La culture du shiitaké

Culture du shiitaké, l'induction des sporophores
Culture du shiitaké, l'induction des sporophores

Parmi les champignons les plus faciles à cultiver chez soi, le Shiitaké occupe sans nul doute une place privilégiée.

Cultivé depuis des millénaires dans ses pays d’origine, Chine et Japon, le Shiitaké, ou lentin du chêne, Lentinula edodes, se situe sur la deuxième marche du podium des ventes mondiales, juste après le champignon de Paris. Réputé pour ses qualités gastronomiques, ses vertus médicinales, le "champignon parfumé" trouve désormais sa place au jardin, sur son balcon ou dans la maison.

Où trouver le mycélium ?

Cultiver des champignons chez soi, c'est possible. Tout commence par le mycélium. Partie végétative du champignon, il doit être mis en culture pour un jour développer les sporophores, parties reproductives visibles et consommables. Il s'agit donc de trouver du mycélium. En milieu naturel mycéliums et spores de nombreuses espèces se mêlent, les prélèvements et mise en culture sont donc incertains quant aux sujets qui vont se développer. De nombreuses entreprises produisent et commercialisent désormais du « blanc » de champignon. Dans des conditions parfaitement aseptiques, en laboratoire, le mycélium est inoculé sur céréales, chevilles, en milieu liquide.

Plusieurs sites internet proposent de la vente en ligne, out-grow.com a des variétés intéressantes, du substrat et du matériel de laboratoire, gluckpilze.com une grande diversité, avec des variétés originales, la ferme de Sainte-Marthe utilise des valeurs sûres, connues, faciles à cultiver, et en agriculture biologique. Les grandes surfaces, magasins bio, mettent en vente de plus en plus régulièrement des kits de culture prêts à l'emploi. Les délais d'acheminement sont à surveiller particulièrement : le mycélium ne doit pas être stocké longtemps à des températures inadaptées. Sa qualité garantie une culture réussie.

Mettre le mycélium en culture

Vous avez trouvé votre mycélium de Shiitaké. Inoculé sur céréales, sur chevilles, où déjà installé sur un substrat de culture tout prêt. Reste à le faire pousser. En intérieur ou extérieur, selon votre choix.

En intérieur sur substrat adapté

Si votre mycélium est installé sur céréales, vous devrez préparer un substrat adapté. Mélange de paille, sciure et copeaux de bois de feuillus pasteurisés et pressés conviendront au Shiitaké. Disposé dans ce substrat, le mycélium se développera et occupera tout l'espace proposé. Les kits prêts à l'emploi offrent un support déjà prêt, avec le mycélium déjà ensemencé.

Tout au long du développement l'humidité doit rester élevée, une vaporisation régulière est conseillée. L'utilisation d'une mini-serre permet de créer une ambiance adaptée. La température doit être tempérée, autour de 15°C. La lumière d'une fenêtre côté nord convient. Il faudra laisser du temps au mycélium pour s'installer, 1 à 4 semaines selon son niveau de développement à l'achat.

En extérieur sur billot de bois

En milieu naturel, le Shiitaké se développe sur troncs et branches de feuillus morts, particulièrement sur l'arbre “Shii”, Castanopsis cuspidata, de la famille des Fagacées. Dans votre jardin vous pourrez utiliser du bouleau, du peuplier, du saule, du hêtre, du chêne (rouvre et pédonculé), de l'érable, coupés de moins de 3 mois. Sur bois tendres la production durera 3-4 ans, sur bois durs, se dégradant moins vite, elle perdurera 1 à 2 ans de plus. La taille des troncs doit être plutôt petite, 10 à 15 cm de diamètre pour 80 cm à 1 m de haut.

L'ensemencement des billots se fait avec des chevilles inoculées en mycélium (en vente sur de nombreux sites internet, dont ceux pré-cités). Les trous doivent être percés du diamètre précis des chevilles ; l'installation a lieu de novembre à avril. Le mycélium s'installera alors progressivement dans le bois, il faudra maintenir une bonne humidité en arrosant pendant les périodes sèches, protéger les billots du vent et du soleil. Un bon ombrage est nécessaire sans toutefois atténuer trop la lumière. Il faudra attendre 16 à 18 mois pour que le mycélium envahisse complètement le bois. Et produise les sporophores.

Induire la fructification

Que ce soit en intérieur ou en extérieur, votre mycélium s'est enfin développé, il a pris sa place sur son substrat dont il se nourrit. Saprophyte, il a trouvé dans la matière organique en décomposition le carbone nécessaire à sa croissance, à ses fonctions vitales. Il est prêt pour la reproduction. Il va falloir alors induire la formation du sporophore, partie reproductive consommable.

En intérieur

Chez le Shiitaké l'induction se fait par trempage 24h dans de l'eau froide. De blanc, le mycélium est devenu brun-chocolat. Des protubérances apparaissent alors. Et avec une rapidité déconcertante, 2 3 jours, le chapeau va s'ouvrir, le pied s'élever, le champignon apparaît.

En extérieur sur billot de bois

Les 16-18 mois sont passés. Le mycélium à la surface des billots devient marron. L'induction a lieu également par trempage, pendant une nuit. L'humidité devra rester constante, sans inondation cependant, les Shiitaké se formeront alors en une dizaine de jours. Certains conseillent de taper les billots afin d'obtenir une fructification abondante.

Récolter, perpétuer et maîtriser les risques

Les sporophores doivent être récoltés jeunes, avant sporulation. Le mieux est de tourner délicatement le pied et de le retirer doucement. Laisser des résidus de pied peut favoriser le développement de moisissures concurrentes du mycélium. La récolte faite, une période de repos est nécessaire, d'une dizaine de semaines en extérieur, 2 à 3 en intérieur. Un nouveau trempage permettra d'induire une nouvelle fructification. Les récoltes se font tout au long de l'année en intérieur, de juin à octobre en extérieur. Jusqu'à épuisement du substrat.

Dans l'idéal, tout se passe comme indiqué. Mais ce n'est pas toujours le cas... En intérieur, chaleur et humidité favorisent les moisissures qui peuvent envahir votre substrat. La concurrence est rude. Il faut toujours intervenir les mains propres, et si vous voyez malgré tout apparaître un feutrage blanc, vert, n'hésitez pas à « décaper » la surface de culture, ces moisissures restent en général en surface. Vous aiderez ainsi le mycélium à garder sa place. En extérieur, limaces, rongeurs, insectes, se délecteront de vos cultures. Il faudra les en protéger.

Ne pas oublier, lors de vos récoltes, que certaines personnes allergiques peuvent développer une dermatose 1 à 3 jours après l'ingestion. L’éruption surviendrait à la consommation de champignons insuffisamment cuits.

Conclusion

Le Shiitaké, avec son mycélium vigoureux, ses exigences de culture souples, est l'un des champignons les plus faciles à cultiver. Les techniques et astuces de culture sont nombreuses, à découvrir, à expérimenter et à adapter dans son propre jardin.

Lire aussi
La culture des champignons La culture des champignons

Souvent difficiles à trouver sous leur forme fraîche, les champignons pourront facilement être cultivés chez soi, au jardin ou dans un local frais afin de profiter de leur saveur et de leurs...

La culture du champignon de Paris La culture du champignon de Paris

En tête des ventes mondiales, le champignon de Paris se cultive aussi chez soi, avec de l'attention et des soins appropriés. La France et Paris, berceau de la culture commerciale du champignon de...

La culture de la vigne La culture de la vigne

Olivier CHAIGNAUD, viticulteur vous propose de découvrir une année de travail de la vigne dans son exploitation à LUSSAC dans la région Bordelaise et répond à quelques questions. Le cycle de...

Plantes carnivores : une culture exigeante Plantes carnivores : une culture exigeante

Les plantes carnivores sont des plantes fragiles qu'il est souvent difficile de garder en vie sans un minimum de soins et d'attention. Comme tous végétaux, les plantes carnivores ont avant tout...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Cosette (Var)
    J'aimerais savoir ou me procurer Shiitaké, j'habite 83110 et j'espère pouvoir cultiver ce fameux champignon ? merci
    Répondre à Cosette
    Le 24/02/2020 à 09:28