Févier d'Amérique doré, Févier sans épine doré

Févier d'Amérique doré, Févier sans épine doré, Gleditsia triacanthos f. inermis 'Sunburst'

Botanique

N. scientifique Gleditsia triacanthos f. inermis 'Sunburst'
Origine Amérique du nord
Floraison été
Fleurs blanc
Typearbre
Végétationvivace
Feuillage caduc
Hauteur10 à 25 m

Planter et cultiver

Rusticité très rustique, -34°C
Exposition soleil à mi-ombre
Soltolérant
Acidité légèrement acide à légèrement basique
Humidité normal
Utilisationornementale, fleurs médicinales et comestibles, bois de qualité
Plantationprintemps
Multiplicationgreffe sur la forme botanique
Févier d'Amérique doré, Févier sans épine doré, Gleditsia triacanthos f. inermis 'Sunburst'

Glesitsia triacanthos f. inermis ‘Sunburst’, le févier d’Amérique doré est un arbre caduc ornemental appartenant à la famille des Fabacées. Gleditsia triacanthos est originaire du sud et de l’est des Etats-Unis. Si la forme naturelle est un haut jet épineux qui atteint une trentaine de mètre de hauteur, la forme horticole dorée, est une excellente variété ornementale, qui allie une croissance rapide mais limitée, soit une taille acceptable pour les petits jardins, et une belle teinte de feuillage vert acidulé.

Description du févier d’Amérique doré

Gleditsia triacanthos ‘Sunburst’ forme un arbre léger au houppier globalement arrondi, à la ramure ouverte et évasée, d’une taille de 10 à 12 m de hauteur. Il croît rapidement et offre rapidement au jardin un parasol d’ombre légère s’étalant sur 10 m. Issu de la forme inermis, le févier d’Amérique doré est dépourvu des épines acérées, longues de 30 cm, qui rende la forme naturelle un peu repoussante. Les feuilles sont composées de 16 à 30 folioles ovales, le limbe est d’une superbe teinte jaune au sortir des bourgeons devenant vert anis en été. Les fleurs papilionacées sont blanches, regroupées en grappes. La variété ‘Sunburts’, provient d’un clone mâle, et ne produit pas de gousses.

Gledistia triacanthos ‘Sunburst’ est généralement greffé sur l’espèce botanique de Gledistia triacanthos. Il faut savoir que parfois celui-ci se met à rejeter à partir de ses racines.

En tant que Fabacées, des nodules sur les racines de Gleditsia triacanthos contiennent des rhizobiums. Ces bactéries symbiotiques, permettent à l’arbre de fixer l’azote atmosphérique, il est ainsi capable de croître dans les sols pauvres, tout en les enrichissant.

Planter Gledistia triacanthos ‘Sunburst’

Le févier d’Amérique doré se plante soit à l’automne dans les régions assez douces soit au printemps si les hivers sont rigoureux. En effet, le févier d’Amérique qui est très rustique, ne craint pas les -34 °C, la forme dorée également mais les jeunes pieds montrent se parfois plus sensible au froid. C’est pourquoi il est davantage planté dans les climats doux.

La fosse de plantation sera 2 à 3 fois plus importante en hauteur et en largeur que le pot qui contient le févier doré. Du terreau de plantation y est mélangé avec la terre du jardin, pour aider les racines à « sortir du pot ». Le jeune Gleditsia triacanthos ‘Sunburst’ sera arrosé dès qu’il fait sec durant une année ou deux, pour permettre à ses racines d’aller en profondeur. Il marque une acclimatation réussi, dès que sa croissance s’accélèrera, et ne nécessitera alors plus d’arrosage.

Bien que tolérant sur le sol, le févier d’Amérique doré préfère un sol profond, argilo-calcaire, limoneux-argileux, ou argilo-siliceux. Il apprécie un sol légèrement acide à légèrement alcalin. Il demande une exposition ensoleillée ou mi-ombre.

Taille et entretien du févier doré d’Amérique

Aucune taille n’est nécessaire pour cet arbre, s’il est laissée libre, en isolé. Cependant, les branches du bas peuvent être enlevées lorsqu’il est jeune pour dégager un tronc sur une hauteur d’homme, ce qui permettra de circuler librement dessous.

Si des rejets provenant des racines se développent aux alentours du tronc, ils devront être coupés au plus bas. D’ailleurs ces éventuels rejets auront les caractéristiques du porte-greffe.

Le févier d’Amérique supporte cependant très bien d’être taillé et peut entrer dans la composition d’une haie.

Le saviez-vous ?

Gleditsia triacanthos était une source de sucre pour les indiens Cherokees.

Espèces et variétés de Gleditsia

14 d’espèces dans ce genre
Gleditsia aquatica, pour sol humide
Gleditsia triacanthos ‘Skyline’, aux feuilles vert sombre devenant jaunes à l’automne
Gledistsia triancanthos f. inermis, sans épine
Gleditsia triacanthis ‘Shademaster’, au port conique
Gleditsia triacanthos ‘Ruby Lace’, au jeunes pousses rougeâtres

Lire aussi
Oranger du Mexique doré, Choysia ternata 'Sundance' Oranger du Mexique doré, Choysia ternata 'Sundance'

Choysia ternata 'Sundance', l'oranger du Mexique doré, est une plante horticole issue de l'espèce Choysia ternata, elle appartient à la famille des Rutacées, comme les agrumes. L'espèce type est...

Ail doré, Ail moly, Ail d'Espagne, Allium moly Ail doré, Ail moly, Ail d'Espagne, Allium moly

Allium moly, appelé couramment ail doré, ail d'Espagne ou ail moly, est une plante vivace bulbeuse appartenant à la famille des Alliacées ou Amaryllidacées selon les classifications. Il est...

Aréca, Palmier d'arec, Palmier doré, Chrysalidocarpus lutescens Aréca, Palmier d'arec, Palmier doré, Chrysalidocarpus lutescens

Dypsis lutescens ou Chrysalidocarpus lutescens, appelé palmier doré, palmier d'Arec ou aréca, est un petit palmier tropical couramment cultivé. Il appartient à la famille des Arécacées et est...

Coussin de belle-mère sans épines, Echinocactus grusonii var. inermis Coussin de belle-mère sans épines, Echinocactus grusonii var. inermis

Echinocactus grusonii var. inermis, est une très belle variété du célèbre coussin de belle-mère. Le coussin de belle-mère, une Cactacée globulaire originaire du centre du Mexique, fut victime de...

Vos commentairesAjouter un commentaire

  • Coco (Deux sevres)
    Article intéressant mais je dois tailler mon févier doré qui obstrue le passage à cause de ses branches basses qui retombent à 1m du sol. Il a presque 40 ans, il est magnifique. Il n'a pas du tout apprécié que je lui rabatte les branches gênantes au printemps 2016. Les branches coupées sont presque mortes... J'aimerais couper ses branches basses cet automne dès la fin de la tombée des feuilles et hors périodes de gel. Chez nous il gèle plutôt en février. Qu'en pensez-vous ? Merci !
    Répondre à Coco
    Le 10/10/2017 à 13:07