Le renard, un nuisible surtout pour les chasseurs

Un renard déclaré animal nuisible mais pour qui ?
Un renard déclaré animal nuisible mais pour qui ?

Traqué, chassé massivement toute l'année durant, le renard fait partie de ces mammifères mal-aimés et classé sur la liste des espèces nuisibles en France. Comment ce sympathique animal en est-il venu à provoquer une telle hostilité ? Qu'en est-il du réel impact sur l'environnement de sa destruction programmée ? Focus sur ce sujet brûlant d'actualité.

Espèce nuisible ?

Le ministère de la Transition écologique et solidaire fixe par arrêté la fameuse liste des animaux classés nuisibles sur le territoire. Reprenons point par point les justifications de cette classification sachant qu' un animal est inscrit sur cette liste s'il porte atteinte à la santé publique, à la faune ou à la flore, aux activités aquacoles, agricoles et forestières.

Le premier point était vrai au siècle dernier, lorsque le renard était vecteur de la rage, mais les campagnes de vaccinations menées depuis 1988 sont venues à bout de la maladie depuis bientôt 20 ans en Europe. Notons qu'en France aucun cas de rage vulpine transmise à l'Homme par un renard n'a été relevé depuis 90 ans.

L'echinococcose est un autre prétexte pour accuser le renard, mais cette maladie grave chez l'Homme est provoquée par plusieurs espèces de vers plats (différentes au Nord et au Sud) et bien souvent transmise par les chiens ou les chats domestiques bien plus en contact avec les humains que le renard qui ne peut les contaminer que si un aliment cueilli dans la nature et non lavé est souillé par ses déjections. Sachant que l'on compte environ 30 cas de cette maladie par an, le renard pourrait alors vivre en paix sans être considéré comme nuisible.

Sur le second point, le renard n'a pas d'impact particulier, il ne détruit ni ne concurrence la flore et prélève juste ce dont il a besoin pour vivre au niveau de la faune. Son régime alimentaire est composé pour une grande part de campagnols dont il régule les populations (environ 5000/an/renard), protégeant ainsi les activités agricoles de la voracité du petit rongeur. Il débarrasse aussi le sol des larves d'insectes nuisibles pour les cultures et croque volontiers quelques petits animaux faibles ou malades et des oiseaux. Enfin, il prélève quelques fruits dans la forêt et peut aussi être charognard.

En lisière d'habitation, il est certes très intéressé par la nourriture facile, si elle est accessible dans les poulaillers, mais il suffit de construire son poulailler sur des fondations enterrées et de le garder clos pour qu'il s'en détourne. La simple présence d'un chien suffit souvent à le tenir éloigné.

Rien de bien flagrant donc pour justifier ce statut de nuisible !

Une destruction massive

Lorsqu'un animal est inscrit sur la fameuse liste noire des espèces nuisibles, il a du souci à se faire même si piéger le-dit animal nécessite le suivi d'une formation obligatoire et d'un agrément par le préfet. Déterrer implique de traquer l'animal et ses petits dans son terrier par n'importe quel moyen et de les éliminer froidement.

Récemment, une gratification avait même été promise par la fédération de chasse de Charente-Maritime pour chaque chasseur rapportant au moins 35 queues de renards. Le permis de chasse et l'assurance auraient alors été remboursés contre les trophées. Le meilleur des chasseur aurait aussi eu accès à un bon d'achat de 500 €. Face à la désapprobation générale et le battage médiatique autour de ce concours, la fédération départementale des chasseurs à annoncé que la gratification ne serait pas distribuée face, selon elle, à  'cette polémique injustifiée'.

Toujours est-il que 400 000 renards sont tués chaque année en France selon les chiffres de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). 

Heureusement que cette mesure n'a pas été mise en place car le renard à sa place dans l'équilibre écologique en tant que prédateur mais aussi en tant qu'être vivant à part entière. Si les 19 000 chasseurs que compte cette association tuaient chacun au moins 35 renards, les chiffres auraient plus que doublés.

Pourquoi le renard est-il considéré malgré tout comme un nuisible ?

Le renard est un animal malin, c'est bien connu ! Partisan du moindre effort, il fait des ravages lors des lâchers de gibiers d'élevage par les chasseurs. Ces animaux élevés en captivité puis mis en liberté pour être tués lors des parties de chasse, ne sont pas méfiants et constituent donc des proies aussi faciles que naïves pour le renard qui ne se gêne pas pour prélever sa part du butin.

Les chasseurs n'apprécient pas vraiment cette concurrence déloyale gâchant leur plaisir en réduisant les effectifs d'animaux faciles à tirer, ce qui explique en partie cette volonté d'exterminer les renards. 

Notons que malgré ce qui a été dit plus haut, l’article R. 424-8 du Code l’Environnement modifié autorise seulement le tir à l’affût ou à l'approche sur le renard  pendant la période réglementée du 1er juin au 14 août (tirs d'été). Ce tir anticipé ne peut être effectué que sous certaines conditions apparemment peu connues ou ignorées : seuls les détenteurs et porteurs d’une autorisation préfectorale individuelle auront le droit de le pratiquer une heure avant l’heure légale du lever du soleil et une heure après son coucher.

L’utilisation de la 22 Long Rifle n’est pas autorisée pour cette pratique estivale. Dans le cas d'un manquement à ce règlement, l’article R. 428-7 du Code de l’Environnement prévoit une contravention de 5ème classe pouvant atteindre jusqu'à 1500 euros.

Lire aussi
Débit et volume pour un arrosage automatique Débit et volume pour un arrosage automatique

Paul GARCIA du Loiret : J'envisage de faire un arrosage automatique. Mais je ne suis pas sur d'avoir assez de pression ou de débit. Connaissez-vous un moyen simple de calculer le pression et le...

Calcul du nombre goutteurs pour un arrosage automatique Calcul du nombre goutteurs pour un arrosage automatique

Mr Raffin (côte varoise) : Je souhaite installer un arrosage intégré suite à la canicule de l'an dernier. Voici ma question : connaissant ma pression et mon débit, comment déterminer le nombre de...

La micro aspersion pour votre jardin La micro aspersion pour votre jardin

La Micro Aspersion est un système d'arrosage particulièrement adapté aux grands massifs fleuris et aux rocailles. La Micro Aspersion produit une pluie très fine qui arrose à basse pression (cela...

Balcons et terrasses, le principe de pose pour les plantes en pots Balcons et terrasses, le principe de pose pour les plantes en pots

