Nénuphar géant, Victoria d'amazonie

Nénuphar géant, Victoria amazonica

Botanique

Nom latin  : Victoria amazonica
Famille  : Nymphéacées
Origine  : Amérique du Sud, Amazonie
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : blanc à rose
Type de plante : vivace aquatique
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : persistant
Hauteur : immergé de 40 à 400 cm et s'étale jusqu'à 5 m

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustqiue, 20/24 °C toute l'année
Exposition  : plein soleil
Type de sol : riche en humus
Acidité du sol  : acide à neutre
Humidité du sol  : immergé
Utilisation : bac, bassin intérieur en véranda ou serre chaude, éventuellement extérieur en été en climat chaud
Plantation, rempotage : printemps
Méthode de multiplication : semis au chaud au printemps, division du rhizome au printemps
Taille : pas de taille
Maladies et ravageurs : les pucerons

Généralités

Victoria amazonica, le nénuphar géant ou la victoria d’Amazonie est l’une des plus fascinantes plantes aquatiques flottantes appartenant à la famille des Nymphéacées. Ce géant est originaire des zones inondées résiduelles après la crue de l’Amazonie, dans ce milieu la victoria d’Amazonie devient rapidement une espèce dominante. Elle est présente en Guyane, Brésil et Bolivie. Ramenée en Europe en 1800, les divers jardins botaniques d’Europe n’ont eu de cesse de réussir sa culture : magnifique, elle représente l’exotisme dans toute sa démesure. Il fallut néanmoins près de 50 ans pour maîtriser sa culture loin de sa latitude.

Description du nénuphar géant

Victoria amazonica est une plante rhizomateuse dont la tige se développe sur le sol au fond de l’eau ; ses racines s’enfoncent dans une vase très riche en débris végétaux en cours de décomposition. Sous les tropiques, dans une eau chaude de 24 à 29 °C et en plein soleil, Victoria amazonica est persistante et montre un développement phénoménal et rapide. Ses feuilles, au long pétiole, prennent toute la surface de l’eau en étalant à plat leur limbe circulaire. Le revers du limbe, de aux fortes nervures réticulées et aérifères, permet à la feuille de se maintenir rigoureusement à la surface de l’eau. Le dessous de la feuille est rougeâtre et épineux, le dessus vert tendre et hydrofuge. Ces feuilles dans leur région d’origine atteignent jusqu’à 3 m de diamètre. Leur bord est relevé, tel un plat à tarte.

Les fleurs de développent à partir du rhizome : leur long et épais pédoncule floral crève la surface de l’eau pour leur permettre de s’épanouir bien en vue un peu au-dessus. Les fleurs du nénuphar géant d’Amazonie sont nocturnes et mesurent 30 cm de diamètre. Elles sont superbes et phénoménales, mais de durent chacune que 48 h. Hermaphrodites, la première nuit elles sont blanches et parfumées attirant, nourrissant et protégeant leur petit coléoptère pollinisateur le jour durant dans une fleur refermée : c’est la phase mâle de la fleur. Au crépuscule qui entame la seconde nuit, les coléoptères sont libérés, couverts de pollen et vont butiner de multiples fleurs de nénuphar géant, la fleur épanouie est devenue rose, voire rougeâtre : elle est dans sa phase femelle, le pistil prêt à recevoir le pollen apporté par de nouveaux visiteurs. L’auto-pollinisation ne peut donc pas se produire au sein d’une même fleur, mais sera possible à partir de 2 fleurs décalées d’une journée.

Les fruits se développent sous l’eau, large de 15 cm. Ils mûrissent en seulement 6 semaines, libérant une centaine de graines grosses comme un petit pois, qui seront dispersées par les crues.

Comment cultiver Victoria Amazonica ?

Victoria amazonica exige une période de jour d’une douzaine d’heures minimum toute l’année et un puissant ensoleillement. En outre, ce nénuphar géant croit à une température comprise entre 20 et 32 °C. Victoria amazonica est cultivé au soleil, en extérieur en région chaude ou en bassin intérieur en climat plus frais. Il lui faut une surface d’au moins 5 m de large, et encore, en ne laissant pas toutes ses feuilles se développer. L’eau doit être acide à neutre, enrichie en azote. Le substrat de culture doit être enrichi de matière organique.

