Amanite ovoïde, Oronge blanche

Amanite ovoïde, Oronge blanche, Amanita ovoidea
Amanite ovoïde, Oronge blanche, Amanita ovoidea

Insolite, gros oeuf d'une blancheur pure et lisse, l'Amanite ovoïde, l'un des plus grand de cette famille de champignons, ne peut passer inaperçue au milieu du tapis de feuilles de chênes non dégradé.

Botanique

Nom latin  : Amanita ovoidea
Synonymes  : Agaricus ovoideus, Amanita gigantea, Amanita leiocephala
Famille  : Amanitacées
Chapeau : hémisphérique puis déprimé, blanchâtre, entre 6 et 30 cm
Hyménium  : lames blanchâtres
Spores  : sporée blanche
Anneau  : blanc, très fragile, disparaît vite
Pied : blanc floconneux et trapu, entre 10 et 25 cm
Chair : blanche
Volve  : en sac, crème pâle à ocracée
Odeur : iodée

Habitat et usages

Répartition  : France
Periode : été, automne
Habitat : forestier, sous feuillus, principalement sous chênes sur terrain calcaire
Confusions possibles : Amanita proxima, Amanita virosa, Amanita verna
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : comestible médiocre, peut être indigeste
Usages : non référencés

Généralités

Insolite, gros oeuf d'une blancheur pure et lisse, l'Amanite ovoïde, Amanita ovoidea, ne peut passer inaperçue au milieu du tapis de feuilles de chênes non dégradé. Le sporophore, partie reproductive visible, de ce Basidiomycète, est l'un des plus grand au sein de sa famille des Amanitacées. Les mois chauds de la saison estivale seront propices aux rencontres avec cette élégante espèce.

Description de l'Amanite ovoïde

Le chapeau de l'Amanite ovoïde mesure entre 6 et 30 cm de diamètre et peut parfois atteindre les 40 cm, c'est une des plus grosse amanite de France. Il est blanc et sa surface, la cuticule, est lisse, semblable à un gros œuf. D'abord hémisphérique il va s'étaler puis il prendra une forme déprimée avec l'âge. La marge est souvent recouverte de résidus de flocons qui proviennent du voile partiel. Les lames blanches à crème pâle sont libres, larges et nombreuses. Entre ces lames il est possible d'apercevoir des lamelles plus ou moins longues. Le pied blanc de l'Amanita ovoidea est recouvert de flocons crémeux, il mesure entre 10 et 25 cm de haut, pour une épaisseur atteignant parfois les 7 cm de diamètre. A sa base un bulbe ovoïde est inséré dans une volve en sac blanchâtre qui devient par la suite ocracée. La chair blanche immuable et ferme dégage une odeur iodée, de marée, sa saveur est douce. En vieillissant elle dégage une odeur particulièrement fétide.

Détermination de l'Amanita ovoidea

Les confusions sont rares, son anneau crémeux qui disparaît est caractéristique, mais une erreur avec une amanite toxique peut être mortelle. Parfois confondue avec l'Amanite à volve rousse, Amanita proxima, toxique, qui, même étant plus petite, lui ressemble et présente la même odeur. Il est possible de la distinguer par sa volve rousse orangée et par son anneau membraneux et persistant qui n'est pas crémeux. De plus, d'éventuelles confusions à ne pas écarter sont envisageables avec deux amanites blanches, Amanita virosa et Amanita verna, qui sont cependant plus petites et présentent un anneau membraneux persistant. Ces trois espèces étant mortelles il est déconseillé de consommer l'Amanite ovoïde.

Milieu de vie

L'Amanite ovoïde est une espèce courante dans le sud de la France, elle est néanmoins plus rare dans le nord. Elle se développe dans les zones chaudes, méditerranéennes et calcaires, principalement sous les chênes et parfois sous les pins. La plupart des Amanites forment une symbiose mycorhizienne, c'est-à-dire une association à bénéfices réciproques avec les arbres environnants. Cette symbiose permet à l'Amanita ovoidea de se procurer certains éléments nécessaires à son développement.

Toxicité de l'Amanite ovoïde

Cette espèce n'est pas toxique mais il est préférable de l'éviter du fait de sa ressemblance avec l'Amanite à volve rousse et deux autres amanite blanches, qui sont toxiques.

Intérêt culinaire

Comestible médiocre, appréciée par certains mais souvent indigeste et à ne pas consommer à partir d'un certain stade de maturité.

Espèces et variétés de Amanita

Les Amanites s'associent aux arbres pour vivre, chacune a sa préférence :

  • Amanita friabilis : l'Amanite des Aulnes, comme son nom l'indique, elle pousse exclusivement sous les aulnes
  • Amanita dryophila : Amanite des chênes, cette espèce commune en Europe pousse sous les chênes
  • Amanita ochraceomaculata : pousse sous les épicéas et apprécie les sols calcaires
  • Amanita betulae : l'Amanite du bouleau est associée aux bouleaux, sur sol acide
  • Amanita avellanea : se développe uniquement sous les châtaigniers
  • Amanita coryli : se retrouve uniquement sous les noisetiers avec qui elle a une association stricte
  • Amanita mairei : l'Amanite de Maire, pousse sous les pins et parfois dans les dunes
Fiches des champignons du même genre

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Amanite des Césars, Oronge, Oronge vraie, Amanita caesarea Amanite des Césars, Oronge, Oronge vraie, Amanita caesarea

convexe, orangé, 4 à 20 cmL'Amanite des Césars, champignon mythique, graal des mycologues, beau, rare et excellent comestible. Digne de la table des Empereurs romains. Ce basidiomycète de la...

Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria Amanite tue-mouche, Fausse-oronge, Amanita muscaria

convexe, rouge à verrues blanches, 4 à 20 cmReprésentation familière de notre imaginaire collectif, chapeau rouge ponctué de flocons blancs protégeant un lutin adossé à son pied soyeux, l'Amanite...

Amanite phalloïde, Ciguë verte, Oronge verte, Calice de la mort, Amanita phalloides Amanite phalloïde, Ciguë verte, Oronge verte, Calice de la mort, Amanita phalloides

hémisphérique puis étalé, vert jaunâtre à vert brun, voire crème, entre 3 et 15 cmL'Amanite phalloïde, ou Calice de la mort, laisse peu de chance de survie au chercheur de champignons étourdi....

Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens Amanite rougissante, Amanite vineuse, Golmotte, Amanita rubescens

hémisphérique puis concave, brun rougeâtre à verrues grisâtres, 4-14 cmL'Amanite vineuse apporte aux couleurs printanières des sous-bois ses nuances rougissantes, variables au fil des saisons....

Vos commentairesAjouter un commentaire