On conseille donc un mélange type terre à cactée, avec une part de sable plus importante, qui va augmenter davantage le drainage : ½ sable grossier, ¼ terreau, ¼ terre argileuse. De même pour éviter l’apparition de pourriture liée à l’humidité résiduelle, le collet du Glottiphyllum nellii est entouré d’une épaisseur de 2 cm de sable pur.

Du mois d’avril au mois de septembre la plante connait sa saison de croissance : elle demande beaucoup de lumière et des arrosages en profondeur, tout en enlevant l’eau qui coule dans la soucoupe. Entre chaque arrosage, la terre doit sécher complètement. La terre du Glottiphyllum étant pauvre, on peut lui apporter un engrais, de type N/P/K équilibré, mais pas d’engrais riche en azote (N) qui va le faire filer et le rendre fragile aux maladies.

A partir de mi-septembre, les arrosages sont suspendus ; généralement, la plante est en train de fleurir, et ses tissus sont bien gonflés d’eau. La plante doit donc s’apprêter à passer un hiver au froid et au sec pour sa période de repos. Les feuilles prennent une couleur rosée, et se dégonflent un peu. Plus le substrat de culture est sec, mieux le Glottiphyllum supportera le froid. On hiverne Glottiphyllum nelii entre 5 et 10°C dans une pièce lumineuse et aérée.

Comment multiplier Glottiphyllum nelii ?

Bien que le bouturage soit possible, en divisant les rosettes en été, il est propice au développement des maladies cryptogamique qui s’infiltrent dans les plaies. Le meilleur moyen de multiplier cette plante grasse est donc le semis. Le semis est fait en mai-juin, dans le même substrat que précédemment. La caissette est gardée humide et à une température de 30 à 35 °C jusqu’à ce que les plantules germent. Par la suite, la terre doit sécher complétement avant un nouvel arrosage. Les graines germent vite et la croissance des plantules est assez rapide, elles sont théoriquement assez grande en octobre pour supporter la sécheresse hivernale.

Espèces et variétés de Glottiphylum

environ 60 espèces du même genre originaire d’Afrique du sud

  • Glottiphyllum linguiforme est le plus répandu en culture, Glottiphyllum latum présente des feuilles en forme de faux
Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire