Pommier odorant, Pommier coronaire, Pommier sauvage

Malus coronaria, le pommier odorant une variété de pommiers à fleurs parfumées, mellifère, aux abondants petits fruits qui nourrissent les oiseaux en hiver. Il est décoratif toute l’année et facile à vivre.

Pommier odorant Charlottae, Malus coronaria 'Charlottae'

Botanique

N. scientifique Malus coronaria
Synonyme Pyrus coronaria
Famille Rosacées
Origine côte est d'Amérique du Nord
Floraison avril-mai
Fleurs blanc rosé, rose
Typearbre ornemental
Végétationarbustive
Feuillage caduc
Hauteur4 à 9 m
Toxicitéfruits comestibles au goût acidulé

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, jusqu'à -26 °C
Exposition ensoleillée ou ombre partielle
Soltolérante
Acidité légèrement acide à légèrement basique
Humidité normal à humide
Utilisationisolé, fond de massif, zone urbaine, forêt fruitière, haie fruitière
Plantationautomne
Multiplicationgreffe, semis
Pommier odorant Charlottae, Malus coronaria 'Charlottae'

Malus coronaria, communément pommier odorant, pommier sauvage d’Amérique, pommetier doux, wild crab apple, est un arbre fruitier de la famille des Rosacées. Originaire d’Amérique du Nord, il pousse à l’état naturel sous le couvert d’essences feuillues plus grandes ou isolé dans des haies, en bordure de route. Il est aussi bien adapté au climat européen. Les variétés horticoles sont cultivées pour le parfum des fleurs et leurs qualités ornementales.

Description du pommier odorant

Malus coronaria peut atteindre jusqu’à 9 m de haut et son tronc atteindre 30 cm de diamètre.

Sa forme arborescente est irrégulière et étalée en forêt, et compacte s’il est isolé ou en bosquet.

Le pommier coronaire a des feuilles de 3 à 8 cm, ovales à triangulaires, simples, alternes, pétiolées, arrondies ou en forme de cœur à la base. Le bord du limbe est dentelé, avec des dents progressivement plus grandes à la base où elles deviennent presque des lobes. Le dessous est glabre.

L’écorce est brun rougeâtre à argenté, les rameaux sont souvent armés d’une épine apicale, et le bourgeon terminal est rouge.

Les fleurs sont parfumées, très voyantes, blanches panachées de rose, et larges de 20 à 30 mm, sont groupées par 2 ou 3 et s’épanouissent à mi-saison après le déroulement des feuilles.

Les fruits, nombreux et visibles, sont verts, durs, enduits de cire, de 25 à 35 mm de diamètre, presque ronds, comestibles au goût acidulé, de couleur jaune à orangé à l’automne. Ils persistent sur l’arbre en hiver après la chute des feuilles, ce qui offre un nouveau tableau poétique au jardin.

Des variétés de pommiers odorants :

Pour le ravissement du promeneur, il existe des variétés qui déclinent parfum, feuillage pourpre, feuillage automnal remarquable, couleur de la fleur et goût du fruit.

  • Malus coronaria ‘Charlottae’ est une variante au parfum de violette.
  • Malus coronaria ‘Elk River’, a une floraison parfumée et des fruits verts au goût de banane, mais il est rare.
  • Malus coronaria platycarpa, à fleurs blanches groupées en corymbe.

Comment cultiver le pommier odorant ?

Malus coronaria, peu exigeant en besoin nutritionnel est facile de culture.

Il s’adapte à la plupart des sols. Il appréciera un unique apport de terreau, au moment du repiquage à l’automne ou au printemps, et des arrosages réguliers la première année pour garder la terre humide. Il se plaît en sols frais, sans excès d’humidité, au plein soleil ou en ombre partielle.

Il est parfois reproché au pommier odorant d’être sensible aux maladies classiques du pommier. Il présente toutefois une assez bonne résistance.

Comment tailler le pommier odorant ?

Malus coronaria peut être dispensé de taille, mais la supporte très bien aussi. La taille sera alors légère, et réalisée en fin d’hiver ou début de printemps, pour retirer les branches mortes et aérer son centre. Pour une taille structurante, ou pour rabaisser la hauteur, le jardinier se référera aux conseils de taille douce des pommiers afin de maintenir une gracieuse silhouette pour les futures années.

Utilisation ou autre usage

Les fruits de Malus coronaria peuvent faire des compotes, gelées et confitures, ou plus naturellement être laissés à la disposition des oiseaux comme nourriture hivernale.

Malus coronaria est aussi employé pour la pollinisation naturelle des autres variétés de pommiers qui ont besoin d’une fécondation croisée, dans les ruchers pour la fabrication de miel, et la nourriture des abeilles solitaires. Il est un atout pour favoriser l’augmentation de la biodiversité locale, utilisé aussi en zone urbaine et en bordure de champs et de route.

Comment multiplier le Malus coronaria ?

Malus coronaria est multiplié par greffe en écusson au mois d’août : choisir un pied franc ou un MM106, mais on peut aussi semer des pépins en pot, en extérieur ou en serre froide, sachant que la descendance présentera des variations.

Espèces et variétés de Malus

Une cinquantaine d’espèces dans ce genre

  • Malus sylvestris, le pommier sauvage d’Europe
  • Malus x domestica, les variétés fruitières
  • Malus florentina, une espèce à feuilles d’aubépine
  • Malus sikkimensis, espèces chinoises à petites pommes rouges
  • Malus fusca, aux fruits veloutés
  • Malus zumi, espèce asiatique aux nombreuses pommelles jaunes
Fiches des plantes du même genre
Lire aussi
Pommier (Pomme), Malus pumila Pommier (Pomme), Malus pumila

Et si vous vous laissiez tenter par un petit verger ? Nul besoin d'un très grand jardin car il existe des formes différentes d'arbres fuitiers. Le pommier sera sans doute[...]

Pommier à fleurs ’Red Obelisk’, Pommetier ‘Red Obelisk’, Malus ‘Red Obelisk’ Pommier à fleurs ’Red Obelisk’, Pommetier ‘Red Obelisk’, Malus ‘Red Obelisk’

Malus 'Red Obelisk' est une variété disponible depuis quelques années de pommier ornemental à fleurs et à petits fruits. Cette superbe obtention de l'institut belge, ILVO plant, date seulement de[...]

Les porte-greffes du pommier Les porte-greffes du pommier

Tour d'horizon des portes-greffes du pommier...

Pommier à fleurs, Pommier d'ornement Pommier à fleurs, Pommier d'ornement

Peu d'arbres ou arbustes sont aussi changeants au fil des saisons. Aux premiers jours du printemps, apparaissent les boutons rose pâle à rouge carmin. Ils s'épanouissent un peu plus tard[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire