Myrtillier commun, Myrtille sauvage

Myrtille sauvage (Vaccinium myrtillus) sur le Plateau des Glières, Haute-Savoie, France
Myrtille sauvage (Vaccinium myrtillus) sur le Plateau des Glières, Haute-Savoie, France

Botanique

Nom latin  : Vaccinium myrtillus
Famille  : Ericacées
Origine  : Europe, Asie du nord
Période de floraison : mai
Couleur des fleurs  : rose
Type de plante : arbuste fruitier rampant
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 30 cm
Toxicité : Baies noires comestibles

Planter et cultiver

Rusticité  : rustique
Exposition  : mi-ombre, ombre
Type de sol : léger, bien drainé, terre de bruyère
Acidité du sol  : acide
Humidité du sol  : frais
Utilisation : jardin fruitier, massif de plantes de terre de bruyère, bac
Plantation, rempotage : automne
Méthode de multiplication : semis au chaud, bouturage à la fin du printemps
Taille : Éliminez le bois mort en hiver et dégagez bien le centre de la plante en coupant les brindilles inutiles.
Maladies et ravageurs : la pourriture du collet

Vaccinium myrtillus est le nom scientifique de la myrtille sauvage, ou myrtillier commun. Il pousse naturellement en Europe, dans la plupart des massifs montagneux, sous la forme d'un petit arbuste rampant, ne dépassant guère 30 à 60 cm de haut. Les rameaux dressés sont verts et ligneux. De petites feuilles caduques, vert pâle et ovales, finement dentelées les recouvrent, du printemps à l'automne. À partir du mois de mai, les fleurs font leur apparition : ce sont de petits grelots pendants, blanc-verdâtre et rosés, qui laissent rapidement la place aux fameuses baies, qui mûrissent et acquièrent leur jolie robe noir bleuté et pruineuse au cours de l'été.

Et quand vient l’arrière-saison, les feuilles se teintent, alors, de rouge avant de disparaître pour l'hiver.

Des myrtilles sauvages dans le potager ?

Le myrtillier sauvage est un pourvoyeur de petits fruits très peu cultivé. Les plus chanceux ont l'habitude de cueillir les fruits frais sur l'arbre, lorsqu'ils sont bien mûrs, tandis que les autres profitent de leur saveur douce et sucrée en se les procurant sur les marchés ou en grande surface ! Pourtant, il est possible de cultiver la myrtille à la maison... pour le geste ! En effet, non seulement la culture est délicate, mais le rendement en myrtilles ne vous permettra pas de réaliser des confitures ou des tartes (à moins d'en cultiver un champ !).

L'avantage : le myrtillier sauvage est en place pour une cinquantaine d'années ! Ainsi vous profiterez de des bienfaits de ses myrtilles longtemps.

Culture délicate sous contrôle

Le myrtillier a besoin d'un sol frais, riche en humus, léger et acide (pH entre 4 et 5) ; une terre de bruyère convient. À bannir tout terrain calcaire. Une exposition mi-ombragée semble être idéale (c'est avant tout une plante de sous-bois).

Pour maintenir la terre humide, les arrosages doivent être réguliers (le goute à goute est indiqué) et le paillage des pieds (avec, par exemple, des écorces de pins) est fortement conseillé.

Faut-il tailler les myrtilliers ?

Vaccinium myrtillus ne demande pas à être taillé : les myrtilles apparaissant sur les rameaux anciens. Par contre, au fil des années, certains ne produiront plus : supprimez-les.

Les myrtilles cultivées

L'appellation de myrtille est souvent utilisée, à tort, pour décrire la myrtille d'Amérique, appelée, également, bleuet ou "myrtille cultivée". Elle provient d'Amérique du nord et dépasse les 1,50 m ! Les fruits sont plus gros et plus nombreux... mais moins riches en vitamines et en anthocyanes !

Espèces et variétés de Vaccinium

Le genre comprend plus 450 espèces dont certaines poussent sauvagement en France, en altitude

  • Vaccinium corymbosum la myrtille d'Amérique
  • Vaccinium macrocarpon la canneberge au feuillage persistant et ne dépassant pas 20 cm
  • Vaccinium vitis-idaeva l'Airelle aux petites baies rouges qui est rampant
Nos fiches
Lire aussi
La myrtille, un fruit sauvage apprivoisé La myrtille, un fruit sauvage apprivoisé

Arbuste habitué des landes montagneuse, le myrtillier commun a donné naissance, après hybridation américaine, au myrtillier à gros fruits (Vaccinium corymbosum), facile à cultiver dans nos jardins....

Le lombric, ver de terre commun Le lombric, ver de terre commun

Le ver de terre commun ou lombric commun (embranchement des annélides, famille des Lumbricidés) est un grand travailleur, il joue un rôle fondamental dans la biologie de notre sol. Un grand...

Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin Le crapaud commun, un batracien utile pour votre jardin

Le printemps approche, lentement mais sûrement, et, pour certains, il est pour demain, après-demain; seules la température, l'humidité et la luminosité déclencheront le réveil après 3 à 4 mois de...

La rocaille, une évocation sauvage La rocaille, une évocation sauvage

Le jardin de rocaille est une évocation reconstituée de la nature sauvage comme on la trouve en montagne dans les pentes caillouteuses, où les plantes colonisent le moindre interstice entre les...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • NANOU (CENTRE)
    Y a-t-il dans la nature des baies qui ressemblent aux myrtilles et qui sont toxiques ? Je n'ose jamais cueillir des baies lorsque je ne suis pas sûre, et je trouve que les descriptions sur internet ne sont pas assez explicites à ce sujet, il faudrait par exemple une meilleure description des feuilles. Ici dans le midi j'ai trouvé un myrtillier en plus avec que des branches nues noires et des épines ! Et pas les feuilles vernissées que j'aperçois sur vos photos, merci de vos réponses.
    Répondre à NANOU
    Le 03/08/2017 à 22:07
  • Mounia Chaoui
    Ajouter un commentaire...
    Répondre à Mounia Chaoui
    Le 26/04/2012 à 12:56