50 ans de culture en jardin botanique de climat tempéré ont permis de comprendre que pour réussir sa culture, en dépit de son statut de plante vivace et sa longévité, il valait mieux cultiver cette formidable plante comme une plante annuelle, et repartir à partir de graine chaque année. En effet, il est très difficile de maintenir un éclairage artificiel assez intense sur une surface suffisante pendant l’hiver. En contrepartie, la croissance excessivement rapide de Victoria amazonica permet d’obtenir une plante à son apogée et florifère, de juin à septembre à partir d’un semis de l’année.

Comment semer le Victoria d'Amazonie ?

Dès fin janvier, les graines (les plus fraîches possible) sont semées, une par pot, en surface de terre glaise et recouvertes de 2 cm de gravier ; elles sont immergées sous 10 cm d’eau douce à 27 °C. Elles germent en 2 à 4 semaines, et ont besoin alors d’un éclairage horticole 12 heures par jour.

Les jeunes plantes sont repiquées en pot plus grand dès leur deuxième série de vraies feuilles (sans compter les cotylédons), puis vient un second rempotage en augmentant la profondeur d’eau. Vers fin mars, les plantules montrent déjà des feuilles de 30 cm de diamètre.

À partir du 21 mars, le jour dure les 12 heures requises pour se passer d’éclairage artificiel. Elles sont alors mises en place dans leur bassin définitif, avec précaution, pour ne pas de blesser sur ces feuilles épineuses.

Durant toute la saison de croissance, Victoria amazonica est nourrie d’engrais azoté toutes les semaines.

Pour récolter les graines fraîches et pérenniser cette culture, il faut évidemment remplacer le petit coléoptère pollinisateur dans son rôle, à l’aide d’un pinceau, et faire passer du pollen d’une fleur blanche à une fleur rose.

Autres espèces du même type à cultiver : Victoria cruziana

Sans doute une peu moins phénoménale, mais très beau aussi, l’autre espèce de Victoria, Victoria cruziana est un peu moins exigeant en place et en chaleur, et donc plus facile à cultiver avec les mêmes techniques que Victoria amazonica. Si ses feuilles sont de diamètre plus réduit, leur bord en plat à tatre, haut de 15 cm, dont le revers rougeâtre et nervuré est bien visible lui donne un aspect extraordinaire. De plus, sa répartition plus au sud, en Argentine, au Paraguay et en Uruguay, le rend moins frileux.

Encore mieux, un hybride provoqué entre les deux espèces et appelé Victoria ‘LONGWOOD HYBRID’, né dans les jardins botaniques, a l’avantage de présenter les meilleures qualités de ses 2 parents associées à grande vigueur.

Le saviez-vous ?

Plusieurs parties de la plante sont consommées par les Indiens d’Amazonie. Les graines grillées explosent d’ailleurs comme du pop-corn.

Le nénuphar géant est visible dans quelques jardins français qui disposent de bassins dans des serres chaudes comme le jardin botanique de Strasbourg ou à l'étranger comme au jardin de pamplemousses à l'île Maurice.

Espèces et variétés de Victoria

Le genre comprend deux espèces

  • Victoria amazonica l'espèce type
  • Victoria cruziana moins exigeant en place et en chaleur
Lire aussi
Planter un nénuphar en pot Planter un nénuphar en pot

Le nénuphar évoque les contrées exotiques, pourtant sa plantation peut être effectuée dans notre pays en choisissant les bonnes variétés et en soignant son installation au bassin. Le nénuphar, une...

Vesse-de-loup géante, Tête de mort, Lycoperdon géant, Calvatia gigantea Vesse-de-loup géante, Tête de mort, Lycoperdon géant, Calvatia gigantea

sphère de grande taille, jusqu'à 70 cm de diamètreSpectaculaire rencontre, digne du livre des records : la Vesse-de-loup géante en impose à un ballon de foot, voire 2 ballons réunis. Ce...

Installation d'un arrosage automatique pour le potager Installation d'un arrosage automatique pour le potager

Mr Collinet habitant à Marseille : Je souhaite mettre en place dans mon jardin un arrosage automatique (goutte à goutte) pour le potager. Comment faut-il faire ? Les 3 principales contraintes...

Un potager au balcon Un potager au balcon

Nulle raison de se priver de la joie de récolter des légumes frais cultivés de façon naturelle sous prétexte que vous ne possédez qu'un simple balcon. A la fois décoratif et utile, cet aménagement...

Vos commentairesAjouter un commentaire