Pesse d’eau, Pesse vulgaire

Pesse d’eau, Pesse vulgaire, Hippuris vulgaris

Botanique

Nom latin  : Hippuris vulgaris
Famille  : Hippuridacées
Origine  : Europe, Asie occidentale
Période de floraison : juin juillet
Couleur des fleurs  : vert
Type de plante : plante aquatique, émergée, ou immergée
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 40 cm au-dessus de l’eau

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, -26°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : vase
Acidité du sol  : neutre à basique
Humidité du sol  : eau fraiche
Utilisation : bassin, mare, étang, fossé
Plantation, rempotage : toute l’année
Méthode de multiplication : boutures de rhizome

Hippuris vulgaris, la pesse d’eau est une plante aquatique originaire d’Europe, d’Asie. C’est une plante, très décorative, à la croissance vigoureuse, voire envahissante dans un bassin. Pour autant elle n’est plus si courante en France, du fait de la menace de son Habitat. La pesse d’eau se rencontre dans les eaux fraiches des fossés, lacs, étangs, et rivières calmes. Elle n’est pas souvent dans les bassins, ce qui est dommage car elle peut s’y révéler très utile, pour oxygéner l’eau et assainir l’eau du bassin.

Description de la pesse d’eau

La pesse d’eau se développe sous 2 formes, en fonction de la hauteur d’eau :

  • Si la hauteur d’eau est supérieure à 60 cm, c’est une plante entièrement immergée. Elle peut développer un herbier important composée d’un groupe de tiges souples, complètement aquatiques. Les feuilles vert clair sont verticillées par 16 à 12 tous les 1 à 2 cm de chaque tige. Légèrement plates et translucides, elles ont de forme longue et étroite. Lorsque le courant d’une rivière est plus important, les feuilles deviennent disposées en spirale.

  • Si la hauteur est inférieure à 60 cm, les extrémités de tiges dépassent de l’eau, sous forme de petits sapins miniatures, vert vif, d’un très bel effet. Les feuilles sont plus courtes, de section arrondie, et bien plus fermes.

En juin et juillet la pesse d’eau fleurit, de la manière la plus limitée possible : les fleurs, réduites à leur strict minimum, ne comportent que les pièces sexuelles de la fleur ! Elles sont disposées en verticilles, à l’aisselle des feuilles. Une seule graine est produite par fleur femelle, de 1 à 2 mm.

Les tiges sont portées par un rhizome souple et ramifié, dont les racines, verticillées elles-aussi, s’enfoncent dans la vase.

Culture de la pesse d’eau

On l’installe entre 5 cm et 30 cm d’eau, si on veut profiter de la forme émergée. Hippuris préfère une eau légèrement basique, ou calcaire. Utiliser un container permet de limiter son développement en largeur dans un premier temps, mais elle finit souvent par en sortir. La pesse vulgaire développe ses feuilles au printemps. Puis celles-ci meurent en automne lors des gelées. Elle passe l’hiver au fond du bassin sous forme de rhizome.

Cette pesse d’eau aurait tendance à s’étaler beaucoup, la solution consiste à en enlever une partie tous les ans, ce qui n’est pas difficile. Pour ce faire, on secoue bien les tiges au-dessus de l’eau pour laisser descendre les insectes et autres petits animaux qui les habitent.

Intérêt de la pesse d’eau au bassin

L’intérêt d’utiliser la pesse dans un bassin est multiple :

  • Comme Hippuris vulgaris est une plante indigène, elle crée un herbier propice à la conservation de la petite faune locale. Par exemple, les libellules vont utiliser ses tiges émergées pour sortir de leur nymphe. Ses rhizomes protègent la microfaune en hiver.

  • Cette plante est très oxygénante pour l’eau.

  • Elle absorbe beaucoup de nitrates et de phosphates de l’eau pour sa croissance rapide. Exporter un peu de sa masse tous les ans, permet d’éviter l’eutrophisation du bassin (trop de nitrate, de vase etc..). c’est une manière d’équilibrer son bassin. De plus, ses tiges fanées peuvent servir d’engrais vert sur une autre partie du jardin.

Espèces et variétés de Hippuris

Le genre comprend moins de 4 espèces

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire