La myrtille, un fruit sauvage apprivoisé

Vaccinium corymbosum 'Northland'
Vaccinium corymbosum 'Northland'

Arbuste habitué des landes montagneuse, le myrtillier commun a donné naissance, après hybridation américaine, au myrtillier à gros fruits (Vaccinium corymbosum), facile à cultiver dans nos jardins. A condition, cependant, d’avoir une terre acide (pH entre 3,5 et 5), plutôt sableuse et humifère.

Ce gros buisson, de la famille des bruyères, porte un feuillage vert vif qui vire au pourpre et or en automne. En mai, une fois les dernières gelées passées, il offre une floraison originale, formée de grosses clochettes d’un blanc cireux, réunies en grappes au-dessus du feuillage. Ces fleurs laissent ensuite la place à une multitude de petites baies sphériques, d’un bleu profond, avec un épiderme légèrement pruineux.

D’un volume nettement plus gros que celui des baies du myrtillier sauvage (dont la récolte est interdite ou strictement réglementée en fonction des régions), les myrtilles ont une saveur parfumée sans égale. on en fait de délicieuses confitures, des tartes mémorables, des jus, des liqueurs, des sorbets ou des fruits séchés.

Les bienfaits de la myrtille sont nombreux, car elle contient des polyphénols, des molécules d’un grand intérêt nutritionnel, aux propriétés antioxydantes. On sait même que ses vertus agissent sur la vue. Ainsi, il était conseillé aux pilotes d’avions, durant la seconde guerre mondiale, de manger des myrtilles avant de prendre leur envol, afin d’améliorer leur vision nocturne !

Très rustique, car il supporte des températures allant jusqu’à -25 °C, le myrtillier doit être planté en automne, à exposition ensoleillée, sud-ouest. Au printemps et en été, maintenez le sol toujours légèrement humide par des arrosages réguliers avec une eau non calcaire. Au besoin, un paillage permet de maintenir cette fraîcheur qui lui est nécessaire. Quelques granulés d’engrais pour arbres fruitiers épandus au printemps et enfouis par un coup de griffe lui permettront de garder toute sa vigueur. La récolte se fait entre juin et septembre, à la main, grain par grain, pour ne ramasser que les fruits mûres, ce qui ne permet pas le passage d’une sorte de peigne utilisé en grande culture.

Bon à savoir

Les myrtilles apparaissent sur les rameaux âgés de deux ans. Il faut donc tailler l’arbuste chaque année, en février, en supprimant les branches âgées de 4 ans et plus, de façon à favoriser la venue de nouveaux rameaux. Ne coupez pas l’extrémité des tiges conservées, car c’est là que viennent les fruits.

Lire aussi
La grenade, un fruit aux nombreuses propriétés La grenade, un fruit aux nombreuses propriétés

Cultivé depuis près de 5000 ans dans le Moyen orient, ce fruit rempli de graines acidulées n'a pas fini de nous étonner ! Désaltérant et délicieux, de récentes études tendent à démontrer ses...

Myrtillier commun, Myrtille sauvage, Vaccinium myrtillus Myrtillier commun, Myrtille sauvage, Vaccinium myrtillus

Vaccinium myrtillus est le nom scientifique de la myrtille sauvage, ou myrtillier commun. Il pousse naturellement en Europe, dans la plupart des massifs montagneux, sous la forme d'un petit arbuste...

La rocaille, une évocation sauvage La rocaille, une évocation sauvage

Le jardin de rocaille est une évocation reconstituée de la nature sauvage comme on la trouve en montagne dans les pentes caillouteuses, où les plantes colonisent le moindre interstice entre les...

La flore sauvage des rues La flore sauvage des rues

Faisant fi du béton, les plantes sauvages profitent de la moindre brèche dans le paysage urbain pour se faufiler et redonner vie à la grisaille environnante. Qui sont ces plantes ? Pourquoi le...

Vos commentairesAjouter un commentaire