Cultiver des champignons chez soi, c'est possible

Shiitaké ou Lentin du chêne avant la récolte
Shiitaké ou Lentin du chêne avant la récolte

Tomates, haricots, poivrons, fèves, carottes... Le jardinier sème, repique, récolte. Et les champignons ? Pourquoi ne pas les inscrire sur sa liste ?

Une culture millénaire

Les hommes ont su cultiver des champignons très tôt dans leur histoire, en Asie notamment, traditionnellement attachée à cette ressource, alimentaire et médicinale. La domestication du peuple de l'humus à permis de pérenniser des récoltes incertaines, de les garder sous la main. A l'échelle familiale dans un premier temps, puis industrielle, les techniques n'ont cessé de se perfectionner. Avec des découvertes hasardeuses, où l'observation curieuse des jardiniers a joué un rôle important. Ainsi la petite histoire de la culture des champignons ne manque pas d'anecdotes. De nos jours, aux côtés des millions de tonnes de la production mondiale, les petites cultures au jardin s'invitent toujours plus.

Des champignons au jardin oui, mais lesquels ?

Bien sûr, et hélas, tous les champignons ne se cultivent pas. Nombreux restent sauvages, ne se plient pas à la domestication. Cèpes, Girolles, Chanterelles, n'ont pas livré leurs secrets. La mycorhize, étroite collaboration de leur mycélium avec les végétaux de leur milieu, reste complexe et le temps n'est pas encore venu où l'on ensemencera le bosquet du fond du jardin pour récolter le Cèpe de Bordeaux. Mais le jardinier trouvera son bonheur auprès d'espèces se nourrissant plus simplement : les champignons saprophytes recherchent de la matière organique en décomposition. Bois mort, feuilles, humus, brindilles, sont leur support naturel de croissance. Les champignons de Paris, les Pleurotes, le Shiitaké ou lentin du chêne, les Pholiotes, se cultivent simplement sur des matériaux morts. Une douzaine d'espèces se prêtent ainsi aux plantations du jardinier. Une liste, non exhaustive, d'une douzaine d'espèces, est à consulter en bas de page.

Quelques principes de base

Si les champignons saprophytes se cultivent sans difficultés majeures, quelques principes fondamentaux sont toutefois à respecter. Le champignon que l'on consomme, le sporophore, n'est que la partie apparente de l'individu à mettre en culture. Le mycélium, fin entrelacement de filaments blancs, forme la partie végétative installée dans son substrat. Ce mycélium doit être cultivé. Inoculé dans un premier temps sur des grains de céréales, des chevilles, il sera disposé sur le support adapté à chaque espèce : bois mort de moins de 3 mois pour certaines, en décomposition avancée pour d'autres. Billots de hêtre, peuplier, chêne, paille, copeaux, terreau, sont fréquemment utilisés. Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que de nombreux champignons, moisissures surtout, sont présents partout, et votre culture peut leur convenir parfaitement. La concurrence est rude. Travailler avec des matériaux propres est donc incontournable.

Le champignon à cultiver est choisi, son support de culture prêt. Mais où installer votre plantation ? Dans quelles conditions de température, de lumière, d'humidité ?

Où cultiver vos champignons ?

De la cave au jardin en passant par le salon ou le balcon, tous les petits coins un peu sombres se prêtent à la culture des champignons. La cave accueillera le champignon de Paris, le salon le Pleurote du Panicaut, l'espace d'ombre oublié du jardin les Pleurotes en forme d'huître ou le Shiitaké. Certaines espèces, polyvalentes, se cultivent tout aussi bien en extérieur qu'en intérieur. Pour cultiver un champignon, il est indispensable de connaître son cycle de vie : température de développement du mycélium, induction ou non de la formation du sporophore par le froid. Ainsi en va t-il pour le Pleurote en forme d'huître, Pleurotus ostreatus, dont le mycélium vigoureux à 16°C ne formera jamais son « fruit » s'il ne subit pas un léger coup de froid. Si les conditions de température sont à respecter selon les besoins des espèces cultivées, l'humidité est un facteur commun à tous les champignons : elle doit être constante, élevée. Le substrat ne doit jamais se dessécher sans être détrempé. Les mini-serres en intérieur, le couvert végétal en extérieur, permettent de créer des micro-climats adaptés. Vaporisation et arrosage sont à suivre avec régularité.

Comment démarrer une culture de champignons ?

Débuter une culture, ce serait bien, mais par quoi ou qui commencer ? Pour découvrir ce monde à part, comprendre et apprendre comment il fonctionne, il paraît plus simple de se procurer des kits de culture prêts à l'emploi. Le substrat de culture est parfait, le mycélium déjà installé. Il suffit d'ouvrir son kit, de l'installer dans son milieu approprié, d'arroser, et d'observer. Maintenir les conditions d'humidité, les bonnes variations de température, limiter les contaminations par des moisissures, seront l'essentiel de l'entretien avant d'obtenir de savoureuses récoltes. Puis viendra, peut-être l'envie d'aller plus loin. Récupérer un peu de mycélium, réensemencer un nouveau substrat de sa composition... Comme avec les plantes, observation, expérimentation, créativité, sont au rendez-vous. Le jardinier cultive.

Produire des champignons chez soi, c'est possible. Et de plus en plus fréquent. L'on apprécie vite la régularité des récoltes, les consommations hivernales toutes fraîches. Et puis, quel plaisir de voir au jour le jour apparaître une boursouflure sur le mycélium, la regarder s'allonger en courbe souple et aérienne, poindre un chapeau en tête d'épingle, et... A vos cultures.

Quelques champignons à cultiver chez soi

Sans difficultés majeures

  • Lentinula edodes : Shiitaké, Lentin du chêne
  • Pleurotus eryngii, Pleurote de Panicaut
  • Pleurotus ostreatus Pleurote en forme d'huître
  • Kuehneromyces mutabilis Pholiote changeante
  • Stropharia rugosaannulata Strophaire à anneau rugueux

Un peu plus techniques

Agaricus bisporus, Lentinula edodes (shiitaké) Pleurotus ostreatus, Lepista nuda

Lire aussi
La culture des champignons La culture des champignons

Souvent difficiles à trouver sous leur forme fraîche, les champignons pourront facilement être cultivés chez soi, au jardin ou dans un local frais afin de profiter de leur saveur et de leurs...

Les champignons cultivés Les champignons cultivés

Contrairement aux champignons sauvages, poussant spontanément dans les sous-bois frais, les champignons cultivés sont disponibles toute l'année car ils ne sont pas soumis aux aléas climatiques....

Le cannibalisme chez les champignons Le cannibalisme chez les champignons

Etrange vision que ces petits champignons au joli chapeau rond, au fin pied blanc, installés sur le chapeau d'une Russule. Sympathique tableau de famille d'un individu d'âge mûr portant et...

Champignons, bolets et cèpes Champignons, bolets et cèpes

La famille des boletacées comprend dans un fatras d'espèces monumental deux champignons d'exception : le bolet et le cèpe. La famille des boletacées est vaste. Elle compte un nombre impressionnant...

Vos commentairesAjouter un commentaire