Multiplier les eucomis par bouturage

Bouturage d'une feuille d'Eucomis
Bouturage d'une feuille d'Eucomis

Les eucomis sont des plantes dont les bulbes sont souvent assez chers, mais qu’est-ce qu’ils sont beaux lorsqu’ils sont plantés en groupe ! Une manière efficace, facile, mais peu connue de multiplier les eucomis est de faire du bouturage de feuille.

Un peu comme avec les écailles de lis (mais en plus facile et plus rapide) les feuilles des Eucomis sont capables de produire des bourgeons néoformés à partir de leurs feuilles, ils se transforment en petits bulbes durant l’hiver et en jeunes plantes dès le début du printemps. C’est une reproduction végétative, qui produit des plantes parfaitement identiques à la plante mère. Bouturer les eucomis par tronçons de feuilles est une manière d’agrandir sa collection à moindre prix. De plus, de petites plantes sont bien plus faciles à acclimater dans le jardin, et même si elles mettront environ 3 ans à fleurir une première fois, cela permet de profiter de petits plants peu onéreux pour tenter la culture d’eucomis en pleine terre toute l’année.

Quand faire les boutures de feuilles ?

Le bouturage de feuilles se fait préférentiellement en septembre : les Eucomis comosa, Eucomis montana, Eucomis bicolor ou autres espèces estivales - un peu plus tard pour l’espèce Eucomis automnalis - terminent leur cycle de végétation ; ils se mettront bientôt au repos. Les plus petites feuilles, les premières du printemps, commencent à s’affiner ou à jaunir. Il est temps alors de prélever quelques grandes feuilles en les coupant à la base. Ce sont de gros bulbes matures produisant de fortes feuilles, bien épaisses, presque succulentes, parfaites pour faire le bouturage. C’est donc le moment idéal pour en prélever quelques-unes sans affaiblir la plante.

Bien sûr, en cours d’été, c’est possible aussi de prélever de belles feuilles turgescentes, mais personne n’a envie de défigurer sa plante lorsqu’elle est au meilleur d’elle-même.

Comment faire les boutures ?

De belles grosses feuilles, bien épaisses et bien gonflées sont donc prélevées, en coupant au plus près de leur base. Si la saison est sèche, et que les feuilles de l’eucomis sont un peu molles, il faut alors copieusement arroser et les prélever le lendemain au matin, lorsqu’elles sont bien raffermies.

Puis ces longues feuilles sont tronçonnées en morceaux de 5 cm, à l’aide d’un couteau propre et très aiguisé.

Les tronçons sont posés à plat, bien rangés tous parallèlement sur une feuille de papier de manière à conserver l’orientation entre le bas de la feuille et le haut de la feuille. Les pointes de feuilles si elles sont trop fines seront jetées. Le but est de savoir encore où sont le bas et le haut du tronçon.

Les plaies des tronçons sont éventuellement laissées à sécher quelques heures à l’air, comme on le ferait pour une bouture de plante succulente.

Puis ils sont enterrés de 1/3, bas de la feuille en terre (non tassée) et le haut dépassant. On peut utiliser comme substrat un simple terreau de bonne qualité ou un mélange terre de jardin et terreau. Préférez la terre de jardin pure si vous avez pour but d’acclimater l’eucomis en pleine terre toute l’année. Ces tronçons peuvent être serrés à plusieurs dans un même pot. Le tout est légèrement humidifié, puis placé à l’étouffée dans un sac plastique (type congélation) fermé hermétiquement. Les boutures sont maintenues à température ambiante, à l’intérieur de la maison derrière une fenêtre, mais sans trop de soleil direct.

Si en pendant l’opération, vous avez perdu l’orientation de votre tronçon de feuille, il faut alors le poser à plat sur de la terre bien humide (çà prend plus de place), puis l’enterrer dès qu’on voit de quel côté çà bourgeonne, bourgeons vers le bas.

À savoir : des tronçons de hampe florale sont susceptibles de se bouturer également.

