Histoires de plantes, magnolia, olivier, lilas et aubépine

L'aubépine dont un de ses rameaux auraient servis à tresser la couronne du Christ
L'aubépine dont un de ses rameaux auraient servis à tresser la couronne du Christ

Les plantes ont toutes leur petite histoire. Certaines furent importées puis acclimatées pour notre plus grand bonheur, d'autres ont une réputation sulfureuse... Explorons ensemble leurs secrets.

Le Magnolia

Venu du nouveau monde, celui que l'on appelait en 1711 "Laurier tulipier", ne laisse personne indifférent. Ses feuilles brillantes et sa floraison spectaculaire délicatement parfumée mettront près de 20 ans à conquérir l'Europe mais ce n'est qu'en 1764 que François Bonamy, botaniste et médecin nantais, l’identifia sous le nom de Magnolia grandiflora. Multiplié par marcottage, il donnera une belle descendance. D'autres Magnolias à feuillages caduques venus d'Asie vinrent bientôt compléter la collection. Plus petits, bien adaptés à notre climat, ils font de nos jours le bonheur de nombreux jardiniers.

L'Olivier

Ce sont les Phocéens qui importèrent l'olivier. Dans l'Antiquité, cet arbre était dédié à Athéna et serait né du sol au pied de sa lance. Déjà les romaines aimaient s'enduire le corps d'huile d'olive pour conserver une peau satinée et jeune. Dans la Bible, Noé envoya une colombe en éclaireur pour constater la fin du Déluge ; elle revînt avec un rameaux d'olivier dans son bec. Depuis lors, l'olivier est un puissant symbole de victoire, de paix, de résurrection mais aussi de force et d'harmonie.

Le Lilas

Cultivé en Chine depuis plus de 1000 ans, le Lilas est originaire d'Asie. En persan 'Lîlak' ou 'Nîlak' signifie 'bleu' ou 'mauve ', voilà donc d'où cet arbuste tire son nom vernaculaire. Au XVI e siècle l'ambassadeur d'Autriche le repère dans les jardins du Sultan Soliman et en rapporte plusieurs plants. C'est Victor Lemoine et son fils puis son petit-fils, qui créeront au XIX e siècle des dizaines d'hybrides de lilas. A noter que le nom botanique du lilas est Syringa (Linné, célèbre botaniste suédois). Il ne faut donc pas le confondre avec le seringat, dont le nom botanique est Philadelphus arbuste à la floraison très parfumée et blanche.

L'Aubépine

Ses origines sont controversées pourtant l'on affirme que ses rameaux auraient servis à tresser la couronne du Christ. En Normandie une légende raconte que la foudre ne tombe jamais sur l'aubépine puisqu'elle est l’œuvre du Diable en personne. On garnit donc encore certaines demeures d'aubépine pour s'en protéger.

Son action protectrice était aussi appliquée au temps des Croisades : les chevaliers offraient un ruban fixé sur un rameau d'aubépine à leurs belles symbolisant leur retour assuré au pays. Au XIX e siècle, les billots de supplices étaient taillés en aubépine. De nos jours la plante coule des jours heureux dans nos campagnes !

Lire aussi
Histoires de plantes; bruyère, joubarbe, camélia et absinthe Histoires de plantes; bruyère, joubarbe, camélia et absinthe

Les plantes ont toutes leur petite histoire. Certaines furent importées puis acclimatées pour notre plus grand bonheur, d'autres ont une réputation sulfureuse... Explorons ensemble leurs secrets....

Les plantes hybrides Les plantes hybrides

De plus en plus présentes dans les rayons des jardineries, les semences et les plantes hybrides ont tendance à supplanter les espèces traditionnelles. De quoi s'agit-il réellement ? Quel est...

Les plantes bisannuelles Les plantes bisannuelles

Très utiles pour leur floraison précoce en fin d'hiver et au tout début de printemps, les plantes bisannuelles sont très souvent associées aux plantes à bulbes. Elles sont caractérisées par un port...

Les plantes annuelles Les plantes annuelles

Elles font leur apparition au printemps sur les étals des jardineries sous le nom de plantes annuelles à floraison estivales. Mais que signifie vraiment ce terme ? Quelles espèces se cachent sous...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Nadette (Hainaut)
    A savoir, l'aubépine (aube = blanc) possède, comme son nom l'indique, des fleurs blanches à l'opposé de l'épine rouge qui...en possède des rouges. On dit donc : aubépine et épine rouge selon la couleur de la fleur.
    Répondre à Nadette
    Le 03/02/2018 à 15:49