Bolet parasite

Bolet parasite, Pseudoboletus parasiticus
Bolet parasite, Pseudoboletus parasiticus

Le pied pointu du Bolet parasite, le Pseudoboletus parasiticus, émerge de son hôte de l'été à l'automne et peut s'observer avec curiosité,  le parasitisme d'un Basidiomycète, surtout de la famille des Boletacées, sur un Ascomycète, étant exceptionnel.

Botanique

Nom latin  : Pseudoboletus parasiticus
Synonymes  : Xerocomus parasiticus, Boletus parasiticus
Famille  : Boletacées
Chapeau : convexe,  brun-jaune, diam. 2 à 7 cm
Hyménium  : pores et tubes,  jaunes à ocres
Spores  : sporée brun-olive
Anneau  : absent
Pied : cylindrique, courbé, jaune à ocre ; H. 3 à 7 cm, diam. 0,5 à 1,5 cm
Chair : jaune, ferme, immuable
Volve  : absente
Odeur : légère, douce

Habitat et usages

Répartition  : Europe, Amérique du Nord
Periode : été, automne
Habitat : forestier, sur sclérodermes
Confusions possibles : Xerocomus subtomentosus
Toxicité : aucune
Intérêt culinaire : aucun
Usages : rarement culinaires

Généralités

Quel rare et étrange spectacle que celui d' un petit Bolet au chapeau en coussin épais, ferme, poussant en petits groupes sur un Scléroderme, champignon rond comme une Vesse-de-loup. Le pied pointu du Bolet parasite, le Pseudoboletus parasiticus, émerge de son hôte de l'été à l'automne et peut s'observer avec curiosité,  le parasitisme d'un Basidiomycète, surtout de la famille des Boletacées, sur un Ascomycète, étant exceptionnel.

Description du Bolet parasite

Petite silhouette de Bolet  de couleur jaune-brun, Pseudoboletus parasiticus émerge du  Scléroderme commun, « boule » crème à écailles brunes,  par un pied élancé, parsemé de mèches brunes, courbe et pointu à la base. Le chapeau, épais, reste sec, feutré-velouté, se craquèle parfois laissant alors apparaître une chair jaune, ferme, de couleur stable. Sa saveur est douce, son odeur très légère. L'hyménium, partie fertile productrice des spores, montre des tubes jaunes vifs descendants légèrement sur le pied. Les pores, jaunes et évoluant également vers le brunâtre, sont larges et irréguliers.

Le mycélium, partie végétative invisible, se développe au contact de son hôte, Scleroderma citrinum, en fins filaments blancs.

Détermination de Pseudoboletus parasiticus

Déterminer le Bolet parasite passe par la reconnaissance indispensable de son hôte privilégié, le Scléroderme commun,  Scleroderma citrinum. Ascomycète, ce champignon de la famille des

Sclerodermatacées, ressemble aux Vesses-de-loup, mais avec une peau dure et épaisse. Lorque l'on trouve ces 2 champignons ensembles, avec leurs mycéliums imbriqués, la confusion est impossible. Si jamais le Bolet parasite se retrouve seul, il peut alors être confondu avec Xerocomus subtomentosus, le Bolet tomenteux, mais à chair tirant sur le blanchâtre et aux tubes non descendants sur le pied.

Le milieu de vie

Le Bolet suit son hôte le Scléroderme dans son habitat, les milieux forestiers de feuillus ou de conifères, où son sporophore, partie reproductive visible, se développe à la même période que le sporophore de son hôte, été comme automne. Son parasitisme a parfois été remis en cause, il se développe cependant sur un sporophore encore vivant...

Intérêt culinaire du Bolet parasite

Comestible, le Bolet parasite n'a pas vraiment de goût, et sa rareté ne favorise pas sa consommation.

Le saviez-vous ?

Les cas de parasitisme entre champignons de nos assiettes sont rares, mais on peut remarquer quelques cas étonnants, le Cordiceps capitata parasitant Elaphomyces granulatus, la truffe des cerfs, ou le Clitocybe sclérotoïdea parasitant Helvella lacunosa.

Espèces et variétés de Pseudoboletus

Les petits Bolets parasites, Pseudoboletus parasiticus et Pseudoboletus astraeicola, espèce Japonaise, autrefois classés parmi les Boletus puis les Xerocomus, se retrouvent tous les 2 dans le genre  Pseudoboletus. Proches, on trouvera :

  • Imleria badia, anciennement  Xerocomus badius : le Bolet bai,  bon comestible jeune, sous les pins.
  • Xerocomus subtomentosus : le Bolet tomenteux, couleurs très variables.
  • Xerocomus ferrugineus : le Bolet ferrugineux, mycélium jaune vif.
  • Pseudoboletus  astraeicola, Xerocomus badius (Imleria badia), Xerocomus subtomentosus

Mise en garde : Les informations, les photos et les indications présentes sur ce site sont publiées à titre informatif et ne doivent en aucun cas remplacer l'avis d'un professionnel mycologue pour l'identification des champignons. Seule une formation adéquate ou la confirmation par un mycologue averti peut vous permettre d'identifier de manière fiable un champignon. Dans le doute, abstenez-vous de consommer un champignon ! Le site ne saurait donc être tenu pour responsable en cas d'intoxication par les champignons présentés.

Lire aussi
Bolet amer, Chicotin, Bolet de fiel, Tylopilus felleus Bolet amer, Chicotin, Bolet de fiel, Tylopilus felleus

convexe, beige, sec,  5 à 15 cm de diamètre S'attabler devant une poêlée de Cèpes, partager ce moment gastronomique avec des amis, et dès la première bouchée recracher son contenu. Mésaventure...

Bolet de Satan, Rubroboletus satanas Bolet de Satan, Rubroboletus satanas

convexe, blanc, 5 à 30 cm de diamètreSilhouette ventrue, chapeau rond comme un coussin bien gonflé, que l'on soulève pour découvrir non des lamelles mais des pores : un Cèpe, un Bolet ! Le panier...

Bolet chauve, Hemileccinum depilatum Bolet chauve, Hemileccinum depilatum

convexe à plat, « cabossé », 5 à 12 cmCèpes, Bolets, une grande famille de Basidiomycètes pour des préparations gastronomiques inoubliables, des recherches actives tôt le matin dans les sous-bois,...

Bolet à pied rouge, Neoboletus erythropus Bolet à pied rouge, Neoboletus erythropus

convexe, sombre, diam. 5 à 20 cmBalade automnale sous couvert forestier ; silhouette de Cèpe, on s'approche,  sous le chapeau des pores... hélàs, les parties touchées bleuissent brutalement. Un peu...

Vos commentairesAjouter un commentaire