Pour une pelouse plus écologique

Beaucoup d'efforts pour une pelouse qui est peu accueillante pour la biodiversité
Beaucoup d'efforts pour une pelouse qui est peu accueillante pour la biodiversité

Arrosage à profusion, engrais chimiques, anti-mousses, herbicides... Une pelouse classique demande des gestes d'entretien aussi polluants que contraignants sans compter l'usage de la tondeuse au bruit dérangeant et aux odeurs d'échappement. À l'heure d'une gestion plus durable de l'environnement, la pelouse de grand-papa à tendance à dissoner. Et si nous changions nos habitudes pour une pelouse plus écologique ?

Problèmes posés par un gazon classique

  • L'implantation d'un gazon classique par un jardinier amateur est rarement faite avec un choix de graminées correspondant exactement au terroir du jardin. Il est rare que celui-ci prenne en compte l'exposition du terrain, la nature du sol (structure, pH...), et les conditions climatiques de la région. De nombreux échecs découlent de cette non connaissance, ce qui implique un surdosage en engrais, herbicides et autres produits chimiques.

  • Une pelouse classique demande des arrosages très fréquents surtout si elle a été implantée dans le Sud. À moins d'utiliser de l'eau de pluie récupérée dans des cuves, ce gazon coûte cher sur la facture d'eau et pompe la ressource qui n'est pas inépuisable.

  • Les gestes de tontes, très fréquents sont polluants (emploi d’énergies fossiles, émissions de gaz, bruit...) à moins d'utiliser une tondeuse manuelle ou un mouton, ce que peu de jardiniers pratiquent.

  • L'entretien d'un gazon classique demande beaucoup de temps, pourtant il y a beaucoup plus amusant que de passer ses week-end à tondre ou scarifier sa pelouse !

  • L'emploi fréquent d'une tondeuse thermique peut occasionner des soucis avec le voisinage, surtout si elle est utilisée aux heures de repos et hors plages horaires autorisées, car oui, l'usage de la tondeuse est réglementée !

  • En plein été, lorsque l'eau devient rare et que des restrictions sont mise en place, une pelouse classique va forcément griller, devenant couleur chaume. Le jardinier, découragé voit alors tous ses efforts réduits à néant.

  • La pelouse constitue un souci pour la biodiversité : une seule espèce de graminée (voire un mélange de deux ou trois) qui ne fleurira jamais pour cause de tonte, et rien d'autre sur plusieurs mètres carrés, c'est un désert vert ! Plus d'abeilles, plus de papillons, de rares insectes, un sol malmené et couvert d'intrants... Rien de bien intéressant.

Si l'on y réfléchit vraiment, une pelouse constitue une entrave de taille à la liberté : contraintes de toutes part, travaux constants, obligation de respecter des règles (horaires de tonte, restriction d'eau...), elle n'entre plus vraiment dans le cadre de vie actuel. Chronophage, contraignante, elle constitue aussi un souci pour l'environnement, alors pourquoi ne pas apprendre à s'en passer avec des alternatives plus accessibles et écologiques !

De bonnes raisons pour opter pour une pelouse plus écologique 

Bien qu'une pelouse alternative ne ressemblera jamais à un vrai green anglais, vous pourrez tout de même obtenir un tapis vert ou fleuri qui aura l'avantage de pousser avec un minimum d'entretien et qui aura un impact positif sur l’environnement.

  • Une pelouse écologique va tenir compte de la nature du sol et des conditions spécifiques à chaque jardin selon la région, l'exposition et le climat de celui-ci. Le choix de plantes adaptées au terroir (qui ne seront pas forcément des graminées), va permettre une économie d'eau, voire de se passer d'eau dans certains cas ainsi que de tous les produits phytosanitaires de traitement ! Plus de souci lors des restrictions d'eau et, si le choix est bon, vous ne verrez pas votre pelouse virer au jaune paille en été !

  • Si vous optez pour une prairie fleurie, plus besoin de tondre, voilà du temps dégagé pour d'autres activités !

  • Un mélange de plantes fleuries ou une pelouse constituée de plantes comme Thymus hirsutus ou Zoysia tenuifolia, va attirer les insectes pollinisateurs, acteurs majeurs de la biodiversité et de la chaîne alimentaire. Avec eux, de nombreux oiseaux et autres petits animaux se nourrissant de larves et d'insectes reviendront fréquenter votre jardin, sans oublier que vos plantes d'ornement et potagères seront mieux pollinisées et donc plus productives.

  • Fini aussi les problèmes avec les voisins, puisque ce genre de pelouse ne demande qu'un entretien très restreint et des tontes très rares voire pas de tonte du tout !

  • Si vous aimez les animaux, vous pourrez faire appel à un mouton ou à un cheval, prêté par un voisin ou un agriculteur. L'animal fertilisera le terrain, tout en tondant votre pelouse naturellement, avec la joie pour les enfants d'approcher l'animal et de l'observer. Plus d'engins polluants, plus de bruit, plus de gaspillage en énergies fossiles !

Comment cultiver une pelouse écologique ?

Chaque geste individuel est important pour la planète, si l'idée de couvrir le sol d'un tapis verdoyant est très importante pour vous, il existe tout de même des solutions !

La préparation du sol demeure la même que pour une pelouse classique avec la suppression des herbes folles, qui peut se faire en couvrant le terrain avec une bâche pour faciliter l'extraction de l'herbe, puis avec l'aération du sol au moyen d'une bio-fourche et l'ajout d'amendements organiques si nécessaire.

Ensuite, tout est une question de bon choix pour être tranquille longtemps !

En sol sec et au plein soleil, le jardinier avisé se tournera vers des espèces résistantes comme le gazon des mascareignes (Zoysia tenuifolia), la bruyère marine (Frankenia leavis) ou le serpolet (Thymus serpyllum), même le chiendent peu être envisagé, une fois taillé, il fait illusion !

Si le sol est frais et que l'exposition est ombragée, préférez Sagina subulata aux fleurs blanches, Dichondra repens ou Helixine soleirolii qui forment de beaux tapis verdoyants !

Lire aussi
Une pelouse écologique Une pelouse écologique

La pelouse écologique se distingue du gazon classique par la non utilisation de produits chimiques mais aussi par la mise en place de techniques culturales particulières afin d'éviter la...

La pelouse en 15 questions (Partie 3) La pelouse en 15 questions (Partie 3)

Suite de notre sujet la pelouse en 15 questions... 11. Comment se débarrasser de la mousse qui envahit la pelouse ? La présence de mousses dans le gazon indique un sol mal aéré, une exposition...

La scarification de la pelouse La scarification de la pelouse

La scarification est une méthode qui permet de régénérer un gazon ancien, envahi par les mousses et une légère couche de feutrage bloquant les échanges gazeux et le passage de l'eau. Elle aère le...

L'arrosage de la pelouse L'arrosage de la pelouse

Rien n'est moins élégant qu'une pelouse dégarnie et jaunie par un manque d'eau flagrant. Élément indispensable à la croissance du semis, à la dissolution des éléments nutritifs dans le sol, et au...

Vos commentairesAjouter un commentaire