Stapélia

Stapélia, Orbea lepida

Botanique

Nom latin  : Orbea lepida
Synonyme  : Stapelia lepida
Famille  : Asclépiadacées
Origine  : Afrique du sud
Période de floraison : été
Couleur des fleurs  : jaune soufré tachetée de brun
Type de plante : plante grasse
Type de végétation : vivace
Type de feuillage  : tiges épaissies, pas de feuille
Hauteur : 6 à 15 cm

Planter et cultiver

Rusticité  : non rustique, 2°C
Exposition  : soleil à mi-ombre
Type de sol : drainant et minéral
Acidité du sol  : neutre à basique
Humidité du sol  : sec à normal
Utilisation : bord de fenêtre, véranda, extérieur en été
Plantation, rempotage : d'avril à juillet
Méthode de multiplication : bouturage, semis
Maladies et ravageurs : cochenilles

Orbea lepida, parfois appelé stapélia en français, est une plante succulente de la famille des Asclépiadacées. C’est une famille de plantes des plus fascinantes, tant la structure de leur fleurs est complexe, très évoluée. Orbea lepida, était autrefois rangé dans le genre Stapelia, il est encore souvent rencontré sous le nom Stapelia lepida. Il fut rapporté sous forme de graines d’Afrique du sud par le botaniste Scholl. Bien qu’il diffère un peu d’Orbea variegata, on pense aujourd’hui qu’il pourrait en être une variété.

Description d’Orbea lepida

Orbea lepida est une plante grasse : elle montre des tiges dressées à semi- rampantes, épaissies et quasiment dépourvues de feuilles. Son épiderme glabre (contrairement à celui des Stapelia), vert bleuté, assure la photosynthèse. Les tiges sont longues de 6 à 15 cm, épaisses de 0,6 à 1 cm, de section quadrangulaire, mais aux arrêtes arrondies. Elles portent régulièrement à chaque angle de minuscules pointes, restes de feuilles, non piquantes, surmontées d’un bourgeon de croissance. Les nouvelles tiges se développent à partir de ces bourgeons, la plante forme un petit buisson de tiges.

Les fleurs apparaissent en fin d’été, souvent d’aout à septembre. Une courte hampe florale se développe à partir d’un bourgeon très peu visible, entre deux côtes, vers la base des tiges de l’année. Cette hampe développe 2 à 3 boutons de fleur. La fleur, portée sur un long pédoncule, est étrange : cireuse, coriace, en forme d’étoile à 5 branches. Elle est couleur jaune soufre, mouchetée de petites taches brunes. Elle mesure entre 3 et 4 cm de diamètre. Les pièces fertiles sont organisées très différemment d’une fleur typique, elles sont réunies en une couronne centrale. La pollinisation de ces fleurs demande une intervention extérieure : elle est faite par des mouches qui y pondent, trompées par la couleur de la fleur. La fleur est très peu ou pas odorante, en comparaison des Stapelia.

Les fruits ressemblent à deux haricots verts soudés par leur base. Ils murissent jusqu’au printemps et s’ouvrent sur une multitude de graines plates et papyracées.

Culture d’Orbea lepida

Orbea lepida demande un sol minéral et drainant. Préférez un mélange ne contenant pas de terreau, car il favorise le développement des cochenilles (toutes les Asclépiadacées les attirent particulièrement). Il est donc cultivé dans un mélange de terre de jardin de type argileuse et ou limoneuse, mélangé de moitié avec du sable grossier. Le rempotage est possible d’avril à juillet.

A partir d’avril, Orbea lepida est arrosé chaque fois que son substrat a entièrement séché. Cette plante succulente aime la chaleur et une forte luminosité, en soleil direct ou non. Elle doit emmagasiner suffisamment de chaleur et de lumière pour pouvoir fleurir à la fin de l’été.

L’hiver est une saison de repos : à partir de fin septembre, les arrosages sont stoppés. La plante est conservée dans une pièce lumineuse, entre 2 et 12 °C. Si elle semble trop se faner, la terre peut être légèrement humectée une fois ou deux durant l’hiver.

La présence de taches noires sur la tige est un signe qu’il y a trop d’humidité. Il faut limiter les arrosages. Prélevez alors quelques boutures non atteintes, elles s’enracinent sans soucis. La pourriture sèche est moins dangereuse, elle atteint le haut de la tige, souvent en hiver. Les morceaux desséchés se retirent facilement et laissent une plaie nette.

Espèces et variétés de Orbea

Le genre comprend une vingtaine d'espèces
Orbea variegata, la plus facile à cultiver avec Orbea lepida

Orbea pulchella, très belles fleurs blanches, mouchetées
Orbea semitubiflora, aux fleurs rouge sombre
Orbea ciliata, fleurs ivoire au contour cilié
Orbea semota, aux petites fleurs jaunes
Orbea laticorona, fleurs orangées, au cœur violet
Orbea carnosa, aux petites fleurs tachetées et campanulées
Orbea maculata, fleurs aux segments joliment arrondis

Nos fiches
Lire aussi
La plante au bon endroit La plante au bon endroit

Si les plantes ont des qualités d'adaptation hors du commun, planter une exotique en montagne ou un résistant à l'intérieur c'est contre nature ! Soleil, vent, type de sol, froid, arrosage... en...

Comment protéger une plante exotique l'hiver ? Comment protéger une plante exotique l'hiver ?

Difficile de ne pas succomber à une belle plante exotique dans son jardin, mais si vous n'habitez pas une région au climat doux, une protection hivernage s'impose ! Nous prendrons ici, l'exemple...

Le retour du printemps pour notre plante exotique Le retour du printemps pour notre plante exotique

Cet article fait suite à la fiche Protéger efficacement une plante exotique en hiver ou nous avions pris comme exemple la protection d'un jeune bananier, que nous retrouvons ici... Au début du...

L'ortie, une plante à tout faire L'ortie, une plante à tout faire

Sa mauvaise réputation lui a valu pendant des années un arrachage systématique dans nos jardins. Considérée comme une mauvaise herbe, qui plus est urticante , l'ortie regorge pourtant de trésors...

Vos commentairesAjouter un commentaire