Les libellules et les demoiselles

Libellule déprimée ♀, Libellula depressa
Libellule déprimée ♀, Libellula depressa

Insectes volants gracieux, les libellules et les demoiselles peuvent être croisées non loin des points d'eau. Aquatiques lors de leur vie larvaires, elles deviennent aériennes une fois adultes. Partons à la découverte de ce monde plus complexe qu'il n'y paraît !

Libellule déprimée ? (Libellula depressa) Libellule déprimée ♀, Libellula depressa Aeschne bleue ♀, Aeshna cyanea Nymphe au corps de feu (Phyrrhosoma nymphula) Sympétrum à nervures rouges, Sympetrum fonscolombii

L'ordre des Odonates

Le terme de 'libellule' est en général employé au sens large pour désigner les insectes de l'ordre des odonates, qui regroupe 5 900 espèces dans les deux sous-ordres des Zygoptères (Zygoptera) dont font partie les demoiselles et des Anisoptères (Anisoptera) qui hébergent les libellules.

Les membres de cet ordre sont donc des insectes présentant quatre ailes membraneuses, de même longueur, translucides, colorées ou tachetées selon les espèces. Elles entourent un corps segmenté. La tête porte de très courtes antennes, des yeux à facettes ou simples, et des mandibules broyeuses et puissantes adaptées à leur régime carnivore. Notons que les larves, grâce à un labium pouvant se déployer pour attraper des invertébrés aquatiques, sont aussi de redoutables carnassières.

Le thorax segmenté en trois parties, dont deux ont fusionné, porte les pattes, au nombre de six comme chez tous les insectes. L'abdomen est formé par 10 segments, il peut être plus ou moins fin, arrondi ou aplati selon les espèces.

Les insectes de l'ordre des odonates sont diurnes et apprécient la chaleur du soleil, ils ne sortent pas par temps pluvieux et ne sont observables que durant la belle saison en journée.

Cet ordre n'est pas forcément inféodé au milieu aquatique bien qu'il soit nécessaire aux larves (naïades) et donc à la période de reproduction ainsi qu'à la première partie de leur vie.

Il est tout à fait possible de croiser des odonates loin des points d'eau, certaines espèces pouvant voler très longtemps et très loin.

La reproduction a toujours lieu près d'un plan d’eau après une parade du mâle. Ce dernier attrape la femelle par le cou avant l'accouplement. Chez certaines espèces, le mâle et la femelle restent accrochés par l'extrémité de leur abdomen respectif, l'un comprenant les cerques (mâle) et l'autre les plaques mesostigmatiques (femelle) et ce, jusqu'au moment de la ponte. Ainsi la femelle ne sera fécondée par nul autre mâle.

La ponte se fait ensuite dans l'eau ou dans les végétaux aquatiques. Les larves présentent des branchies leur permettant de respirer, 9 à 16 mues sont nécessaires à les transformer en imagos. La période larvaire varie fortement selon les espèces (de deux mois à trois, voire cinq ans), une fois adultes ces insectes vivent jusqu'à 7 mois.

Les deux sous-ordres

L’ordre des odonates est composé de deux sous-ordres comme nous l'avons vu plus haut :

  • Zygoptera, fier de ses 2 900 espèces dont les demoiselles (terme générique comprenant les caloptérix, les agrions et les ischnures), regroupe des insectes volants à l'abdomen fin, quasiment cylindrique et au corps grêle.

    Les ailes antérieures et postérieures ont une forme absolument identique et souvent pédonculées à leur base.

    La larve aussi est très élancée et se termine par trois branchies à l'extrémité de l'abdomen nommées lamelles caudales. Son développement aquatique peut prendre de deux mois à cinq ans selon les conditions climatiques et les espèces. Ce groupe comprend des insectes dits 'percheurs' c'est à dire qu'ils se tiennent sur un support végétal, ailes repliées avant de s'envoler.

  • Anisoptera comprend près de 3 000 espèces d'insectes volants dont les libellules font partie. Leur cycle de vie débute dans l'eau sous la forme de naïades, nom poétique donné aux larves. Plutôt trapues, celles-ci ne présentent pas de lamelles caudales mais une extrémité d'abdomen de forme pyramidale. La durée de développement là aussi varie énormément d'une espèce à l'autre (de 2 mois à 5 ans).

    L'adulte présente un corps allongé et un abdomen trapu, parfois presque cylindrique parfois aplati. Les ailes ne sont pas de taille égale, la partie basale de l'aile postérieure étant bien plus grande que celle de l'aile antérieure. Leur vol est vif et efficace et peut atteindre près de 35km/h, certaines espèces ne se posent d'ailleurs que très rarement.

    La tête très mobile est hémisphérique et les yeux immenses y tiennent une grande place. Ils sont globuleux, imposants et se rejoignent toujours en un point excepté chez les Gomphiadés, une famille bien particulière de libellules.

Comment différencier à coup-sûr une demoiselle d'une libellule ?

Les demoiselles sont plus graciles et frêles que les libellules, plus fines et plus petites aussi (60 mm d'envergure grand maximum). Elles présentent des ailes de formes identiques qu'elles peuvent replier au repos mais qui ne sont pas très efficientes, donnant un vol de faible ampleur et un peu haché. Leur tête de forme triangulaire ou transversale porte des yeux bien séparés et latéraux.

Chez les libellules, les ailes restent en position horizontale même au repos. Elles sont très efficaces et prodiguent un vol assuré, rapide, très aisé et de longue durée qui leur permet même de migrer pour certaines espèces.

Les libellules sont plus grosses et massives que les demoiselles, leur envergure peut atteindre 110 mm. Le corps est moins effilé et la tête présente des yeux accolés de grosses dimensions. Impossible, lorsque l'on connaît les signes distinctifs de les confondre !

Lien utile

Vous pouvez nous soumettre vos plus belles photos de libellules absentes de cette galerie (votre nom et prénom seront associés à la photo).

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire