A LA UNE »
Poulet basquaise

Pelouse et environnement

La pelouse, parfois mal vue dans les milieux écologistes, est accusée de mille maux mais elle comporte pourtant bien des atouts environnementaux.

Pelouse bordé par un massif
Pelouse bordé par un massif

La pelouse en chiffre

Le gazon fait partie des valeurs sûres et traditionnelles aussi bien chez les particuliers que dans les espaces publics. Ce beau tapis verdoyant recouvre ainsi plus d'un million-cent-seize-mille hectares dans notre beau pays. Ce chiffre tient compte des parcs et jardins publics mais aussi des jardins particuliers qui comptent à eux seuls 650 000 hectares de pelouse ; autant dire que l'engouement est grand et que cet aménagement ornemental a encore de beaux jour devant lui.

Pelouse : pour ou contre ?

On entend souvent que la pelouse est un gouffre financier, qu'il faut l'arroser sans cesse, épandre des engrais et des produits de traitement constamment et utiliser des engins motorisés pour la tondre régulièrement. Certes, une pelouse dans le Sud du pays devra être arrosée avec rigueur pour être bien verte, cependant il existe des variétés de graminées adaptées à la sécheresse qui seront alors préférées. De même, les nouvelles sélections de graminées plus résistantes aux maladies et naturellement plus denses permettent d'éviter l'usage de produits chimique dangereux pour l'environnement. Tout est donc une question d'adaptation...

La pelouse a pourtant de multiples effets sur l'environnement. Étant composée d'une multitude de graminées elle offre une grande surface foliaire qui capte le gaz carbonique et libère de l'oxygène, et ce, tout au long de l'année car contrairement aux espèces caduques d'arbres elle ne perd pas ses feuilles. L'indice foliaire d'une pelouse est de 2, c'est à dire que pour 1 m² de gazon c'est une surface de 2 m² de feuilles qui seront présentes ce qui représente tout de même une belle performance surtout lorsque l'on sait qu'un gazon bien entretenu peut capter et donc transformer plus de 10 tonnes de CO2 par an.

Autre atout non négligeable d'une pelouse, sa capacité de régulation thermique. En effet, la chaleur est limitée autour de sa zone grâce à l'évapotranspiration ce qui permet de réguler la température naturellement. En ville, là où le goudron sévit, les températures peuvent dépasser allègrement de 6°C celles constatées dans les zones où la nature est présente. Ainsi, les températures relevées au dessus d'une pelouse en été sont souvent inférieures de 5 à 10 °C de celles relevées sur une surface asphaltée.

Les surfaces engazonnées, grâce à la structure des racines des graminées augmentent l'infiltration de l'eau dans le sol. L'activité de la faune cachée dans la terre augmente sa porosité, les nappes phréatiques sont donc plus rapidement rechargées après biodégradation de certains contaminants. En effet, les racines jouent un rôle important de filtre. Autre impact important, celui de limiter les souci liés aux précipitations exceptionnelles et de diminuer l'installation de structures très coûteuses ; Sans oublier qu'une surface couverte de pelouse capture les particules de poussière et assainit ainsi l'air, surtout en zone urbaine où celles-ci sont chargées d'agents polluants dangereux pour le système respiratoire.

Lire aussi
Régénérer la pelouse Régénérer la pelouse

Exposée à des conditions climatiques parfois difficile, la pelouse peut avoir besoin d'un petit relooking en fin d'été. Quelques gestes simples vous assureront un tapis verdoyant et une pelouse...

Les engrais et l'environnement Les engrais et l'environnement

Les problèmes dus à l'emploi d'engrais ne sont évoqués que quand on parle d'engrais produits industriellement. Pour comprendre d'où peut venir cette apparente opposition entre l'environnement et...

Supprimer la mousse de la pelouse Supprimer la mousse de la pelouse

Pour faire disparaître la mousse verte dans la pelouse, il suffit de la saupoudrer de cendre de bois.

Une belle pelouse Une belle pelouse

Quelques conseils pour réussir une belle pelouse.

Vos commentairesAjouter un commentaire