Panéole ovoïde, Panéole coprophile

Le Panéole ovoïde, Panaeolus semiovatus affectionne les excréments
Le Panéole ovoïde, Panaeolus semiovatus affectionne les excréments

Le panéole ovoïde est un champignon qui affectionne particulièrement l'azote, il pousse à la belle saison sur excréments variés d'animaux !

Botanique

Nom latin  : Panaeolus semiovatus
Synonymes  : Anellaria semiovata, Panaeolus separatus, Agaricus separatus
Famille  : Bolbitiacées
Chapeau : ovoïde, crème à ocre, 1 à 6 cm de diamètre
Hyménium  : lames, blanches, grises puis noires
Spores  : sporée noire
Anneau  : petit, membraneux
Pied : cylindrique, crème, 2 à 5 cm de haut pour 0,5 à 1,5 cm de diamètre
Chair : blanchâtre
Volve  : absente
Odeur : légère

Habitat et usages

Répartition  : France, Europe, Amérique du Nord
Periode : du printemps à l'automne
Habitat : sur excréments
Confusions possibles : Panaeolus papilionaceus
Toxicité : toxique
Intérêt culinaire : aucun
Usages : inconnus

Généralités

Si la plupart des champignons vivent dans un habitat spacieux, forêts, pelouses, bords de chemins, troncs d'arbres, certains se concentrent sur de  petits espaces de 30 cm de diamètre au plus : les crottes. Le Panéole coprophile, Panaeolus semiovatus, est l'un des plus commun de sa famille des Bolbitiacées. Ce champignon Basidiomycète affectionne particulièrement l'azote, son sporophore pousse à la belle saison sur excréments variés.

Description du Panéole ovoïde

Le chapeau arrondi, en demi-oeuf, du Panéole ovoïde émerge de son support, les crottes, dès les beaux jours venus. De couleur crème à ocre, visqueux jeune et par temps humide, il ternit et se craquelle avec l'âge et le manque d'eau. La marge peut garder de vagues lambeaux de voile et surplombe des lames épaisses, blanches, grises puis noires tachées de zones claires . Cette caractéristique a donné son nom au genre Panaeolus, signifant « marbré ». Le pied, cylindrique, assez fin, de couleur crème, porte un petit anneau typique, blanc noircit par le dépôt des spores à maturité du sporophore. Cet anneau peut disparaître. La chair est blanche à crème, de saveur douce et d'odeur légère.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe dans les excréments ou à leur périphérie.

Détermination de Panaeolus semiovatus

Le petit anneau sur son pied caractérise Panaeolus semiovatus, seul de ce genre à garder ce vestige de voile.

Panaeolus papilionaceus lui ressemble par ses couleurs et se trouve dans les mêmes habitats mais sa marge est dentelée et son pied ne porte jamais d'anneau.

Le milieu de vie du Panéole coprophile

Le Panéole coprophile affectionne les habitats fréquentés par les animaux, prairies, pâturages d'altitude, bords de chemins. Saprophyte, cette espèce se nourrit d'excréments d'animaux divers dont elle favorise la décomposition. Se développant en petits groupes sur une bouse ou à sa périphérie, ce Panéole de bonne taille est présent en plaine, fréquent en montagne, du printemps à l'automne.

Toxicité ou intérêt culinaire

Panaeolus semiovatus ne présente aucun intérêt culinaire, sa toxicité est spécifiée mais il a pu être parfois consommé sans effets indésirables. La variabilité de la toxicité chez les champignons, la sensibilité propre de chaque individu, impose la plus grande prudence.

Le saviez-vous ?

Les Panéoles, champignons graciles aux spores noires, se trouvent fréquemment dans les prairies fréquentés par le bétail, et donc les hommes. Mais leur toxicité fréquente, la présence de psychotropes chez certaines espèces, imposent une grande rigueur dans leur détermination et leur éventuelle consommation.

Espèces et variétés de Panaeolus

Le genre comprend une centaine d'espèces

  • Panaeolus papilionaceus : Panéole à bord denté, prairies fertilisées, sur bouses, toxique
  • Panaeolus dunensis : Panaeolus dunensis, dans le sable des dunes, toxique
  • Panaeolus antillarum : groupés sur les crottins de chevaux, toxique
  • Panaeolus foenisecii : Panéole des moissons, pelouses tondues, prairies de montagne, toxique
  • Panaeolus cyanescens : Panéole bleuissant, bleuit au froissage, propriétés psychotropes.

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Amanite ovoïde, Oronge blanche, Amanita ovoidea Amanite ovoïde, Oronge blanche, Amanita ovoidea

hémisphérique puis déprimé, blanchâtre, entre 6 et 30 cmInsolite, gros oeuf d'une blancheur pure et lisse, l'Amanite ovoïde, Amanita ovoidea, ne peut passer inaperçue au milieu du tapis de feuilles...

Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

Vos commentairesAjouter un commentaire