Que devient la ruche en hiver ?

En hiver, lorsque les températures baissent, la ruche semble endormie. Fini le ballet incessant des ouvrières et des butineuses vers les végétaux environnants : tout est calme. Où ont disparu toutes ces abeilles et que font-elles ? Voici un début de réponse...

Des ruches sous la neige
Des ruches sous la neige

Repos forcé

Les abeilles, contrairement à certains autres animaux comme les oiseaux ou les mammifères, ne régulent pas leur température corporelle de manière naturelle. Elles sont exposées aux variations de températures extérieures et doivent trouver des parades pour les supporter.

En été, toute la colonie ventile la ruche, en hiver c'est presque la même chose mais à l'envers...

Contre le froid, restons groupés !

Une abeille isolée ne peut survivre au froid. Dès 10°C la capacité de vol s'affaiblit, et lorsque la température baisse en dessous de 7°C, son corps se paralyse et l'abeille meurt. Voilà pourquoi l'unité du rucher est si importante en hiver. Car sous cet aspect extérieur paisible et endormi de la ruche en hiver, se cache un travail de chaque seconde pour rester en vie !

En effet, dès que les températures baissent de manière dangereuses, les abeilles mettent en œuvre leur plan de survie. Elles se regroupent au centre de la ruche en formant une grappe solidaire qui va émettre de la chaleur au moyen des mouvements musculaires thoraciques de chaque abeille.

Au centre de la grappe, la température s'élève à 20 °C au cœur de l'hiver. Dès que commence la période d'élevage du couvain, la température augmente significativement (jusqu'à 35°C).

Tout le miracle de cette solidarité réside en une régulation thermique parfaite et modulable selon la température extérieure. Ainsi, la grappe resserre ses rangs en cas de grand froid ou les relâche s'il y a un redoux.

Les abeilles faisant partie de l'enveloppe externe de la grappe sont en contact avec les réserves de nourriture, elles peuvent alors consommer les calories nécessaire à leur futur travail de réchauffement, car il existe un roulement ! Les abeilles du centre une fois réchauffées vont prendre la place des abeilles périphériques avant qu'elles n'aient trop froid et inversement. Les abeilles périphériques forment une enveloppe isolante. Elles y sont très serrées afin d'empêcher les déperditions de chaleur. Au centre de la grappe, les abeilles sont moins serrées et travaillent à l’émission de chaleur.

Cette belle organisation est insoupçonnable lorsque l'on observe une ruche de l'extérieur en hiver. Voilà pourquoi il ne faut jamais déranger les abeilles pendant la période froide.

Isoler ou pas ?

Voyant tout le travail fourni par les abeilles, on serait tenter de les aider en isolant les ruches. Le papier bulles est parfois employé, ainsi que d'autres techniques qui divisent les apiculteurs. L'humidité est l'ennemie des abeilles, elle provoque bon nombre de pathologies et une ruche isolée, ne 'respire plus'.  Les cadres de rive moisissent souvent et la nosémose, terrible maladie, trouve alors un terrain propice à son développement. L’isolation n'est donc pas conseillée.

Lire aussi
Septembre à la ruche Septembre à la ruche

Les températures commencent à baisser et les journées à se raccourcir. La ruche prend en septembre un tout autre rythme, bien moins effréné pour se préparer à l'hiver. L'apiculteur commence[...]

Le fonctionnement de la ruche Le fonctionnement de la ruche

Grégoire MARTIN apiculteur nous explique le fonctionnement de la ruche

Novembre à la ruche Novembre à la ruche

En novembre, un calme apparent règne en maître sur la ruche. À l'intérieur, les abeilles se préparent pourtant à l'hiver. Pour les aider, il est nécessaire de vérifier que rien[...]

La vie de la ruche La vie de la ruche

Grégoire MARTIN apiculteur à PALAISEAU nous présente la vie de la ruche et évoque le syndrome d'effondrement des colonies.

Vous aimerez...
Septembre à la ruche

Septembre à la ruche

Le fonctionnement de la ruche

Le fonctionnement de la ruche

Novembre à la ruche

Novembre à la ruche

La vie de la ruche

La vie de la ruche

Vos commentairesAjouter un commentaire