Un système d'arrosage automatique pour une terrasse est très simple à réaliser. Il suffit d'un simple robinet. Une alimentation électrique 220 volts n'est pas indispensable. Supprimons tout de...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Escarbille (Auvergne)
    Le nuisible c'est ... le chasseur !
    Répondre à Escarbille
    Le 19/01/2019 à 22:15
  • Jlb (YONNE)
    "campagnes de vaccinations menées depuis 1988" ou bien depuis 1888 ?
    Répondre à Jlb
    Le 19/01/2019 à 13:44
  • Petit Renard (Sur Terre)
    Je suis d'accord avec l'article, il aurait été bien aussi de préciser les douleurs occasionnées par les différentes techniques de chasse (dont les différentes sortes de pièges), ou encore, aussi, corriger le fait qu'il n'y aurait non pas 400 000 renards tués chaque année en France mais plus de 600 000 à plus d'1 millions. Tués par plaisir par des chasseurs avides de supériorité et de souffrance qui se croient écologistes. Il aurait fallu aussi préciser que le renard ne prolifère pas, car il s'auto-régule en tant que prédateur selon les ressources et les territoires, une renarde pouvant donner de 2 à 6 voire 12 renardeaux. A Londres, il y a environs 10 000 renards dans la ville et cela ne cause aucun problème ou quasi pas. Peut-être aussi ajouter qu'une étude a été menée, plus on tuait de renards, plus l'échinococcose alvéolaire était présente, tuer ne sert à rien à part empirer les choses Le renard permettrait à chaque agriculteur d'économiser environs 1000 euros chaque année dans l'achat de pesticides Et sinon, bon travail ! J'espère franchement que la chasse aux renards sera un jour abolie, car, chasse, plaisir pour certains, souffrance pour d'autres !
    Répondre à Petit Renard
    Le 14/01/2019 à 19:01
  • Piovetti (Provence Alpes Côte d'Azur)
    Réponse à BRIAURIERE sologne vous avez la chance d'avoir des poules très bien mais que je sache les poules en liberté vont subir la dure loi de la nature et en aucun cas l'homme ne doit s'immiscer dans le cycle naturel qui est garant du bon équilibre de la nature .Vos poules n'ont pas besoin de X m2 pour vous donner de bons oeufs un poulailler bien confortable elles n'en demandent pas plus .
    Répondre à Piovetti
    Le 14/01/2019 à 07:56
  • Franck (Paca)
    Mais ce n'est pas possible de raconter autant de bêtises en si peu de ligne : - Quand un animal est beau, il est sympathique ? c'est une anerie de gars de la ville, désolé mais c'est une certitude que l'auteur est "de la ville" et n'a mis les mains dans la terre que pour son jardinet bio sur son balcon - La rage est terminée OK - Le renard détruit les poulaillers et tout le monde n'a pas l'intelligence de savoir faire un super poulailler de compétition.
    Répondre à Franck
    Le 13/01/2019 à 00:47
    Petit Renard (Sur Terre)
    Je recopie un message envoyé ci-dessous à quelqu'un d'autre. Non, le renard n'attaque pas autant de poules, et jamais par plaisir, il se nourrit et nourrit ses petits. S'il tue sans le vouloir, c'est quand il a peur, qu'il se sent menacé ou qu'il doit faire vite. La panique, la crise d'angoisse peut vite engendrer l'agressivité. De plus, si le poulailler était bien protégé, il n'y aurait aucun soucis ! Ensuite, ce gars (ou cette meuf) veut juste se servir de ses poules à des fins personnelles: Des oeufs. Donc, pour se nourrir, tout comme le renard cherche à se nourrir aussi. Ensuite, pour insulter les protecteurs des renards de bobos x') wtf Pas besoin d'un super poulailler de compétition, t'sais les poulaillers, les plans, et tout ça, ça existe sur internet, y'a même un site qui donnait des conseils et les instructions pour vous faire un super poulailler de compétition comme tu le dis, et ça s'achète ! Plus qu'à monter je suppose. Et on achète pas des poules si on peut pas subvenir à tous leurs besoins, tout comme on achète pas un chat sans pouvoir le nourrir, un chien sans pouvoir le sortir, une tortue d'eau sans eau ou encore un hamster sans pouvoir changer sa litière régulièrement.
    Répondre à Petit Renard
    Le 16/01/2019 à 18:01
    Doduski (Limousin)
    Enfin un article grand public de bon sens que je pense sérieusement à diffuser dans mon cercle de jardiniers "ruraux" authentiques pour la plupart. Moi, je suis illégitime, à lire certaines primaires critiques hâtives des supposés bobos-écolos (chanson habituelle de ruraux attardés, qui sous prétexte qu'ils ont toujours vécu en campagne s'imaginent ipso facto la connaître quitte à confondre cormoran et corbeau, faucon et autour, à affirmer que les couleuvres mordent férocement l'humain etc, et bien sûr, que si des poules disparaissent, c'est le renard...) une ex-parisienne, mais la campagne, je m'y suis mise vraiment, je l'observe, et j'ai des poules, dont je me soucie sérieusement (je ne les laisse pas seules dans ma résidence secondaire), j'ai constamment les mains dans une terre très collante, dans un jardin beaucoup plus grand qu'un balcon dont j'ai restauré les sols, massacrés des années durant au girobroyeur -et sans doute au désherbant ! Bilan : certes le renard m'a emporté des poules, quelquefois en plein jour, mais jamais plus d'une à la fois ; par contre , côté chiens (de chasse ou assimilés) le bilan est lourd - plus de 20 en une fois, dont deux poules seulement emportées et mangées, sans parler d'autres attaques isolées (dont le chien de la voisine "mais il n'est pas méchant..."). Quand je sors mes poules de leur enclos, c'est des chiens en goguette dont j'ai à me méfier, plus que des renards, même en campagne profonde. Mais heureusement, les renards ont le dos large (à moins qu'il ne s'agisse de loups ou d'ours des Pyrénées déguisés en chiens ?). Quant à la remarque sur le gibier à plumes scandaleusement lâché quelques jours avant l'ouverture et totalement paumé, j'en ai des exemples chaque année, obligée de slalomer sur les routes pour ne pas écraser de pauvres faisans paniqués.. Le classement des animaux sauvages en nuisibles/pas nuisibles (de toutes façons pour nos chasseurs recyclés désormais en écolos, tout est chassable, y compris les espèces protégées...) est absurde. Mais il vaut mieux soutenir l'industrie des raticides sans doute !
    Répondre à Doduski
    Le 19/01/2019 à 17:15
  • WEILL (Auvergne Rhône Alpes)
    Le renard peut "prendre" des maladies et ainsi protéger nos animaux domestiques. Je n'ai pas les arguments scientifiques, malheureusement, mais j'en ai discuté avec des naturalistes connaissant la nature !
    Répondre à WEILL
    Le 12/01/2019 à 22:01
  • BRIAUDIERE (SOLOGNE)
    J'ai une petite basse-cour dans ma résidence secondaire située en pleine nature de SOLOGNE. Je puis vous dire que je paye un lourd, très lourd tribu à "GOUPIL". Le renard est omni présent, il attaque même en pleine journée, devant vous et vous voyez vos poules se faire éventrer et il ne les mange pas. Il peut vous en tuer 10 ou 15 et en emporter une seulement. En principe il revient ensuite chercher le reste mais il est vraiment assassin. Bien qu'urbain mais originaire de la campagne, je connais bien la faune et vraiment le renard est un animal qu'il faut contenir au minimum. Oui, il est utile pour détruire les mulots en plaine mais il va au plus facile. Même si vous protégez, il trouve toujours la faille ou le jour ou vous donnez un peu de liberté à vos volailles. Alors, oui, il faut le réguler pour qu'il soit le moins possible présent. Et merci aux chasseurs de le réguler et il est absurde de dire qu'il s'agit d'un tir facile. Ceux qui écrivent cela sont tout simplement des ignares car cet animal est RUSE et très difficile à piéger. J'ai fait appel à un piégeur professionnel, agréé, et les prises sont rares, plus rares que les attaques sur mes gentilles poules. Au point que cet été, j'étais privé des bons oeufs, j'ai du renouveler toutes mes poules, sur 15, il n'en restait que 3. Alors, que les bobos qui veulent sauver les renards, je leur dit, occupez vous des enfants en difficultés, vous ferez une bien meilleure oeuvre respectable.
    Répondre à BRIAUDIERE
    Le 12/01/2019 à 21:30
    Petit Renard (Sur Terre)
    Voici ci-dessus la preuve incontestable d'un menteur-chasseur-piégeur qui essaie de redonner au renard l'image du Diable. Non, le renard n'attaque pas autant de poules, et jamais par plaisir, il se nourrit et nourrit ses petits. S'il tue sans le vouloir, c'est quand il a peur, qu'il se sent menacé ou qu'il doit faire vite. La panique, la crise d'angoisse peut vite engendrer l'agressivité. De plus, si le poulailler était bien protégé, il n'y aurait aucun soucis ! Ensuite, ce gars (ou cette meuf) veut juste se servir de ses poules à des fins personnelles: Des oeufs. Donc, pour se nourrir, tout comme le renard cherche à se nourrir aussi. Ensuite, pour insulter les protecteurs des renards de bobos x') wtf Pas besoin d'un super poulailler de compétition, t'sais les poulaillers, les plans, et tout ça, ça existe sur internet, y'a même un site qui donnait des conseils et les instructions pour vous faire un super poulailler de compétition comme tu le dis, et ça s'achète ! Plus qu'à monter je suppose. Et on achète pas des poules si on peut pas subvenir à tous leurs besoins, tout comme on achète pas un chat sans pouvoir le nourrir, un chien sans pouvoir le sortir, une tortue d'eau sans eau ou encore un hamster sans pouvoir changer sa litière régulièrement.
    Répondre à Petit Renard
    Le 14/01/2019 à 18:56
    Olivier (Alsace)
    Au lieu de déplorer les pertes, ça ne vous vient pas à l'esprit de protéger vos poules ? Une clôture grillagée suffit, il faut juste veiller à l'enterrer profondément et à fermer sur le dessus (pour éviter aussi les rapaces).
    Répondre à Olivier
    Le 16/01/2019 à 17:07
  • CLAUDE (Franche comte)
    Votre article mérite quelques précisions. En effet pour être autorisé à piéger un animal quel qu'il soit il est nécessaire d'être titulaire d'un agrément préfectoral obtenu après avoir suivi une formation et s'être présenté à un contrôle qui peut être éliminatoire. Par ailleurs la détention d'armes à feu est aujourd'hui strictement contrôlée. Il ne faudrait pas également négliger l'hécatombe sur la faune de toute espèces résultant de la circulation automobile . Alors cessont d'incriminer les chasseurs, s'il vous plaît.
    Répondre à CLAUDE
    Le 12/01/2019 à 16:44