Anémone hépatique

Hepatica nobilis, Anémone hépatique

Botanique

N. scientifique Hepatica nobilis
Famille Renonculacées
Origine Europe
Floraison mars à avril
Fleurs bleu
Typeplante ornementale, plante indigène
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur10 à 20 cm
Toxicitéplante toxique

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, -29 °C
Exposition mi-ombre
Solassez tolérant
Acidité légèrement acide à très basique
Humidité frais à moyennement sec
Utilisationplante de rocaille, massif, à mettre sous les arbustes
Plantationprintemps, automne
Multiplicationsemis, division
Hepatica nobilis, Anémone hépatique

Hepatica nobilis l’anémone hépatique est une adorable plante vivace appartenant à la famille des Renonculacées. L’hépatique est originaire d’Europe, croissant dans presque que toutes les forêts montagnardes, beaucoup plus rarement en plaines. L’anémone hépatique est cultivée également comme plante vivace ornementale : son beau feuillage est persistant, ses charmantes petites fleurs bleues sont annonciatrices de printemps.

Les japonais ont pour elle un engouement tel que de nombreuses variétés ont été et sont encore sélectionnées, à fleurs doubles, mousseuses, ou autres, toutes plus remarquables les unes que les autres et atteignant des prix de folie. Bref, l’anémone hépatique déclenche les passions, et fait l’objet de nombreuses expositions.

Description de l’anémone hépatique

Hepatica nobilis développe une courte tige souterraine d’où partent de nombreuses racines adventives. Ses feuilles sont basales, portées par un long pétiole, au limbe divisé 3 lobes réguliers. Ses belles feuilles très caractéristiques sont vertes, au revers rouge violacé, frangé de poils très fins. Le feuillage est persistant, et prend avec le froid de l’hiver de belles teintes rouges violacées.

Les fleurs émergent au printemps, avant l’apparition des nouvelles feuilles. Sur l’espèce botanique, ce sont de simples et charmantes fleurettes à 6 pétales bleus, plus rarement blancs ou roses.

Fécondées par les insectes, elles produisent de petites graines récoltées à maturité par les fourmis. Ces fourmis se nourrissent d’une partie de la graine, et les disséminent. La plante s’étoffe avec l’âge et peut aussi produire quelquefois des semis spontanés.

Bien que parfois considérée comme plante médicinale, l’anémone hépatique est toxique.

Comment cultiver l’anémone hépatique ?

Hepatica nobilis est plutôt facile à cultiver, car elle supporte beaucoup de conditions de culture différentes par contre, elle peut être longue à s’installer. Plantée au jardin en pleine terre en automne ou au printemps, elle sera arrosée durant son premier été, puis entourée d’un peu de compost de feuilles ou de débris végétaux fins, qui maintiendront sa terre plus fraiche. Une fois bien établie, elle supportera facilement la sécheresse de l’été.

Elle demande une exposition mi-ombre ou peut être cultivée sous les arbres ou les arbustes caducs. Elle supporte des terres drainantes ou lourdes, même très argileuses, calcaires ou non ; elle croît mieux avec une part de terre humifère, ou des apports réguliers chaque année de matière organique.

Multiplier l’anémone hépatique

Les divisions sont possibles au printemps, c’est d’ailleurs la seule méthode pour reproduire les variétés. Mais l’anémone hépatique supporte mal que l’on perturbe ses racines.

Le semis est intéressant pour obtenir de nombreux pieds, bien que la croissance des plantules soit un peu lente. Les graines sont récoltées vertes, alors qu’elles se décrochent si on les touche (et avant le rapt par les fourmis). Elles sont semées aussitôt ou en automne. Elles connaissent ainsi une stratification froide durant l’hiver, indispensable pour rompre leur dormance et germeront au printemps. Ces jeunes hépatiques gagnent à ne pas être repiquées durant leur première année, mais plutôt au printemps suivant.

Espèces et variétés de Hepatica

Le genre comprend 10 espèces

  • Hepatica acutiloba, hépatique à lobes aigus, l’hépatique américaine
  • Hepatica nobilis var Japonica, sélections japonaises
Lire aussi
Anémone de Caen, Anémone des fleuristes, Anemone coronaria Anémone de Caen, Anémone des fleuristes, Anemone coronaria

L'anémone de Caen est un cultivar de l'anémone couronnée aussi appelée anémone des fleuristes, anémone des jardins ou anémone coronaire. Elle est à fleurs simples, tandis que les variétés...

Anémone sauvage, Anémone sylvestre, Anemone sylvestris Anémone sauvage, Anémone sylvestre, Anemone sylvestris

Anemone sylvestris, l'anémone sauvage ou anémone sylvestre est une plante vivace de la famille des Renonculacées. Cette espèce est originaire des régions fraiches d'Europe. Elle croît en lisière ou...

Anémone intermédiaire, Anemone x lipsiensis Anémone intermédiaire, Anemone x lipsiensis

Anemone x lipsiensis, l'anémone intermédiaire, est une petite plante vivace de sous-bois appartenant à la famille des Renonculacées. Anemone x lipsiensis est un hybride naturel entre Anemone...

Anémone du Japon, Anemone hupehensis var. Japonica Anémone du Japon, Anemone hupehensis var. Japonica

L'anémone du japon, Anemone hupehensis var Japonica, parfois appelée Anemone x hybrida regroupe sous son appellation de nombreux cultivars. L'espèce d'origine, de la famille des Renonculacées,...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Anémone (hépatique) (Provence)
    Juste pour dire que l'alcaloïde (toxique) de l'herbe du foie disparait en séchant la plante, c'est comme le laurier sauce qui possède aussi un alcaloïde toxique....
    Répondre à Anémone (hépatique)
    Le 14/04/2018 à 22:21