Gillénie

Gillénie, Gillenia stipulata
Gillénie, Gillenia stipulata

Botanique

Nom latin  : Gillenia stipulata
Synonyme  : Porteranthus stipulatus
Famille  : Rosacées
Origine  : Amérique du nord
Période de floraison : mai à juillet
Couleur des fleurs  : blanche, rose
Type de plante : plante à fleurs pour massif d'ombre
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : caduc
Hauteur : 45 à 70 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : très rustique, -21°C
Exposition  : ombre  à mi-ombre
Type de sol : riche et humifère
Acidité du sol  : légèrement acide à neutre
Humidité du sol  : frais à humide
Utilisation : massif, sous-bois
Plantation, rempotage : printemps, automne
Méthode de multiplication : division de touffes, semis

Gillenia stipulata est une plante vivace caduque de la famille des Rosacées. Originaire de l’est de l’Amérique du nord, où elle se rencontre à l’état sauvage dans les zones boisées et montagneuses, ou au bord des bosquets. Encore trop rarement cultivée, elle ressemble un peu à Gillenia trifoliata, la spirée à trois feuilles. Elle apporte au jardin un feuillage agréable et un nuage de fleurs légères qui agrémente les zones fraiches des massifs.

Description de Gillenia stipulata

La plante met du temps à se développer, mais produit une masse arrondie de feuillage portée par de multiples tiges dressées, ramifiées, parfois retombantes. Les feuilles alternes sont divisées en folioles sessiles, acuminés, et dentelés parfois très profondément. Plus les tiges s’allongent plus les feuilles sont dentelées, produisant un feuillage fin et découpé d’un beau vert mat, épaissi par des stipules à la base du pétiole, très développés et également dentelés. Les hampes florales se développent à l’apex des tiges de et forme un nuage de petites fleurs délicates. Les fleurs, très légères, sont en forme d’étoile avec leurs 5 pétales étroits et acuminés, légèrement rosées puis blanc. Le moindre souffle anime cette pluie d’étoile, particulièrement lumineuse à l’ombre.

Les fleurs sont hermaphrodites et chaque fleur, pollinisée par les insectes, produit 3 graines.

Culture de Gillenia stipulata

Gillenia stipulata est une plante de culture facile, si l’on tient compte de ses conditions de vie, mais elle demande quelques années pour devenir belle et bien implantée. C’est peut-être la raison pour laquelle est encore si peu répandue dans le jardin d’ornement. Elle nécessite peu de soin durant les 2 à 3 premières années : paillage et arrosages à l’eau de pluie en été, apports de compost au printemps. Une fois bien établie Gillenia stipulata devient très résistante, même au manque d’eau, et n’a presque plus besoin d’entretien.

Gillenia stipulata demande une exposition ombragée, à semi-ombragée : on lui évite le soleil direct aux heures les plus chaudes. Le sol, de ph acide à neutre, et surtout pas calcaire, doit être riche en matière organique (compost ou terreau), et toujours garder une certaine fraicheur, même en été, surtout durant les premières années de culture. Cette plante est installée de préférence au printemps ou en automne, l’acheter et la planter au cours de sa floraison demande un arrosage rigoureux, pour que la terre ne sèche jamais.

Chaque année, les tiges sèchent après avoir pris de jolies teintes automnales. La souche est nettoyée de ses fanes lorsque les nouvelles poussent apparaissent.

Comment multiplier Gillenia stipulata ?

Au printemps ou en automne, de petits bouts de rhizome en pourtour de la plante mère peuvent être prélevés d’un coup de bèche, mais surtout sans déraciner le reste de la motte, qui a mis si longtemps à s’installer.

Gillenia stipulata, une plante médicinale

Gillenia stipulata était autrefois très utilisée par les amérindiens. Elle est parfois appelée ipeca américain, bien qu’éloignée du genre Ipeca, parce que c’est une plante médicinale émétique. En tant que médicinale, outre ses effets sur le tube digestif, elle a des effets apaisants sur les rhumes, l’asthme et la toux, et soulage piqures ou inflammations en cataplasme.

Espèces et variétés de Gillenia

2 espèces dans ce genre
Gillenia trifoliata, au feuillage plus épais

Nos fiches
Lire aussi
Les dangers du jardinage Les dangers du jardinage

Gare aux outils de jardinage que nous laissons souvent traîner ici ou là, lorsque l'on a des enfants. Savez-vous que ce type d'accident est parmi les plus courant en France. Bien évidemment , on...

Le jardinage urbain Le jardinage urbain

Marre de la grisaille de nos villes ! Qu’à cela ne tienne, pourquoi ne pas créer un jardin sur le balcon, la terrasse ou même sur le toit des immeubles. Les citadins ont besoin de ce retour à...

Le jardinage avec les enfants Le jardinage avec les enfants

Le contact des enfants à la nature est spontané et intuitif. Naturellement portés à aller à la découverte des petites bêtes, des plantes, de l’eau et de la terre, les enfants éprouveront un...

La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale ! La guérilla du jardinage : place à la rébellion végétale !

Des grenades, des bombes... Voilà un artillerie bien lourde qui pourrait causer quelques dégâts si elle n'était destinée à fleurir nos villes de manière secrète et révolutionnaire. Focus sur les «...

Vos commentairesAjouter un commentaire