Le doryphore

Le doryphore est un ennemi redoutable pour le jardinier puisqu'il dévore goulument les feuilles de pommes de terres, de tomates et d'aubergines ! Il existe environ 25 000 espèces de doryphores dans le monde.

Le doryphore
Le doryphore

Les doryphores appartiennent à l'ordre des coléoptères. Ces insectes de la famille des chrysomélidés sont très reconnaissables puisqu'ils présentent sur un dos bombé une alternance de 10 rayures jaunes et de 10 rayures noires.

Du fait de ses couleurs, le doryphore connait peu de prédateurs. Les élytres cachent des ailes fonctionnelles permettant au doryphore de voler. Long de 1 à 2 cm, cet insecte porte de courtes antennes en massue. Son thorax et sa tête sont bruns-noirs.

Le doryphore est originaire de l'Amérique du Nord. Longtemps, l'insecte s'est cantonné à dévorer une espèce sauvage de pommes de terres que l'on trouve dans la région montagneuse des Rocheuses. Vers 1850, suivant l'expansion de la culture de la pomme de terre, le doryphore a peu à peu colonisé le continent américain. En 25 ans, le doryphore avait envahi de façon incroyable toutes les régions de l'Est américain. L'invasion était si dense qu'elle inquiéta les autorités Européennes.

A la fin du 19e siècle, l'importation de pommes de terre en provenance d'Amérique fut ainsi suspendue mais l'invasion était en marche. L'Allemagne puis l'Angleterre et bientôt la France furent  colonisés. Des cohortes de doryphores s'installèrent ensuite dans toute l'Europe de l'Est. Cette acclimatation rapide a été favorisée par le fait que ces insectes ne craignent pas le froid. Ils hibernent dans le sol à la mauvaise saison pour mieux ressortir dès les premiers beaux jours.

Larves de doryphore

Leur repas est uniquement composé de feuilles de Solanacées autrement dit les pommes de terre, les tomates, les aubergines. Le danger vient aussi bien de la larve que du sujet adulte. La femelle pond du printemps jusqu'à la fin de l'été sous les feuilles. Une seule et même femelle peut pondre jusqu'à 2500 œufs. L'incubation dure de 4 à 10 jours avant l'éclosion. Les larves dévorent la feuille sur lesquelles elles sont posées puis s'attaquent aux feuilles environnantes. Après trois mues successives  la larve se transforme en nymphe. Cette dernière s'enfouit dans le sol pour se transformer en doryphore adulte en l'espace d'un quinzaine de jours.

Lorsqu'un jardin est infesté de doryphore, les moyens de lutte utilisés doivent à la fois combattre les adultes mais aussi les larves. Les produits insecticides utilisés doivent être régulièrement renouvelés puisqu'en effet les scientifiques soupçonnent que le doryphore soit capable de développer une résistance aux produits chimiques. Si votre potager n'est pas trop infesté, la méthode manuelle consistant à prélever les adultes ainsi que les larves reste la plus efficace et moins dommageable pour l'environnement.

Lire aussi
Le Datura contre le Doryphore Le Datura contre le Doryphore

Faire pousser dans son potager le Datura stramoine comme plante compagne de vos Solanacées, vous réduirez la population du doryphore ! En effet il renferme un produit toxique (un alcaloïde).[...]

Doryphore Doryphore

Dégâts Responsable : L'espèce la plus commune est : Leptinotarsa decemlineata Dégâts : Les larves et les adultes s'attaquent aux parties aériennes des plantes essentiellement de la famille des[...]

Cultiver les pommes de terre selon la lune Cultiver les pommes de terre selon la lune

Plantations, buttage des pieds, récoltes et conservation sont des opérations bien connues des jardiniers amateurs de ce légume racine qu'est la pomme de terre. En travaillant en phase avec la[...]

La paille au jardin La paille au jardin

Matériau facile à se procurer, la paille peut faire des merveilles au jardin. Protectrice, elle constitue aussi une base à certaines cultures. Voyons comment l'utiliser.

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Mohammed Khelifi
    Si c'est moi aussi je voudrais etre plus informer sur le telechargement ratuit de photos, utilisées pour le bien de l'agriculture dans mon pays et autres.
    Répondre à Mohammed Khelifi
    Le 05/12/2011 à 18:15