Les galles végétales, des excroissances aux origines diverses

En forme de pomme, d'artichaut, d'oreille, de baie, d'outre, de bourse ou même de corne, les galles végétales prennent divers aspects toujours très inquiétants pour le jardinier. Les tiges, les bourgeons et les feuilles se couvrent alors de ces excroissances qui soulèvent des questionnements bien légitimes.

Eriophyes tiliae, un acarien responsable de la formation de la galle cornue du tilleul
Eriophyes tiliae, un acarien responsable de la formation de la galle cornue du tilleul

Qu'est-ce qu'une galle ?

Autrement nommée 'Cécidie' la galle est une réaction cellulaire de la plante à une attaque externe. Les protubérances visibles sur les végétaux sont le résultat d'une modification dans le processus de développement du tissu résultant de cette attaque.

Les galles peuvent être d'origines multifactorielles.

Le plus souvent, il s'agit d'une simple réaction face à la piqûre d'un insecte ou d'un acarien piqueur/suceur, dans d'autre cas plus rares, elles révèlent la présence d'un champignon, d'une bactérie ou d'un virus.

Les déformations observées peuvent revêtir de nombreuses formes ; plumeuse chez la galle chevelue ou 'bédégar', en casque, en boule, en baie, formant de petites lentilles ou d'étranges verrues, elle peut aussi prendre la forme d'une petite pomme, d'un artichaut, d'une noix et même d'une arbouse !

Voilà largement de quoi laisser le jardinier perplexe lorsqu'il aperçoit une 'pomme' sur une feuille de chêne, des cornes rouges sur les feuilles de son tilleul ou un pompon coloré et ébouriffé sur son rosier !

Notons que les galles peuvent se former aussi bien sur les tiges, les feuilles, les fruits et les bourgeons que sur les racines, elles sont alors moins visibles. Ces dernières sont généralement provoquées par des nématodes du genre Meloidogyne, autrement nommées 'Nématodes à galles'.

Comment une galle se forme-elle ?

Comment nous l'avons vu, la galle apparaît lors d'une attaque externe, souvent par le biais d'une piqûre. Dans ce cas, les insectes ou les acariens en profitent pour pondre leurs œufs dans le tissu végétal. Le processus chimique enclenché par la plante pour se défendre produit la galle qui servira la plupart du temps d'abri aux larves se développant à l'intérieur. Les-dites larves se nourriront ensuite bien tranquillement de la sève et des tissus végétaux sans pouvoir être atteintes par les prédateurs !

Certains champignons peuvent également être responsables de l’apparition de galles qui sont alors nommées 'Mycocécidies'. Ils pénètrent les tissus lors de blessures. Les exemples les plus connus sont Taphrina populina qui provoque des renflements rougeâtres sur les feuilles de peupliers, mais aussi Exobasidium rhododendri qui se manifeste par des galles arrondies et blanches sur les rhododendrons. L'exemple le plus frappant de gales fongiques se trouve sur le riz sauvage et se cache sous le doux nom d'Ustilago esculenta qui fait gonfler les tiges et offre des galles comestibles consommées en Asie.

Du coté des bactéries, le genre Agrobacterium regorge de petites merveilles s'attaquant aux racines ou aux partie aériennes proches du sol et provoquent, entre autres, la galle du collet chez de nombreux végétaux mais aussi le broussin de la vigne.

Cette bactérie introduit un fragment de son ADN dans le génome des cellules végétales en profitant d'une blessure mécanique ou naturelle (foudre, gel...) ou d'une piqûre. Se développent alors des galles jaune/verdâtre qui se lignifient avec le temps et accroissent leur taille de façon parfois spectaculaire formant une boursouflure circulaire tout autour d'un tronc bloquant ainsi la circulation de la sève.

Les galles sont-elles dangereuses pour les plantes ?

Bien qu'impressionnantes, les galles ne sont en général pas dangereuses pour les plantes atteintes. Lorsqu'elles sont d'origine animale (acariens ou insectes), elles ne mettent jamais la vie des plantes en danger bien qu'elles puissent un peu perturber le phénomène de photosynthèse si elles sont très nombreuses sur la même plante, ce qui est rare.

Dans ce cas, la plante peut être affaiblie un temps, jusqu'à ce que les gallicoles quittent leur hôte, mais à moins d'être extrêmement amoindrie par l'âge, des mauvaises conditions de culture ou une maladie, les galles ne soutirent pas assez d’énergie à la plante pour l'anéantir. C'est une forme d'iquilinisme : la galle est bénéfique pour l'organisme qui s'y développe mais demeure neutre pour la plante hôte.

Les années sont très variables et le fait d'avoir un arbre atteint un jour ne signifie pas que l'année suivante il le sera, donc pas de panique ! Inutile de traiter une fois la chose apparente car les produits phytosanitaire atteindront rarement les organismes cachés dans les galles mais tueront les animaux bénéfiques.

Le meilleur des traitements dans le cas de galles foliaires consisterait à ôter les feuilles atteintes, si elles ne sont pas trop nombreuses, car une défoliation massive serait bien plus dommageable que la présence disparate de quelques galles.

Dans le cas de galles provoquées par des champignons des traitements préventifs à la bouillie bordelaise peuvent aider.

Concernant les bactéries, le respect de conditions de culture optimales mais aussi de règles d'hygiène strictes lors des gestes de taille par exemple peuvent largement limiter les dégâts.

Lire aussi
Les protéines végétales Les protéines végétales

Éléments clés dans l'alimentation, les protéines végétales, si elles sont bien gérées, permettent de remplacer les protéines animales dans le cadre d'un régime végétarien. Où les trouve-t-on,...

Principes de la protection des obtentions végétales en Europe Principes de la protection des obtentions végétales en Europe

Créateurs, obtenteurs, mais aussi jardiniers particuliers peuvent protéger leurs créations végétales d'un droit de propriété. Quels en sont les principes majeurs et les intérêts ? Focus sur la...

Réaliser des bordures végétales Réaliser des bordures végétales

Séparation naturelle entre les allées et les massifs, délimitation d'une zone particulière du jardin d'ornement ou du potager : les bordures végétales ont de multiples intérêts.

Les orchidées, des origines à leurs cultures Les orchidées, des origines à leurs cultures

Dossier consacré aux orchidées de leurs origines à leurs cultures qui ont toujours fascinées par leurs fleurs étranges

Vos commentairesAjouter un commentaire