Oreille-de-Judas, Oreille du diable

Oreille-de-Judas, Oreille du diable, Auricularia auricula-judae (22 janvier 2018  sur sureau en Haute-Garonne)
Oreille-de-Judas, Oreille du diable, Auricularia auricula-judae (22 janvier 2018 sur sureau en Haute-Garonne)

Botanique

Nom latin  : Auricularia auricula-judae
Synonymes  : Hirneola auricula-judae, Tremella auricula-judae
Famille  : Auriculariacées
Chapeau : en forme d'oreille, cartilagineux
Hyménium  : partie fertile sur la face interne de « l'oreille »
Spores  : sporée blanche
Anneau  : absent
Pied : insignifiant
Chair : gélatineuse, fine, translucide
Volve  : absent
Odeur : légère

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe, Asie, Amérique, Australie
Periode : pérenne
Habitat : bois des feuillus morts ou vivants, saprophyte parfois parasite
Confusions possibles : Schizophyllum amplum
Toxicité : syndrome de Szechwan
Intérêt culinaire : « champignon noir » des plats asiatiques
Usages : culinaire, médicinal

L'oreille-de-Judas n'est autre qu'un des champignons noirs cuisinés dans les plats asiatiques. Exotique ? Non. Le vieux sureau du fond du jardin accueille fréquemment ce basidiomycète de la famille des Auriculariacées. Son sporophore, organe reproducteur à forme d'oreille si particulière, se consomme jeune, avant de devenir trop coriace. Il se récolte tout au long de l'année.

Description de l'oreille-de-Judas

Délicatement  accrochée au bois par un minuscule pied latéral, l'Auriculaire  jeune ressemble à un petit disque. Rapidement, son nom commun se justifie : le disque se développe, jusqu'à 10 cm, la membrane fine, 2 mm, se lobe en nombreuses circonvolutions, la face interne de cette coupelle allongée se plisse. La branche de sureau est à l'écoute.

 Les sporophores, parties visibles et reproductives du champignon, sont souvent nombreux, groupés, parfois soudés, de couleur brun-rouge. La partie externe se ride et se couvre d'une légère poussière blanchâtre. Elle est stérile, l'hyménium, tissu fertile, tapissant la paroi interne du champignon.

La chair est gélatineuse, élastique, de fine épaisseur, translucide puis devient dure et foncée, d'autant plus en période de sécheresse.

Le mycélium, invisible, circule dans du bois peu dégradé.

Détermination de Auricularia auricula-judae

L'aspect et la consistance caractéristiques de cette espèce facilite sa détermination. Des risques de confusion peuvent se présenter avec Auricularia auricula-judae var.polytricha, autre champignon noir de la cuisine asiatique.Schizophyllum amplum, d'aspect semblable, hôte des mêmes arbres, peut faire hésiter mais le  dessus de son chapeau est nettement blanchâtre.

Le milieu de vie

Saprophyte, l'oreille-de-Judas se développe sur la matière végétale en début de décomposition. Elle affectionne les feuillus, particulièrement le sureau. Sur des sujets vivants mais fatigués elle peut devenir  parasite  de son hôte.

Sa culture , sur déchets non compostés, est maîtrisée et se pratique de manière intensive en Asie.

Toxicité ou intérêt culinaire

Ce champignon noir, plus connu dans la cuisine asiatique que sur nos arbres, se consomme cru ou cuisiné avec du riz. En sauce. son mucilage apporte onctuosité et douceur. Désséché, le champignon retrouve sa forme après trempage à l'eau tiède. Sa saveur est douce.

L'oreille-de-Judas consommée en quantité est à l'origine du syndrome de Szechwan : risques hémorragiques, observés en particulier au-niveau de la peau chez les consommateurs réguliers.

Usages

Utilisé en médecine chinoise entre autres pour ses propriétés de fluidification du sang. Au vu du syndrome de Szechwan, à n'utiliser que sur avis médical.

Le saviez-vous ?

La légende raconte que Judas se serait pendu à un sureau, arbre de prédilection de l'oreille-de-Judas.

Espèces et variétés de Auricularia

  • Auricularia auricula-judae var.lactea : variété entièrement blanche
  • Auricularia auricula-judae var.polytricha, comestible, cuisine asiatique
  • Auricularia auricula-judae var.polytricha, comestible, couramment consommé.
  • Auricularia mesenterica, l'oreille poilue, sur feuillus, principalement hêtre et érable. Non comestible.

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Auricule, Oreille d'ours, Primula section auricula Auricule, Oreille d'ours, Primula section auricula

L'auricule est une primevère montagnarde au feuillage coriace, lisse et brillant qui se cultive sans difficulté, mais c'est le dessin de ses fleurs qui étonne et passionne ! Une belle montagnarde...

Le perce-oreille Le perce-oreille

Le forficule couramment appelé perce-oreille est un insecte très courant dans nos jardins. Inoffensif, il est considéré comme un auxiliaire du jardinier puisqu'il se délecte essentiellement des...

Oreille d'éléphant, Alocasia sanderiana Oreille d'éléphant, Alocasia sanderiana

L'oreille d'éléphant est une plante verte d'intérieur au feuillage tout à fait remarquable, qui lui confère un aspect sculptural, attirant le regard au premier coup d'oeil. De longs pétioles...

Oreille d'éléphant, Alocasie à grandes racines, Taro géant, Alocasia macrorrhiza Oreille d'éléphant, Alocasie à grandes racines, Taro géant, Alocasia macrorrhiza

L'Alocasia est une plante spectaculaire : ses larges feuilles lui ont valu le surnom "d'oreille d'éléphant" tant elles sont imposantes. Cette plante hors du commun apportera une touche...

Vos commentairesAjouter un commentaire