Nénuphar jaune, Plateau, Aillout d’eau

Nénuphar jaune, Plateau, Aillout d’eau, Nuphar lutea
Nénuphar jaune, Plateau, Aillout d’eau, Nuphar lutea

Botanique

Nom latin  : Nuphar lutea
Famille  : Nymphéacées
Origine  : Europe, Asie
Période de floraison : juin à septembre
Couleur des fleurs  : jaune
Type de plante : plante aquatique
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : étalement 2 m en pleine eau

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique, - 26°C
Exposition  : ensoleillée
Type de sol : vase riche à assez pauvre
Acidité du sol  : ph supérieur à 7, calcaire
Humidité du sol  : aquatique
Utilisation : bassin, mare, étang
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : éclat de rhizome, semis

Le Nuphar lutea, ou nénuphar jaune, est une espèce aquatique française que l’on peut encore rencontrer dans les lacs, les étangs, les mares et les rivières assez calme. Elle fait l’objet d’une surveillance, et parfois d’une protection dans certains départements, car malgré sa vigoureuse croissance, elle est sensible à la pollution. De plus, les zones humides ont tendance à disparaitre à des fins d’urbanisation. Autrement dit, si vous voyez les jolies feuilles de nénuphar s’étaler sur une mare, c’est signe que celle-ci n’est pas trop polluée.

Le nénuphar jaune est moins utilisé dans les bassins que les Nymphéa, car il est de grand développement et sa fleur est plus petite. Il peut cependant avoir son intérêt : il accepte davantage de pousser en zone ombragée et résiste mieux à la voracité des Carpes.

Le nénuphar jaune, une adaptation remarquable

Nuphar lutea, appelé encore aillout d’eau ou plateau, présente 3 types de feuilles bien adaptée à son milieu :

  • Des feuilles immergées, de texture fine et chiffonnée, vert clair, elles font penser davantage à une feuille de laitue et nagent entre 2 eaux. Elles ne sont pas très solides, car maintenues par la masse d’eau. Ce sont les premières feuilles.

  • Des feuilles flottantes, magnifiques et énormes, en forme de cœur, de 30 cm de large : leur long pédoncule triangulaire les fait affleurer à la surface de l’eau, comme un plateau. Leur texture est plus épaisse, leur couleur vert foncée. Elles peuvent s’étaler sur 3 à 4 m.

  • Des feuilles émergées, plus épaisses et un peu plus petites s’élèvent au-dessus de l’eau. Après avoir utilisé la surface disponible de l’eau, si la hauteur d’eau n’est pas trop profonde, le nénuphar produit ce troisième type de feuilles, créant ainsi de nombreuses cachettes pour les insectes et les batraciens.

Le fond d’un étang est plutôt anoxique (dépourvu d’oxygène), les pétioles contiennent des tubes aérifères pour apporter l’oxygène au fond de l’eau. Ils peuvent atteindre jusque 5 m de long.

Les feuilles émergent d’un épais rhizome. Cette tige aquatique croit au niveau de la vase et enfouit ses racines dans la vase. Le rhizome peut atteindre 2 m de long et se ramifie.

La fleur s’épanouit le matin et se referme le soir, durant 5 jours. Portées quelques centimètre au-dessus de l’eau, c’est une corolle en coupe sphérique à 5 pétales jaunes et épais. Elle mesure 3 à 5 cm. Son parfum léger de pomme, attire les insectes qui la pollinisent.

Le fruit vert en forme de bouteille, lâche à maturité des graines dispersées par l’eau.

Culture du nénuphar jaune

Nuphar lutea aime une eau calcaire, un sol de type argileux, assez riche en matière organique, bien qu’il supporte un milieu relativement pauvre.

Pour l’installer dans un bassin, celui-ci devra avoir une profondeur minimale de 1,50 m. Il est planté dans un container de préférence, pour éviter qu’il ne devienne envahissant, car sa pousse est vigoureuse, et un morceau de rhizome qui se détache, va coloniser un peu plus loin.

En hiver, toutes les feuilles disparaissent. Nuphar lutea hiverne sous forme de rhizome.

Le saviez-vous ?

Le rhizome de nénuphar jaune est consommable, bouilli, comme féculent. Sa chair est légèrement amère. On peut faire aussi une farine avec ses graines séchées.

Nuphar lutea est utilisée en homéopathie.

Espèces et variétés de Nuphar

Le genre comprend 8 espèces de Nuphar, dont une deuxième française rare: Nuphar pumila

Lire aussi
Planter un nénuphar en pot Planter un nénuphar en pot

Le nénuphar évoque les contrées exotiques, pourtant sa plantation peut être effectuée dans notre pays en choisissant les bonnes variétés et en soignant son installation au bassin. Le nénuphar, une...

La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

Vos commentairesAjouter un commentaire