La rainette méridionale

Hyla meridionalis, la rainette méridionale
Hyla meridionalis, la rainette méridionale

Sympathique batracien à la couleur vert pomme caractéristique, la rainette sait donner de la voix les soirs d'été. Très présente dans les jardins de nos campagnes, mais aussi dans les parcs des grandes villes, elle est un sujet d'observation idéal pour les enfants et les plus grands.

Hyla meridionalis, la rainette méridionale Hyla meridionalis, la rainette méridionale Hyla meridionalis, la rainette méridionale Hyla meridionalis, la rainette méridionale

Rainette, rainette, qui es-tu ?

La rainette est un amphibien faisant partie de la famille des Hylidae.

Cette petite grenouille verte est majoritairement représentée dans notre pays par deux espèces : la rainette arboricole (Hyla arborea) vivant dans les 2/3 Nord de la France et la rainette méridionale (Hyla meridionalis) qui est présente dans toutes les régions où le climat reste clément. En Corse, c'est la rainette sarde (Hyla sarda) qui officie.

Ces grenouilles ont toutes en commun une petite taille (de 3 à 6 cm) et une belle couleur vert pomme parfois très vive. Une bande noire partant de la pointe de la narine jusqu'aux pattes postérieure crée un contraste très réussi. Notons que chez les rainettes méridionales, cette bande est beaucoup plus courte, s'arrêtant au dessus de la patte antérieure. Ce signe distinctif permet de reconnaître les deux espèces tout comme le chant du mâle, très rapide chez l'espèce arboricole et plus lent chez la méridionale. Ce n'est donc pas une légende : même chez les grenouilles, dans le Sud on sait prendre son temps !

La rainette sarde, quant à elle ressemble à l'espèce arboricole mais peut présenter de légères tâches brunes sur le dos.

Ce qui frappe lorsque l'on tient une rainette dans la main, c'est la douceur et l'extrême finesse de la peau. En s'approchant de plus près il sera même possible de distinguer les pupilles dorée de l'animal !

Une parade de reproduction bruyante

Au printemps, impossible d'ignorer ses chants crépusculaires, voire nocturnes. Ils sont dû à un large sac vocal présent sous la gorge. En le gonflant la rainette mâle s'en sert de caisse de résonance pour attirer les femelles sur une distance de près d'un kilomètre. La femelle séduite, pondra ensuite ses œufs dans l'eau qu'elle prendra soin d'attacher par groupes à une tige.

Des têtards en sortiront à la fin du printemps et passeront le temps de leur métamorphose dans le milieu aquatique à l'abri des plantes, ne sortant des eaux qu'à l'apparition de leurs pattes arrières remplaçant progressivement la queue.

Les rainettes passent l'hiver à l'abri de branchages, ou sous des pots en terre cuite retournés par un bienveillant jardinier.

Une rainette dans mon jardin ?

Il est très facile d'attirer une rainette dans son jardin ; il suffit de lui procurer un point d'eau en pente douce car elle aime se reposer dans les zones peu profondes d'où elle ne laissera que sortir ses beaux yeux. Elle pourra en plus y pondre sans souci. N'hésitez pas à lui offrir des transats sous la forme de végétaux aquatiques à grandes feuilles comme les nénuphars et les lotus mais aussi des perchoirs pour qu'elle puisse grimper sur les tiges et chasser les insectes à sa guise.

En hiver laissez un tas de branchages ou un grand tas de paille non loin de votre point d'eau afin d'offrir un gîte de choix aux rainettes. Elles reviendront ainsi en forme au printemps suivant, prêtes à former leurs joyeuses chorales.

Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

La division d'une plante La division d'une plante

Non, il ne s'agit pas là de problèmes mathématiques mais bien d'une pratique de jardinage ! La division des souches, des touffes ou des racines est une méthode qui permet de multiplier une plante...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • BRAIBANT Daniel (Brelgique Waterloo)
    Réussi votre journal intéressant comme tout ! J'ai le jardin qu'il faut, une bel étang avec des Koï mais où trouver des rainettes - J'ai un grand amour pour les grenouilles - en particulier pour ces petites rainettes voyageuses !
    Répondre à BRAIBANT Daniel
    Le 01/12/2013 à 12:31