Arbre bombardier, Bois diable, Pet du diable, Arbre dauphin, Sablier des Antilles

Arbre bombardier, Bois diable, Pet du diable, Arbre dauphin, Sablier des Antilles, Hura crepitans

Botanique

N. scientifique Hura crepitans
Famille Euphorbiacées
Origine Amérique tropical
Espèces proches Hura polyandra
Floraison printemps
Fleurs rouge
Typearbre tropical
Végétationvivace
Feuillage persistant
Hauteur10 à 12 m

Planter et cultiver

Rusticité peu rustique, -2°C
Exposition ombrée à ensoleillée
Solhumifère
Acidité acide à légèrement basique
Humidité frais à humide
Utilisationornemental, médicinal, bois
Plantationprintemps
Arbre bombardier, Bois diable, Pet du diable, Arbre dauphin, Sablier des Antilles, Hura crepitans
Hura crepitans tronc
Hura crepitans nervures de la feuille
Hura crepitans jeune fruit
Hura crepitans fruit mature et germination

Hura crepitans est un arbre persistant appartenant à la grande famille des Euphorbiacées. Cet arbre de grand développement est issus des forêts tropicales humides américaines, dont entre-autres la forêt amazonienne. Que de noms vernaculaires pour cet arbre très caractéristique ! Introduit dans les différentes zones tropicales humides, il est qualifié de bombardier, pet du diable, arbre à sable, bois diable, arbre dauphin, arbre paresseux. Il est parfois considéré comme invasif dans certains pays.

En France, Hura crepitans est peu cultivé, en dehors des jardins botaniques si ce n’est en outre-mer : Guyane, Réunion. Pourtant il croit rapidement en intérieur, même à partir d’un semis.

Description de l’arbre dauphin

Hura crepitans peut dépasser les 40 m dans sa forêt tropicale, avec un tronc parfois épais de plus d’un mètre. Mais en culture, il se limite généralement à 10 -12 m, d’autant qu’il se taille facilement pour en faire un magnifique arbre parasol. Le tronc est bien droit, d’abord unique puis se divisant. Son écorce est lisse, mais recouvert densément d’épines coniques et courte, pour décourager les singes de grimper. Les branches s’étalent largement, produisant un large houppier, densément feuillé qui offre une ombre profonde et fraiche. Les tiges sont marquées par les cicatrices foliaires. Les feuilles tombent et sont renouvelées en n’importe quelle saison. Les feuilles sont longues de 10 à 18 cm, cordée à la base et acuminées. Leur limbe est fin, d’un beau vert clair, avec des belles nervures en relief.

Hura crepitans produit des fleurs des deux sexes, mais séparément : des chatons pendants de fleurs mâles, apétales, mais de couleur rouge et des fleurs tubulaires femelles, très curieuses car se terminant en un disque digité rougeâtre. Les fleurs fécondées produisent un fruit en forme de mini-citrouille de 8 cm de diamètre formé de 16 loges radiales, qui explosent bruyamment à maturité pour expulser les graines au plus loin. Ce bruit si particulier est à l’origine de plusieurs de ses noms communs. Les grosses graines sont des disques de 2 cm de diamètre.

La sève de Hura crepitans est un latex jaune. Comme chez beaucoup d’Euphorbiacées, elle est toxique, irritante pour les muqueuses et parfois la peau. Elle contient de l’huile essentielle.

Culture du pet du diable

Hura crepitans est peu rustique. Il peut résister à de faibles gelées de l’ordre de -2°C. Il demande une exposition ombragée à mi-ombre. En effet, les jeunes Hura crepitans sont adaptés pour pousser à l’ombre de la forêt. Le substrat de culture doit être riche en matière organique, et rester humide en permanence. L’arbre jeune peut être éventuellement cultivé en pot quelques années car ses racines sont peu développées. Il est de croissance rapide et se taille facilement. En pleine terre, il peut être ainsi maintenu en forme de parasol et limité en hauteur.

Utilisation de Hura crepitans

Cet arbre est utilisé de différentes manières. Son latex, introduit dans l’eau anesthésie les poissons qui sont ainsi péchés plus facilement. Les carpelles séchés sont sculptés en petits dauphins à l’Ile de la Réunion. Hura crepitans est utilisé pour son bois et aussi comme plante médicinale, malgré la toxicité de sa sève.

Espèces et variétés de Hura

une autre espèce proche, Hura polyandra

Lire aussi
Comment multiplier le lierre du diable  ? Comment multiplier le lierre du diable  ?

Plante verte bien connue, le lierre du diable orne les bureaux et les habitations depuis des décennies, fière de son port retombant idéal en suspension ou sur un guéridon. Facile[...]

Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum Arbre au caramel, arbre pain d'épice, arbre à gâteaux, katsura, Cercidiphyllum japonicum

L'arbre au caramel est un très bel arbre qui fait parti des grands classiques dont les amateurs ne sauraient se passer. Les feuilles caduques, de 5 à 10cm de long sont[...]

Oreille-de-Judas, Oreille du diable, Auricularia auricula-judae Oreille-de-Judas, Oreille du diable, Auricularia auricula-judae

Oreille-de-Judas, Oreille du diable, Auricularia auricula-judae qui n'est qu'un des champignons noirs cuisinés dans les plats asiatiques. Exotique, non ?

Arbre à miel, Arbre aux abeilles, Arbre aux cent mille fleurs, Tetradium danielii Arbre à miel, Arbre aux abeilles, Arbre aux cent mille fleurs, Tetradium danielii

Tetradium danielii est un arbre haut de 5 à 10 m en culture, mais de parfois plus de 15 m dans son aire naturelle. Il est caractérisé par un tronc assez bas[...]

Vos commentairesAjouter un commentaire