L’évolution durant l’hiver

Placés en intérieur devant une fenêtre entre 12 et 20° (environ), et en atmosphère humide, la base des feuilles va bourgeonner durant l’hiver, produire quelques bulbilles, plus ou moins grosses, puis des racines. On peut légèrement soulever la terre de surface pour observer l’évolution…

Quand les bulbilles sont déjà belles de l’ordre de 3 à 5 mm, le plastique peut être ôté, et le pot de boutures peut sécher alors un peu entre chaque arrosage.

La lumière augmentant avec le printemps, bientôt les jeunes eucomis derrière leur fenêtre ensoleillée vont faire émerger quelques feuilles. Il est temps de rempoter individuellement t en séparant les bulbilles des restes de feuilles et en essayant de ne pas abimer trop les racines.

Des boutures assez faciles pour être faites dans les classes d’école

À part quelques tronçons qui pourrissent dans le lot (on enlève le segment pourrissant dès qu’on le repère), le bouturage d’eucomis est inratable. À développer à partir de septembre-octobre jusqu’au printemps, il est parfaitement adapté au rythme scolaire et peut servir d’expérience de reproduction végétale dans les écoles, chaque élève récoltant une ou plusieurs belles plantules. Pour que ce soit encore plus visuel, on peut mettre certains les tronçons posés sur papier ménager humidifié et enfermés dans un sac congélation : cela permet d’observer le bourgeonnement des bulbilles, puis de rempoter quand les racines sont présentes.

Tenter l’acclimatation d’eucomis en pleine terre

Les plus belles bulbilles peuvent faire près d’un centimètre de diamètre et produisent de longues racines qui foncent en profondeur. Ces jeunes racines épaisses montrent pourquoi nos gros bulbes d’eucomis ont du mal à survivre en pleine terre pendant l’hiver dans notre pays malgré des températures de rusticité très basse. En effet, bien que vendu sous forme de bulbe au sec, sans racines ou presque, l’eucomis en pleine terre ne perd pas toutes ses racines pendant sa période de repos en hiver.   Dans son milieu naturel, il produit de fortes racines profondes et des relations privilégiées avec le sol environnant. Mais quand on le plante à partir de bulbe nu, le chevelu racinaire est bien plus long à se refaire par rapport à la taille du bulbe : son large plateau (le fond du bulbe) peut montrer des zones qui restent sans racines, plus fragiles à la pourriture.. C’est la raison pour laquelle beaucoup de bulbes laissés en pleine terre pourrissent avec l’hiver.

Ces petits bulbes issus de boutures et bien racinés, plantés en profondeur au printemps après les dernières gelées, s’acclimateront bien plus facilement dans votre jardin. En effet, ils ne connaitront pas le stress du dépaysement ni celui de perdre leurs grosses racines. De plus, les jeunes plantes sont mieux adaptables à leur environnement. Et enfin, ça ne coute pas cher de tenter l’expérience, plusieurs années d’affilée s’il le faut, à partir de votre gros bulbe d’origine.

Bien sûr l’acclimatation de jeunes bulbes racinés d’eucomis peut se faire également à partir de semis, car le semis d’eucomis est aussi assez facile bien que moins ludique.

Lire aussi
Le bouturage du lis Le bouturage du lis

Les fleurs de lys font partie des splendeurs de la nature. Blanc pur, moucheté de rose ou carrément rouge franc, le lys ne laisse personne indifférent ! Bien qu'assez originale, sa multiplication...

Le bouturage Le bouturage

Le bouturage consiste à multiplier vos plantes en replantant dans certaines conditions un fragment de celles-ci. Le fragment a prélever varie en fonction des espèces, de même pour la période de...

Le bouturage des orchidées à pseudo-bulbes Le bouturage des orchidées à pseudo-bulbes

Certaines espèces d'orchidées possèdent un article renflé à la base de leurs tiges, nommé « pseudo-bulbe ». Servant de réserve en eau et en nutriments, ce segment de tige pourra être utilisé pour...

Le bouturage dans l'eau Le bouturage dans l'eau

Quoi de plus satisfaisant que de bouterer et de réussir à multiplier ses propres plantes pour soi ou pour offrir. Le bouturage dans l'eau se pratique pour certaines plantes communes et est très...

Vos commentairesAjouter un commentaire